LNAH: Roberval attend des réponses

Y aura-t-il une équipe de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) à Roberval cet automne ? Si le dossier chemine bien dans les officines de la municipalité, le temps commence quand même à presser. Car les disponibilités du nouveau centre sportif sont de plus en plus restreintes avec l’arrivée des nouveaux programmes de hockey scolaire à la Cité étudiante de Roberval.

Directeur du service des loisirs, Carol Martel a indiqué que la municipalité avait fait ses devoirs et qu’elle était en attente de nouvelles de la part de la LNAH à la suite de la réunion tenue lundi soir. 

« On chemine dans le dossier. Il y a des gens qui ont démontré de l’intérêt, mais ils ont aussi des questions auxquelles ils veulent avoir des réponses avant de déposer un montant d’argent sur la table. De notre côté, ça va bien. On s’est fait un plan de match et dès qu’on a des réponses favorables à nos questions, on passe à l’étape suivante. »

Le départ du commissaire Richard Martel ne changera pas la donne. 

« On avait de bonnes relations avec M. Martel. La ligue nous avait approchés pour implanter une équipe à Roberval. Nous avions un cahier de charge à remplir et des choses à valider et on a fait nos devoirs à ce niveau-là. On attend de connaître les décisions de la ligue concernant le repêchage d’expansion ou le transfert d’équipe avant de prendre des décisions pour la suite des choses. »

Le directeur du service des loisirs rappelle que le premier pas dans ce dossier consistait à obtenir le feu vert du conseil municipal pour travailler sur le projet. 

De l’intérêt et des questions

« J’ai reçu le mandat du conseil municipal pour rencontrer M. (Richard) Martel afin de cheminer dans ce dossier et d’essayer de trouver des gens qui seraient intéressés. Il y a des gens qui ont de l’intérêt, mais qui ont aussi des questions. Nous sommes très conscients que nous sommes à Roberval et non au centre-ville de Jonquière ou de Trois-Rivières. Il n’y a rien d’impossible, mais nous, il faut qu’on prenne nos aplombs et qu’on démarre, non pas sur les chapeaux de roues, mais comme (les Knights) Las Vegas. Nous voulons savoir quels joueurs seront protégés et jusqu’à quand. Pour cela, il faut que la ligue parle aux autres équipes. »

Déjà fort occupé

Chose certaine, il faudra que le dossier chemine quand même assez rapidement. « Parce que si on veut avoir une équipe de la LNAH en 2018-19 à Roberval, il reste encore beaucoup de travail à faire, souligne M. Carol Martel. Si j’enlève mon chapeau de directeur du service des loisirs pour mettre celui de gérant d’aréna, il y a aussi encore pas mal d’ouvrage à faire pour intégrer une équipe de la LNAH dans un aréna qui est quasiment à 100 % d’occupation. »

Dès cet automne, la Cité étudiante accueillera trois nouvelles équipes de hockey scolaire, soit le benjamin division 1, ainsi que le cadet et le juvénile division 2. 

« Dans le jour, on est quasiment complet avec tous les nouveaux programmes de hockey scolaire qui vont occuper l’endroit tous les jours jusqu’à 14 h. Par la suite, ce sont des locations ou des ligues mineures et les soirs, ce sont d’autres ligues. Et les fins de semaine, le hockey scolaire va aussi disputer des matchs. Il y a déjà le junior AA et s’il faut avoir la LNAH, l’horaire commence déjà à être pas mal plein. »

Chacune des nouvelles formations du hockey scolaire disputera vingt matchs locaux les fins de semaine. Idem pour une équipe de la LNAH si le projet se concrétise. 

Or, tous ces ajouts nécessiteront une gymnastique importante au niveau de la gestion des plages disponibles. 

Les autorités municipales aimeraient donc être fixées rapidement et elles n’écartent pas la possibilité de reporter le projet de la LNAH à l’an prochain au besoin.

Copropriétaire des Marquis de Jonquière, Marc Boivin est favorable à l’arrivée d’une équipe de Roberval dans la LNAH. Mais il plaide également pour que les nouvelles concessions puissent se bâtir des équipes compétitives pour créer l’intérêt.

Marc Boivin veut éviter les erreurs du passé

Copropriétaire et DG des Marquis de Jonquière, Marc Boivin verrait d’un bon œil l’arrivée de Roberval dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) et il souhaite même que les autres clubs du circuit fassent en sorte que la municipalité jeannoise puisse se bâtir une équipe compétitive dès la première année d’existence.

Présent lundi soir à la réunion du circuit dirigée pour une dernière fois par le commissaire Richard Martel, Marc Boivin souhaite en effet que la ligue ne commette pas les mêmes erreurs que par le passé dans le dossier des nouvelles franchises, comme ce fut le cas pour Cornwall, voire Jonquière à l’époque.

« Quand on est rentré dans la ligue à l’époque, on n’avait pas eu le choix d’acheter la liste de joueurs de Saint-Jean. On nous avait proposé un repêchage, mais les conditions étaient exécrables, relate-t-il. Les scénarios envisagés sont plus sensés », estime-t-il. « Personnellement, je ne veux plus de situation comme Cornwall qui n’avait pas le droit d’avoir des gars de l’Ontario. Il ne faut pas leur mettre des bâtons dans les roues comme ce fut le cas de Cornwall et que, par la suite, ils perdent par de gros pointages. » 

Ainsi, si le projet de Berlin se concrétise, les dirigeants devraient pouvoir recruter des joueurs aux États-Unis.

« Moi, je souhaite que si Roberval vient jouer à Jonquière, son équipe ait une chance de nous battre avant de commencer le match. D’ailleurs, cette année, il y avait une bonne parité dans la ligue. »

Si Marc Boivin considère que l’arrivée de Roberval serait un plus, il reste que les équipes actuelles doivent s’entendre sur la formule à préconiser pour la confection des nouvelles concessions et des listes. « On sait que Roberval est dans le décor. Moi, je vois ça comme un plus, mais il ne peut pas y avoir de territoire protégé pour le Lac. Par contre, je ne serais pas fermé à organiser quelque chose pour qu’ils puissent aligner eux aussi des joueurs de la région », explique Marc Boivin.

Évidemment, si Roberval joint la ligue dès l’automne, Boivin aimerait que le calendrier fasse en sorte que les deux clubs ne jouent pas le même soir pour éviter de diluer la clientèle. Par contre, lorsque les deux clubs s’affronteront, il est clair que l’aréna sera plein, peu importe que le match soit à Jonquière ou à Roberval. « Mais c’est important qu’ils aient une bonne équipe », insiste le DG des Marquis.

Retours confirmés

D’autre part, à l’exception de Trois-Rivières, les cinq autres clubs ont confirmé leur retour lors de la réunion de lundi. À la demande de Richard Martel, le propriétaire du club de Trois-Rivières a remis l’équipe à la ligue afin que les groupes intéressés puissent se manifester rapidement et amorcer des démarches avec la municipalité de Trois-Rivières dans les plus brefs délais.

Des rencontres avec les villes intéressées devraient avoir lieu, au cours des prochains jours, et il a été convenu de tenir une nouvelle rencontre mardi prochain (29 mai) pour faire le point sur les dossiers des nouvelles franchises. Pour sa part, Marc Boivin souhaite que les discussions se déroulent rondement afin d’éviter de se retrouver dans la même situation que l’an dernier, où l’avenir de la ligue demeurait incertain.