Les dirigeants de la Véloroute maintiennent actuellement le cap en vue d’une ouverture le 15 mai. « Nous travaillons avec Vélo Québec et l’Association des réseaux cyclables du Québec (ARCQ) pour obtenir des directives provinciales », annonce David Lecointre
Les dirigeants de la Véloroute maintiennent actuellement le cap en vue d’une ouverture le 15 mai. « Nous travaillons avec Vélo Québec et l’Association des réseaux cyclables du Québec (ARCQ) pour obtenir des directives provinciales », annonce David Lecointre

L’ouverture de la Véloroute toujours prévue pour le 15 mai

Les cyclistes qui ont déjà commencé à reluquer leur monture en vue d’une escapade printanière devront peut-être attendre encore un peu, même si dans la région, certains braves ont fait fi du temps frisquet et du sable sur les accotements pour commencer à rouler.

Interrogé aux mesures à prendre, David Lecointre de la Véloroute des Bleuets, qui s’occupe aussi du club cycliste Proco d’Alma, a indiqué que les dirigeants de la Véloroute maintiennent actuellement le cap en vue de son ouverture annuelle le 15 mai.

« À ma connaissance il n’existe actuellement pas de règlement municipal relatif à la circulation des cyclistes dans le cadre de la crise COVID-19. Nous travaillons avec Vélo Québec et l’Association des réseaux cyclables du Québec (ARCQ) pour obtenir des directives provinciales », souligne-t-il via Messenger.

« Le gouvernement du Québec et la Direction de la Santé publique reconnaissent les réseaux cyclables comme « insfrastructure essentielle de logistique et de transport ». De plus, la « durée de contact » lors d’un croisement ou d’un dépassement n’est pas suffisante pour que le virus se partage. Les sections de pistes cyclables, en site propre de la Véloroute des Bleuets, mesurent trois mètres de large. Enfin, 50 % du circuit est en piste cyclable, 25 % en chaussée désignée et 25 % en accotement », évalue-t-il.

« Pour l’instant, ça ne pose pas vraiment de problème puisque les pistes sont encore recouvertes de neige, mais il faudra s’informer des réglementations qui seront mises de l’avant dans les municipalités. Car, avec l’arrivée des températures plus clémentes et l’ouverture progressive des réseaux cyclables, plusieurs gestionnaires et municipalités se questionnent déjà sur le maintien et l’ouverture de leurs installations aux usagers. »

L’ARCQ a d’ailleurs avisé ses membres qu’elle s’unissait avec Vélo Québec ainsi qu’avec le Conseil québécois du sentier Transcanadien pour parler d’une seule voix avec le ministère des Transports (MTQ) pour obtenir certaines directives concernant l’ouverture, les opérations, l’entretien et le financement des réseaux cyclables. « D’ici là, nous vous invitons à poursuivre vos opérations afin d’assurer la santé et la sécurité de tous les usagers de vos réseaux, tout en respectant les consignes transmises par la Direction de la santé publique du Québec. Des réseaux cyclables entretenus et sécuritaires contribueront certes à la ‘‘relance’’ après cette période d’incertitude.

La Baie ouvre

Cela dit, le conseiller de La Baie, Éric Simard, avait une bonne nouvelle à annoncer sur sa page Facebook jeudi. Après discussions avec l’assistant du directeur des travaux publics, le déneigement des pistes cyclables qui borde la magnifique baie des Ha ! Ha ! est commencé. « Sachant que les effectifs sont réduits, le dégagement de nos pistes cyclables devrait être fait en entier ou en grande partie au plus tard en fin de semaine prochaine étant donné les congés de Pâques. L’avantage est que la grande partie de nos pistes cyclables reçoit les rayons de soleil plus longtemps durant la journée, ce qui aide grandement le dégagement de nos pistes », écrit-il.

+

LES RECOMMANDATIONS DE LA FQSC

En raison de la pandémie de la COVID-19, la Fédération des sports cyclistes du Québec (FQSC) avait émis les recommandations suivantes sur son site (www.fqsc.net), tout en incitant les cyclistes à opter l’entraînement intérieur sur différentes plateformes plutôt que de rouler à l’extérieur et de risquer de se blesser, ce qui n’aiderait pas le système de santé. Les pelotons serrés sont évidents à éviter et on parle d’une distance d’au moins cinq mètres avec votre prédécesseur.

Voici les recommandations :

• À l’heure actuelle, la FQSC encourage vivement les athlètes qui peuvent s’entraîner à la maison de privilégier cette option. À titre d’exemple, plusieurs athlètes membres de l’équipe nationale, dont le Québécois Antoine Duchesne, ont organisé des sorties en ligne sur la plateforme Zwift.

• Bien que les autorités sanitaires concernées n’ont pas interdit le cyclisme en plein air, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda a haussé le ton concernant les rassemblements d’individus autant dans les espaces publics qu’à l’extérieur. Dans ce sens, il est proscrit de rouler en peloton sur le réseau routier québécois.

• Si vous décidez de sortir, il est essentiel que vous pratiquiez la distanciation physique et une bonne hygiène. Gardez en tout temps une distance physique de deux mètres avec les autres piétons et d’au moins cinq mètres avec les autres cyclistes et évitez les zones surpeuplées. Soyez autosuffisants lors de vos sorties et pilotez votre vélo de manière sécuritaire. Avec une telle pression sur notre système de santé, il est de notre responsabilité de gérer les risques partout où nous le pouvons. Tenez-vous aux itinéraires que vous connaissez bien et qui sont proches de chez vous, et évitez de sortir du territoire québécois. Ne sortez faire un tour qu’une fois par jour ou selon vos besoins. De plus, veuillez respecter les fermetures de sentiers des parcs nationaux et provinciaux.

• N’organisez pas de sorties en groupe et ne roulez qu’avec des gens avec qui vous vivez déjà. Si les cyclistes ne pratiquent pas une distanciation sociale appropriée, le gouvernement pourrait décider qu’il n’a pas d’autre choix que d’intervenir et d’empêcher toutes les sorties en plein air, comme c’est le cas dans d’autres pays. Enfin, les clubs ne devraient pas tenir d’activités de groupe organisées (y compris les sorties, les entraînements, le coaching en personne et les événements) durant cette période, conformément aux conseils du gouvernement sur les rassemblements sociaux et les voyages non essentiels.