Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
La fragilité des glaces a incité Pêches et Océans Canada à reporter l’ouverture de la pêche aux poissons de fond sur le fjord du Saguenay au 23 janvier.­
La fragilité des glaces a incité Pêches et Océans Canada à reporter l’ouverture de la pêche aux poissons de fond sur le fjord du Saguenay au 23 janvier.­

Les zecs s’ouvrent à la pêche blanche

Article réservé aux abonnés
Le réseau des zecs de la région s’ouvre enfin à la pêche hivernale. Ça fait plus de 40 ans que les villégiateurs attendent cette opportunité.

Par le passé, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a toujours été réticent à permettre cette activité, pour différentes raisons, dont la disponibilité de la ressource, les difficultés à ouvrir un poste d’accueil l’hiver, le contrôle de l’accès au territoire et la crainte de faire concurrence aux activités de pêche sur glace sur le fjord.

La pandémie de COVID-19 a forcé les zecs à mettre en ligne des postes d’accueil virtuel pour l’achat de droit d’accès, de droit de pêche et la déclaration des prises. Le nombre de truites capturées en période estivale ne cesse de diminuer depuis 20 ans, les nouvelles technologies dans la fabrication des motoneiges facilitent l’accès au territoire et le réchauffement climatique risque de mettre en péril à long terme la pêche sur les glaces du fjord du Saguenay. Les planètes sont donc alignées pour permettre la pêche blanche sur les zecs.

La zec Onatchiway a lancé un projet pilote, il y a deux ans, en ouvrant une vingtaine de lacs pour la pêche hivernale. Les gestionnaires avaient identifié des lacs qui n’avaient pas atteint leur quota maximal de captures en période estivale, rendant ainsi une ressource halieutique accessible pour la pêche hivernale.

Onatchiway est la seule zec de la région qui gère un poste d’accueil l’hiver, avec le Club de motoneige Onatchiway, qui entretient un réseau de sentiers privés non affilié à la Fédération des motoneigistes du Québec.

La zec compte plusieurs centaines de villégiateurs avec des chalets de pêche quatre saisons, et l’accessibilité est facilitée par des sentiers de motoneige entretenus tout l’hiver. Des centaines de remises à motoneige et un stationnement ont été construits près du poste d’accueil, pour permettre aux adeptes de stationner leur véhicule et de se rendre à leur chalet en motoneige.

Villégiature hivernale
De plus en plus de propriétaires de chalets en forêt utilisent leur habitation en période hivernale pour y pratiquer la motoneige hors piste ou des activités de plein air, comme la raquette, le ski de randonnée, le collectage du lièvre et, maintenant, la pêche sous la glace. Les dix zecs de la région comptent pas moins de 4000 lacs de pêche.

Cet hiver, sept zecs sur dix offriront 71 lacs pour la pêche hivernale, et cette activité risque de gagner en popularité au cours des prochaines années. Les propriétaires de chalet pourront facilement percer un trou dans la glace du lac en face de leur chalet pour avoir la chance de manger un bon repas de truites sauvages pendant leur séjour de villégiature en forêt.

Même si la plupart des lacs de pêche hivernale sont accessibles en motoneige, il y a possibilité, dans certaines zecs, de s’y rendre en voiture ou d’avoir accès au lac de pêche en raquette. Les zecs Rivière-aux-Rats, la Lièvre et Martin-Valin comptent entre 30 et 65 km de route ouverte à la circulation. Le lac Jalobert, en face de l’Auberge du km 31, sur la zec Martin-Valin, fait partie des lacs accessibles en voiture.

Saison reportée sur le fjord
L’ouverture de la pêche hivernale sur les zecs concorde avec le report de la saison de pêche aux poissons de fond sur le fjord du Saguenay au 23 janvier, en raison de la fragilité des glaces. Normalement, aujourd’hui, le samedi 9 janvier, il devrait y avoir de nombreux pêcheurs de morues, de flétans et de sébastes sur les glaces de la baie des Ha! Ha! , lesquelles seraient tapissées de tentes multicolores et de pêcheurs assis devant un trou de pêche.

Les amateurs de pêche blanche sur le fjord du Saguenay devront se contenter pour le moment de taquiner l’éperlan dans leur abri temporaire, alors que l’ouverture de la pêche au poisson de fond a été reportée au 23 janvier. De nombreux adeptes pourront profiter de l’offre de pêche blanche sur les zecs de la région.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux adeptes ont manifesté leur intention de planter leur tente au lac Saint-Jean, au lac Kénogami, au lac Vert ou sur les lacs des zecs.

Prudence sur les glaces
La Ville de Saguenay interpelle les amateurs de pêche blanche afin qu’ils fassent preuve de grande prudence. « En effet, plusieurs d’entre eux se déplacent sur la baie des Ha ! Ha ! de façon régulière et la Ville tient à rappeler que cela se fait dans des zones non sécurisées, non mesurées et non balisées, aux risques et périls des gens, puisque les villages officiels ne sont toujours pas ouverts au public. Plus encore, Saguenay recommande de ne pas s’aventurer sur les glaces, compte tenu de leur état actuel et de la température clémente qui perdure et qui ne favorise ni le durcissement ni l’épaississement », soutient la Ville par voie de communiqué.

La Ville rappelle également que «pour les gens décidant de leur propre chef de s’aventurer dans les zones à risque non vérifiées, et ce, tant que les villages ne seront pas accessibles, seuls les abris temporaires peuvent servir de protection contre les intempéries».

Saguenay entend par abri temporaire «une installation ponctuelle sur la glace permettant, pour une période quotidienne, d’abriter des objets et des humains qui exercent l’activité de la pêche. Cet abri est conçu d’une structure flexible ou télescopique recouverte d’une toile pouvant être démontable et facilement transportable ou d’une structure rigide légère recouverte de polyéthylène, d’une toile ou tout autre revêtement souple ou rigide et pouvant être déplacé par traction humaine».

«De plus, en tout temps, les règles sanitaires actuelles et futures s’appliquent, c’est-à-dire que les abris temporaires doivent être installés à plusieurs mètres de distance, que seuls les membres d’un même domicile peuvent s’y abriter et que le couvre-feu établi par le gouvernement, au même titre que toutes les autres mesures, doit être respecté», précise-t-on dans le communiqué.