Théo Rochette a connu un été passablement mouvementé avant d’arriver à Chicoutimi pour le début du camp des Saguenéens.

L’été chargé de Théo Rochette

De nature calme et réservé, Théo Rochette ne pense pas faire de crises d’anxiété en pensant à la pression qui vient avec son statut de choix de première ronde, septième au total.

Le hockeyeur à la nationalité suisse et canadienne prend tranquillement ses aises sur la surface glacée du centre Georges-Vézina. Il faut dire qu’il n’a pas trop eu le temps de s’arrêter pendant l’été, avec les voyages entre la Suisse et l’Amérique du Nord, en plus de sa participation à un camp de perfectionnement et son rôle de capitaine de la Suisse à la Coupe Hlinka-Gretzky, du 6 au 11 août.

« Ce fut difficile de trouver du temps avec tous les camps, mais j’ai progressé et j’ai eu le temps de bien récupérer », a assuré Théo Rochette, un membre actif de l’équipe U20 de Lausanne en Suisse la saison dernière. Dans une ligue qui regroupe des joueurs de 16 à 19 ans, il a récolté 34 points en 43 matchs, et ce, même s’il était surclassé.

Maintenant installé en Amérique du Nord, Rochette retombe peu à peu sur ses pattes. Habitué d’évoluer sur une patinoire aux dimensions olympiques, la glace du centre Georges-Vézina lui va à ravir.

« La pression redescend pour tout le monde et le calibre augmente de jour en jour, a-t-il remarqué. Je ne suis pas trop nerveux, il faut juste jouer au hockey et être soi-même. Au final, tout va entrer en place. »

À l’instar de son bon ami Hendrix Lapierre, une certaine pression pèse sur les épaules de Rochette, deuxième choix de première ronde des Sags en juin dernier. Sauf qu’à en croire sa gestuelle, le principal intéressé n’est pas près de grimper dans les rideaux.

« J’essaie seulement de jouer au hockey et je veux avoir du fun sur la glace, a-t-il fait valoir. Le reste va venir tout seul. »

Un rôle important
Théo Rochette revient enchanté de sa participation à la Coupe Hlinka-Gretzky, alors que ses talents de meneur ont été mis à contribution. Sans victoire en trois matchs, la Suisse était composée de plusieurs joueurs de 16 ans, dans une compétition regroupant des joueurs de moins de 18 ans.

« Individuellement, je pense que j’ai fait un bon job et je suis assez content de moi, a d’abord résumé Rochette. Après, c’est clair que les résultats ne sont pas venus. On n’avait peut-être pas une excellente équipe, mais on va avoir la chance de se reprendre. Le rôle de capitaine est important et quand on me l’a offert, j’étais très content. J’aime faire partie des leaders dans une équipe. »

Avant la Coupe Hlinka-Gretzky, le Canado-suisse a participé à un prestigieux camp organisé par l’agence de Pat Brisson, CAA Hockey, dont a fait partie Jack Hugues, phénomène américain pressenti pour être l’un des meilleurs espoirs en vue du repêchage de la Ligue nationale de hockey.

+

UN COUP DE CIRCUIT, SELON CARL BOUCHARD 

Les sélections de Hendrix Lapierre et Théo Rochette par les Saguenéens sont un coup de circuit réussi par Yanick Jean et sa bande, selon Carl Bouchard, directeur du Centre de soutien au recrutement (CSR) de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

En raison de ses fonctions, Bouchard a vu jouer Lapierre à maintes reprises, durant la dernière saison, pour finalement le classer au premier rang de la liste finale dévoilée avant le repêchage. 

La prédiction du CSR s’est avérée lorsque les Sags ont réclamé l’attaquant au tout premier rang.

Carl Bouchard était présent à Calgary en juillet pour le camp d’évaluation des moins de 17 ans. Il s’est dit impressionné par la tenue du nouvel espoir des Bleus.

« Le calibre était beaucoup plus fort et il a été capable de monter son jeu d’un cran, a noté Carl Bouchard. Je l’ai trouvé plus impressionnant à Calgary que pendant toute la saison dernière. À mon avis, il n’y a aucune gêne à le comparer avec le meilleur espoir de la Ligue de l’Ontario et de la Ligue de l’Ouest. »

Selon Carl Bouchard, la capacité d’adaptation de Hendrix Lapierre fait de lui un joueur redoutable.

« Il a joué au centre et à l’aile, et partout où il jouait, il était à l’aise, a exposé le directeur du CSR. C’est un gars qui est capable de jouer sur 200 pieds, en plus d’avoir les habiletés. Ça commence à être de beaux atouts. Pour les Saguenéens et les spectateurs, ça va être intéressant. De plus, de ce qu’on a vu de Théo Rochette, je pense qu’ils ont frappé un coup de circuit. »