Les Jeannois Benoit Lavoie et Pierre Vincent ont pu vivre en direct la victoire de la France aux dépens de la Croatie en grande finale de la Coupe du Monde de soccer à Moscou.

L’occasion d’une vie pour Benoit Lavoie

En 1998, Benoit Lavoie avait pu vivre la frénésie française sur les Champs-Élysées, en France, alors que les Bleus avaient remporté leur première Coupe du monde de soccer avec, en tête, le monstre sacré Zinédine Zidane. Vingt ans plus tard, c’est l’inverse, mais tout aussi grandiose pour « Benito », qui, en compagnie de son compagnon de voyage Pierre Vincent, a pu vivre en direct la deuxième étoile décrochée par la France, dans une victoire de 4-2, contre la Croatie.

Arborant fièrement son chandail des champions de 1998, avec Zidane au dos, le Jeannois a aussitôt partagé ses émotions sur sa page Facebook : « La France championne du monde... Moment de vie... Incroyable ! ... Merci la vie ! ... Merci à mon compagnon de voyage Pivalolou Vincent ! »

Joint alors qu’il sortait du stade Loujniki de Moscou, Benoit Lavoie n’était pas encore tout à fait remis de ses émotions. « C’est incroyable ! Je n’en reviens pas encore ! Il y a 20 ans, on n’était pas dans le stade quand ils avaient gagné la Coupe du monde, mais on était sur les Champs-Élysée le soir de la finale. Là, on était dans le stade. C’était tout un match ! Pour un ‘‘tripeux’’ de soccer comme moi, c’était ‘‘hot’’ », commente celui qui a pu partager son bonheur avec la clientèle de l’Espace Soccer d’Alma, malgré les milliers de kilomètres qui les séparaient.

Le Jeannois avait un petit dilemme avant de se pointer au stade pour la grande finale : quel chandail de la France endosser ? Celui de 1998 avec Zidane au dos ou l’actuel chandail des Bleus ? « Pierre (Vincent) m’a dit : ‘‘ Garde celui de Zidane, il va porter chance ! ’’ » Et la France a gagné ! », raconte-t-il, pendant que des partisans français hurlaient de bonheur en voyant (Antoine) Griezmann s’avancer vers eux, avec le convoité trophée à bout de bras.

Benoit Lavoie était prêt pour la grande finale.

« Je ne pense pas revivre ça, avoue l’enseignant en éducation physique à l’École secondaire Camille-Lavoie d’Alma. J’ai été chanceux d’être pigé pour les billets. C’était le ‘‘trip’’ d’une vie, et il est fait. C’était beaucoup d’émotions et de beaux moments. On a vu deux quarts de finale, une demi-finale et la finale. (Dimanche), c’était la première fois qu’on voyait la France. Les Croates, on les avait vus en demi-finale, gagner en supplémentaire contre l’Angleterre. Il y avait plein de Français et de Croates dans le stade de 78 000 personnes. C’était un beau stade, un beau match, une belle ambiance et vraiment une belle finale ! »

Des quatre matchs auxquels ils ont pu assister, il classe au sommet la finale, suivi de la demi-finale Croatie-Angleterre, décidée en supplémentaire. « Ç’avait été un super match aussi, souligne Benoit Lavoie, ajoutant que les Russes se sont joints aux partisans croates. On dit qu’il y avait 10 000 à 12 000 Croates dans le stade aujourd’hui. Il devait y avoir presque autant de Français, en plus des adeptes de partout dans le monde. »

Les Jeannois Benoit Lavoie et Pierre Vincent en compagnie d’un petit groupe de partisans français venus encourager les Bleus pour l’ultime match!

Le Jeannois se promettait d’aller à la place Rouge avec Pierre Vincent pour y déguster une bonne bière à la santé de la victoire française et d’un 15 jours bien rempli au rythme du monde du foot. « Il nous restera une journée pour relaxer avant notre départ très tôt mardi matin », lance celui qui a tenu à remercier Guylaine Dufour, propriétaire du resto GD Oeufs, qui héberge Espace Soccer.

Il y avait aussi plusieurs Canadiens pour la grande finale de la Coupe du monde entre la France et la Croatie.
Ça bourdonnait d’activités autour de la boutique officielle des fans!
Même s’il était à des milliers de kilomètres de sa clientèle d’Espace-Soccer, Benoit Lavoie leur a fait un beau clin d’oeil en direct du stade Loujniki de Moscou.
Benoit Lavoie a opté pour son maillot de Zidane de la Coupe de 1998.
Même en son absence, Benoit Lavoie est resté en contact avec sa clientèle d’Espace Soccer d’Alma. Il a communiqué régulièrement avec ses clients et autres passionnés de la région. «Je suis à l’affût sur le Web. Je m’étais arrangé avec mon fournisseur et j’avais du temps d’antenne pour parler en direct avec des amis.» De 70 à 80 personnes ont écouté la finale, dimanche, à Espace Soccer, qui fait la promotion de la culture du ballon rond.