Mathieu Dion
Mathieu Dion

Levée de bouclier contre le ministre Roberge

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Plusieurs personnes du monde du sport se sont levées contre la décision du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, de mettre sur la glace les activités parascolaires des élèves qui ne font pas partie de la même classe-bulle. Cette décision sème la confusion pour plusieurs puisqu’elle semble incohérente avec la relance des activités des sports civils.

C’est le cas de la joueuse de basketball du Bleu et Or de l’École polyvalente Arvida, Sophie Bergeron qui, en compagnie de sa coéquipière Amaryllis de la Sablonnière, a adressé une lettre à M. Roberge lui demandant de prendre le temps de bien étudier la situation avant de prendre une telle décision.

À LIRE AUSSI : Sport scolaire et bulle-classe: l’«incohérence» du ministre Roberge dénoncée [VIDÉO] 
À LIRE AUSSI : Le monde du sport scolaire ne comprend pas

« Nous vous écrivons ces lignes à la suite des multiples articles qui inondent nos réseaux sociaux présentement, concernant la non-rentrée des athlètes aux sports-études 2020. Nous avons bien compris les décisions prises en mars dernier et les avons respectées. Nous sommes aussi très conscientes que le coronavirus est toujours présent. Nous avons tant bien que mal fait des efforts pour poursuivre nos études et bouger le plus possible dans les circonstances. En enlevant la pratique de sports scolaires, vous nous enlevez la possibilité de nous dépasser. Nous avons besoin de sports pour vivre », font savoir les deux jeunes athlètes de 16 ans.

Amaryllis de la Sablonnière et Sophie Bergeron

« Nous carburons à cette rigueur d’entrainements quotidiens, guidés par nos entraîneurs. D’autant plus que pour plusieurs d’entre nous le sport est une motivation. Notre santé mentale et physique en dépend. SVP, tenez compte de nos arguments avant de prendre votre décision finale », concluent-elles.

Sophie Bergeron croit que son cri du cœur résonnera dans les bureaux du gouvernement. « Selon moi oui, car chaque petit geste peut changer le cours des choses et que peut-être même que ça va les toucher personnellement. Ils vont voir que ça l’a un réel impact pour nous les jeunes », a-t-elle ajouté. Après seulement deux heures, sa publication avait déjà plus de 100 partages.

Même son de cloche chez les entraîneurs

Si la majorité des entraîneurs au niveau scolaire et des directions des écoles ont préféré ne pas faire de commentaires, en prenant soin de spécifier leur mécontentement, l’entraîneur des Voyageurs midget AAA de Saguenay, Mathieu Dion, a lui aussi pris position sur les médias sociaux.

« Le réseau de développement midget AAA est en action depuis juillet et aucun cas n’a été répertorié. Il faut aussi savoir qu’il y a une différence entre les régions et les grands centres. Non seulement les jeunes seront privés de leurs sports, mais certains entraîneurs qui sont pères de famille seront aussi privés de leur emploi », a souligné Mathieu Dion.

Il ne s’est d’ailleurs pas gêné pour critiquer la gestion du gouvernement dans cette crise sanitaire, écorchant au passage le ministre Roberge. « La gestion de cette crise devient de plus en plus chaotique. J’espère qu’après avoir combattu cette pandémie, nous donnerons autant d’efforts pour combattre la bureaucratie et les politiciens qui sont rendus beaucoup trop loin de la population pour prendre des décisions éclairées. Surtout ce fameux M. Roberge qui semble avoir compris qu’il y a seulement les fous qui ne changent pas d’idée ! Un peu de sens et de logique dans l’ensemble de vos décisions feraient un grand bien », a-t-il poursuivi.