Guillaume Charest, à gauche, et Dave McMullen.
Guillaume Charest, à gauche, et Dave McMullen.

L’Ultramarathon virtuel: clin d’oeil aux enfants de Leucan

Bien que l’édition 2020 de l’Ultramarathon du Saguenay-Lac-Saint-Jean au profit de Leucan ait été annulée, un peu plus d’une centaine de coureurs devraient quand même se relayer virtuellement pendant 32 heures, jeudi et vendredi, mais chacun dans leur coin de la région et parfois même à l’extérieur.

Instigateur de l’Ultramarathon, Dave McMullen rappelle que celui-ci a aussi été emporté par la vague d’annulation d’événements en raison de la pandémie mondiale du coronavirus. Il a été reporté en 2021, mais le comité organisateur voulait marquer l’événement. « Quand on a vu que les choses allaient “un peu mieux”, on s’est demandé ce qu’on pourrait faire pour juste faire un clin d’oeil aux enfants et aux familles de Leucan », relate-t-il. C’est ainsi qu’est née l’idée d’inviter les équipes inscrites à effectuer le parcours virtuellement, chacun le faisant à partir de sa résidence.

Par exemple, Dave McMullen donnera le coup d’envoi à 7h jeudi matin, alors qu’il courra un premier 30 minutes avant de passer la main à un membre de son équipe qui courra à son tour une demi-heure, mais à partir de chez elle, à Sainte-Monique-de-Honfleur. Puis ce sera le même principe pour deux autres relais avant que Dave McMullen ne reprenne le flambeau pour un autre cinq kilomètres.

« Chaque coureur établit son parcours de cinq kilomètres, mais il le fait de chez lui, de sorte qu’il n’y a aucun rassemblement ni escorte. Nous aurons toutefois un véhicule d’animation qui va se promener partout autour du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour aller voir les gens qui courent, et ce, autant de jour que de nuit », précise-t-il.

Il n’y aura pas de départ de masse pour l’édition virtuelle 2020 de l’Ultramarathon Leucan, mais ils seront probablement plus d’une centaine de coureurs à se relayer, chacun à partir de chez lui, pour effectuer les quelque 300 kilomètres en 32 heures, jeudi et vendredi.

« Le but, c’est de faire un clin d’oeil aux enfants de Leucan et à la famille de Leucan pour leur dire que même si on ne peut tenir l’événement, l’argent amassé va quand même les servir. De plus, le comité trouvait important de ne pas arrêter cette activité », fait valoir le grand manitou de l’Ultramarathon.

L’événement réunit habituellement plus de 300 coureurs répartis dans des équipes qui se relayent pendant 32 heures sur les quelque 300 kilomètres qui partent de Saguenay pour ceinturer le lac Saint-Jean et revenir à Saguenay.

L’invitation pour la version virtuelle a été lancée aux 347 inscrits, mais il n’y a pas d’inscription officielle. Les participants s’inscrivent sur l’une des plages disponibles sur la page Facebook de l’Ultramarathon Leucan. Dave McMullen s’attend toutefois à ce qu’un peu plus d’une centaine de coureurs participent à l’édition virtuelle.

Et plusieurs risquent de recevoir la visite du dynamique Guillaume Charest et son coéquipier à bord du véhicule d’animation, puisqu’ils sillonneront les diverses municipalités sur le parcours habituel. Il y aura aussi de l’animation sur la page Facebook. Les participants sont invités à envoyer des photos d’eux en action via le #ultraleucan2020.

Soulignons enfin que le comité organisateur ne sollicite pas de dons. « Le comité organisateur n’était pas à l’aise de solliciter des dons dans un contexte économique difficile. De plus, nous avions déjà près de 50 000 $ d’amassés qui seront remis à Leucan », a indiqué M. McMullen.