Avec une deuxième place en Espagne, Lysanne Richard a décroché la troisième place au classement cumulatif du circuit de plongeon haut vol Red Bull.

Lysanne Richard 2e au classement mondial

Lysanne Richard a réussi sa mission haut la main, lors de la dernière étape du circuit mondial de plongeon de haut vol Red Bull, à Bilbao, en Espagne. La Saguenéenne a réussi à monter sur le podium au classement cumulatif avec une deuxième place, en fin de semaine dernière.

Pour accomplir son objectif, Lysanne Richard devait devancer Jessica Macaulay et Yana Nestsiarava à cette dernière épreuve, ce qu’elle a fait grâce à un total de 300 points. L’Australienne Rhiannan Iffland a poursuivi sa domination, complétant une saison parfaite avec sept victoires en autant de compétitions.

Avec une deuxième place en Espagne, Lysanne Richard a décroché la troisième place au classement cumulatif du circuit de plongeon haut vol Red Bull.

« Je suis vraiment contente. C’est représentatif de la saison et nos positions actuelles », estime Lysanne Richard, qui a raté l’épreuve du Liban en raison d’une blessure au cou en milieu de saison, ce qui l’a privée d’un minimum de 30 points. Avec cette récolte, elle aurait également devancé Macaulay au cumulatif.

« En ayant raté le Liban, terminer top-3, c’est vraiment génial. En fait, je pense que ça ne s’est jamais fait qu’une athlète qui ne fait pas la série au complet termine tout de même sur le podium au cumulatif », souligne Lysanne Richard, qui a toutefois dépassé l’Australienne au classement mondial, et ce, même si elle a également fait l’impasse sur le Championnat du monde de la FINA.

Pour le classement mondial, le nombre de points est divisé par le nombre d’épreuves, ce qui est plus équitable. Sur le circuit Red Bull, elle a récolté cinq podiums en six participations, mais en raison du froid et des vents, l’épreuve en Irlande en début de saison n’accordait pas de points.

« Je suis un peu déçue que ce soit terminé. Je suis super bien remise », fait valoir Lysanne Richard qui, depuis son retour en Bosnie et en Espagne, a fait le minimum de plongeons afin de diminuer les risques de blessure.

« Je vais tout le temps être prudente comme ça. C’est sûr qu’il faut changer l’approche. Je dois être en pleine forme pour protéger mon cou parce qu’il ne faut plus jamais que ça arrive », exprime la mère de trois enfants qui ne devrait pas faire de haut vol d’ici la fin de l’année 2019.

« Mentalement, je n’ai pas le goût. J’adore ça plonger et je m’entends super bien avec mon entraîneur et les athlètes avec qui je suis à l’entraînement. Je vais m’ennuyer de tout ça. Physiquement, je suis vraiment en train de remonter la pente. Je vais vraiment de mieux en mieux et je sens que je suis dans un meilleur état physique général. Je suis en meilleure condition et je sens que mes muscles ont recommencé à savoir comment travailler. Je trouve ça dommage de devoir arrêter, mais on ne veut vraiment pas prendre de chance », raconte Lysanne Richard qui fera de la réadaptation pendant deux semaines avant d’entreprendre sa préparation physique.

« L’objectif est d’être dans la meilleure condition physique que je ne l’ai jamais été. Je pense que c’est comme ça que je vais être protégée des blessures. Oui, il faut solidifier le cou, mais il faut aussi que tout soit “top shape” », convient-elle.

« Je fais aussi faire beaucoup d’autres sports, pour bouger sans que ce soit lié à la performance. Ça va faire du bien de juste me changer les idées. Je vais aussi me concentrer sur mes conférences », annonce Lysanne Richard, lançant l’invitation afin de se produire au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Elle fera également cheminer le projet d’une tour de 20 mètres à la piscine du Stade olympique après avoir été à l’origine de l’installation d’une structure de 17 mètres. Pour le moment, elle ne peut pas en dire beaucoup sur la prochaine saison, mais elle avance tout de même que le calendrier sera très rempli et que le circuit se déplacera sur plus de continents.

« Ça va être la saison la plus internationale », promet Lysanne Richard.