L'incompréhension d'un propriétaire de gym jonquiérois

Le propriétaire du Complexe Fitness Santé et de CrossFit 2342 à Jonquière, Christian St-Gelais, a laissé entendre sa déception concernant la réouverture tardive des centres d’entraînement physique dans une lettre destinée aux médias.

«Je ne comprends pas pourquoi nous avons été si écartés et oubliés compte tenu de l’importance de ce secteur», peut-on lire dans la missive.

En effet, M. St-Gelais indique qu’il est possible de pratiquer la distanciation physique dans ses centres d’entraînement et que des mesures de salubrité comme la désinfection des appareils et l’usage de serviettes propres individuellement étaient déjà en place avant le virus. «Ça fait 30 ans que je fais ça au CrossFit. On brosse et on désinfecte nos barres, nos machines et nos tapis. C’était comme ça bien avant la pandémie», a-t-il fait savoir en entrevue.

Il ajoute également que la forme physique est d’autant plus importante lorsqu’il est temps de combattre le nouveau coronavirus.

Un appel aux élus

Christian St-Gelais s’explique mal la réaction des élus de la région qui prônent normalement les bénéfices de l’activité physique. «L’activité physique, ça me tient à cœur. Ils sont où nos élus pour nous aider, Sylvain Gaudreault, Josée Néron? Ils nous laissent tombe», a-t-il lancé à l’autre bout du fil.

Pour lui, la région est prête à passer à l’étape suivante devant les chiffres plutôt stables du nombre de cas et de décès qui sont dévoilés chaque jour au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Est-ce qu’on peut commencer à vivre et commencer à refaire nos sous? Certains ne passeront pas au travers», a souligné le propriétaire de deux installations sportives.

Ouvrir au plus vite
Déjà, il prévoit contacter le service de police de Saguenay mardi après-midi ou mercredi pour les informer qu’il débuterait des séances d’entraînement bientôt. «Ça commence à se faire à Québec, donc je vais appeler et ça devrait être correct. C’est légal.»

Christian St-Gelais proposera des plages horaires sur le site Internet de CrossFit 2342 où les gens pourront s’inscrire. C’est ainsi qu’il pourra gérer les allées et venues de ses premiers clients.

Il se dit prêt à se plier à toutes les mesures qui seront imposées aux centres d’entraînement, pourvu que ceux-ci puissent rouvrir bientôt. «À la minute qu’ils vont m’envoyer les normes, je vais être plus que prêt et les salles vont être placées selon les normes.»