Les Voyageurs tenteront de rebondir devant leurs partisans, samedi, face aux Diamants de Québec, après trois défaites consécutives. —

Les Voyageurs en appellent à la fierté des vétérans de 22 ans

Avec son équipe le dos au mur face aux Diamants de Québec, l’entraîneur-chef des Voyageurs de Saguenay, Martin Pouliot, lance un appel à la fierté à ses vétérans de 22 ans dans l’espoir de renverser la vapeur. Les Jonquiérois effectueront un retour devant leurs bruyants partisans au Stade Richard-Desmeules samedi soir, avec l’espoir de forcer un match numéro cinq, dimanche en soirée, encore une fois à domicile.

«Espérons qu’on va jouer du baseball désespéré», de laisser tomber Martin Pouliot au lendemain de la troisième défaite consécutive des ses troupiers au compte de 8-1. 

Pour cette rencontre sans lendemain, après discussion avec son adjoint et responsable des lanceurs Fred Lajoie, Martin Pouliot a annoncé vendredi que le gaucher Derek Côté sera sur la butte pour le début de la rencontre, mais que d’autres suivront au cours de la soirée, dont Yan-Éric Tremblay et Maxime Dumas. «Dimanche, on va reprendre la même recette. Le plan, c’est d’y aller avec un comité de gars de 22 ans qui en sont à leur dernière année», d’expliquer l’entraîneur-chef, invitant les autres joueurs de 22 ans à emboîter le pas. 

«On n’en a pas juste deux. Dans les dernières années, on n’en avait pas, on les échangeait et là, on en a huit. Je souhaite que ces gars-là ne veuillent pas que ce soit leur dernier match junior», d’exprimer Martin Pouliot, heureux d’effectuer un retour à la maison après deux revers sur la route. 

«Les partisans nous ont appuyés depuis un bon bout de temps. Peut-être qu’il va y avoir moins de monde samedi, mais espérons qu’on va gagner pour les ramener dimanche et en avoir plus pour le match numéro 5. C’est à nous de faire le travail, on ne peut pas juste le demander aux partisans», d’indiquer Martin Pouliot. 

Ce dernier a déjà vécu un retour de la sorte, alors qu’il dirigeait les Diamants de Québec, et que l’actuel entraîneur-chef de la formation de la Capitale nationale, Dominik Walsh évoluait sous ses ordres. Au milieu de l’été, il avait échangé le vétéran de 22 ans dont la formation menait 3-0, mais les Diamants ont effectué un retour, pour remporter le match numéro sept à Charlesbourg. «On avait joué de la grosse balle. Aussitôt qu’on en avait gagné deux, je sentais que ça n’arrêterait pas», de relater Martin Pouliot. 

«Oui, on a besoin d’une étincelle, mais de coups sûrs aussi un peu. Peut-être que cette étincelle viendra de quelques coups sûrs. C’est dur de gagner à ce niveau quand tu as huit coups sûrs en trois matchs», admet-il, n’ayant pas l’intention d’apporter de changements majeurs à l’ordre des frappeurs. Il pourra néanmoins compter encore une fois sur le receveur jonquiérois Nicolas Doré pour les deux rencontres de la fin de semaine avant de retourner dans son collègue au New Jersey.