L’Open de Saguenay lancera la saison provinciale de curling

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Le Club de curling de Kénogami sera l’un des premiers, sinon le premier, à accueillir un tournoi traditionnel quatre contre quatre masculin dans la province, en début de saison, avec l’Open de Saguenay, lequel se déroulera du 16 au 18 octobre.

« À date, je n’en ai pas vu encore d’affichés dans la province. Il y a des chances que ce soit le premier de curling quatre contre quatre », annonce l’un des organisateurs, Robert Desjardins, de l’équipe Hôtel Le Montagnais, qui s’est associée avec un autre quatuor régional, celui de Yannick Martel, pour l’événement qui regroupera un maximum de 16 équipes dans une seule classe ouverte.

En entrevue téléphonique, Robert Desjardins mentionne que plusieurs tournois de quatre contre quatre ont été annulés dernièrement. Les dirigeants de plusieurs clubs ont notamment choisi d’ouvrir plus tard en raison de l’incertitude entourant la COVID-19 et d’autres ont décidé d’accueillir seulement les membres. Dernièrement, deux tournois ont été annulés à Ottawa, un autre à Montréal tandis qu’un tournoi à Toronto a quant à lui été reporté. « Suite à ça, on s’est dit qu’on allait en organiser un parce que les gens veulent jouer au curling », mentionne Robert Desjardins, qui est également impliqué au sein du Circuit provincial Goldline double mixte, où l’organisation d’événements est plus facile, à son avis, en raison du moins grand nombre de joueurs tant sur la glace qu’à l’intérieur du club.

« Les gens ont besoin d’être rassurés présentement. C’est comme si tout le monde avait peur d’être le premier à faire quelque chose », déplore Robert Desjardins, notant que des façons de faire peuvent facilement être mises en place afin de respecter les exigences de la Santé publique et la distanciation physique. « C’est de montrer que ça se fait. Il faut juste réfléchir et trouver de bonnes solutions », plaide Robert Desjardins, soulignant la collaboration du président du Club de Kénogami, Frank Moffatt.

Quelques règles de jeu ont également été modifiées récemment. Parmi les plus importants changements, chaque équipe ne peut avoir qu’un seul brosseur à la fois, les déplacements sont prédéterminés sur la surface et quand une équipe lance une pierre, les adversaires doivent attendre et ne peuvent pas brosser pour faire sortir une pierre de la maison. « Avec l’avènement du brossage directionnel, on brosse presque déjà la moitié des pierres avec un seul joueur. Ça ne sera pas un changement majeur », estime Robert Desjardins, précisant que Curling Québec n’impose pas le masque sur les glaces, à moins d’indications contraires du club, ce qui n’est pas le cas à Kénogami.

Pour la restauration et le bar, les règles habituelles s’appliquent. Un horaire sera également déterminé pour les repas, dont celui de tourtière du samedi soir. « Il ne faut pas oublier qu’une partie importante du curling, c’est la tradition d’aller s’assoir avec l’autre équipe et jaser un peu après chaque match », rappelle Robert Desjardins, insistant sur l’importance de cette facette pour les joueurs, peu importe leur calibre.

Des changements administratifs ont marqué le curling, au cours des derniers mois, et l’événement saguenéen sera inscrit à la Fédération mondiale de curling et sur le site associé Curlingzone.com. « Ça permet à tous les petits tournois de pouvoir s’enregistrer, d’avoir une meilleure visibilité et non pas juste les plus gros. Ça donne aussi une plus grande facilité pour les équipes de ‘‘magasiner’’ les tournois parce qu’ils se retrouvent tous au même endroit », explique Robert Desjardins.

Étant donné que les points des classements mondiaux sont gelés depuis mars et au moins jusqu’au 1er novembre, les organisateurs ne s’attendent pas à recevoir d’équipes de l’extérieur du Québec, sauf peut-être de l’Est de l’Ontario. « Le but, c’est pour éviter que les équipes courent après les points. C’est sûr qu’on n’aura pas beaucoup d’équipes de l’Ontario qui vont venir ici parce que les points ne comptent pas », convient Robert Desjardins.

« On verra ce qui va se passer par la suite, parce qu’on ne sait pas si la Fédération mondiale va ‘‘dégeler’’ les classements mondiaux le 1er novembre. Rien ne garantit ça », enchaîne-t-il, notant une certaine nervosité dans le milieu du curling vis-à-vis cette situation qui provoque l’interrogation chez plusieurs joueurs. Les classements servent effectivement de qualification en prévision des compétitions internationales et nationales, dont les essais olympiques.

Le tournoi saguenéen comptera toutefois au classement provincial de Curling Québec.

« Il faut comprendre qu’en début de saison, en septembre et octobre, on joue au curling surtout dans notre province », indique Robert Desjardins, qui se rendra tout de même à quelques reprises en Ontario en début de saison avec ses coéquipiers, ce qui servira de préparation.

Parmi les nouvelles règles en vigueur, un seul brosseur peut balayer devant la pierre au lieu de deux.