Comme la station de ski du Mont-Édouard de L’Anse-Saint-Jean, Le Valinouët de Saint-David-de-Falardeau a dû fermer ses portes en raison de la pandémie de COVID-19.

Les stations de ski se croisent les doigts pour Pâques

Les stations de ski du Valinouët et du Mont-Édouard semblaient se diriger vers une saison de rêve. Les conditions favorables durant le temps des Fêtes et de la semaine de relâche laissaient entrevoir une saison fructueuse. Au moins, les stations de ski ont pu accueillir les skieurs et planchistes une dernière fois en fin de semaine avant de devoir fermer leurs portes pour une période indéterminée.

Dans un scénario idéal, les dirigeants espèrent que la situation soit résorbée un peu avant la fin de semaine de Pâques, ce qui pourrait leur permettre de travailler les pistes pour accueillir les amateurs de ski de printemps, mais l’optimisme était mitigé.

Porte-parole de la station de ski Le Valinouët de Saint-David-de-Falardeau, Stéphane Leblond a indiqué que la clientèle a pu profiter d’excellentes conditions de glisse, samedi. « Samedi, nous avons quand même eu beaucoup de monde. Nous avions des conditions de neige extraordinaires. Oui, il ventait, mais contrairement à vendredi (où la station était fermée), c’était des vents d’ouest, alors que vendredi, c’était des vents d’est qui sont problématiques lorsque nous sommes au sommet de la montagne. Vendredi, il est tombé 50 centimètres de neige et samedi, il est tombé 30 centimètres durant la journée. Dimanche, nous avons eu un peu de monde », rapporte M. Leblond.

Pour une rare fois, tous les éléments semblaient réunis pour que les centres de glisse de la région surfent vers une excellente saison. La station de glisse de Falardeau ne faisait pas exception. « Pour l’instant, ce n’est pas catastrophique, mais si ça s’était produit dans le temps de la relâche, ça aurait été une autre histoire », mentionne M. Leblond.

« On avait une saison de rêve, cette année, avec le temps et l’enneigement. On n’en revenait pas d’avoir réussi à avoir un temps des Fêtes et une relâche extraordinaires, mais là, on ne peut rien y faire. C’est du jamais-vu. Ça finit en queue de poisson », concède-t-il.

La station Le Valinouët avait prévu fermer vers le 18 avril, soit une semaine après Pâques. Ce sera donc à suivre.

Mont-Édouard

Dans les circonstances, le DG du Mont-Édouard, Frédéric Blouin, était satisfait de la participation au Festi haute-route et télémark et de l’achalandage, en fin de semaine, à la station anjeannoise. « On a eu une belle représentation. Ce n’était pas une grande foule, de sorte qu’on a pas mal été dans nos achalandages réguliers pour la saison », a-t-il indiqué à l’autre bout du fil.

La relâche avait été bonne et le Mont-Édouard s’apprêtait à finir la saison en lion, mais les dirigeants ont dû se conformer aux directives gouvernementales (provincial et municipal).

La municipalité a annoncé la fermeture de « la totalité de nos installations ainsi que nos opérations en date du dimanche 15 mars, à 16 h 30, et ce, jusqu’à nouvel ordre, peut-on lire dans un communiqué. Nous comprenons que cette décision aura un impact sur la clientèle et pourra causer une certaine frustration. Nous misons cependant sur votre compréhension et votre sens des responsabilités à l’égard de la présente décision afin que tous ensemble, nous limitions les impacts du COVID‐19 au sein de la population québécoise. Nous vous remercions de votre compréhension et de votre collaboration durant cette période critique pour la santé de tous. L’objectif de cette mesure est de limiter les déplacements de population pouvant favoriser la propagation du virus, en concordance avec les intentions du gouvernement provincial. »

+

C'ÉTAIT UNE QUESTION DE TEMPS

C’était une question de temps, mais c’est maintenant au tour des stations de ski de suspendre leurs activités pour une période indéterminée. Dimanche, l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) s’est donc pliée à la demande du premier ministre François Legault et les stations de ski ont fermé leurs portes entre 16h et 16h30 dimanche. 

« Nous comprenons parfaitement la situation. Notre industrie est solidaire dans la gestion de la crise actuelle et nous croyons que la priorité doit être la santé du public », a déclaré Yves Juneau, président-directeur général de l’ASSQ. 

« Nous sommes conscients que cette décision fragilisera la santé financière de l’industrie et aura un impact important sur les 33 000 personnes qui travaillent dans notre secteur. Nous sommes confiants que les autorités gouvernementales apporteront le soutien nécessaire aux nombreuses familles et chefs d’entreprises affectés par cette décision », a précisé M. Juneau, dans un communiqué.

L’association indique être demeurée en relation constante avec les représentants de la Direction de la Santé publique du Québec, le ministère du Tourisme, l’Alliance de l’industrie touristique du Québec et la cellule de crise mise en place par les partenaires de l’industrie, ce qui a permis d’adapter les opérations des stations en fonction des directives émises jusqu’à dimanche.

L’industrie réitère son intention de se soumettre à toutes nouvelles directives provenant de l’Agence de la santé publique du Canada ainsi que des autorités gouvernementales québécoises. L’Association anticipe un grand nombre d’appels et de courriels aux services à la clientèle des stations de ski et demande à tous de faire preuve de patience pour les suivis aux différentes demandes et questions. 

L’ASSQ invite le public à suivre l’évolution de la situation par l’entremise des annonces effectuées sur les réseaux sociaux de chaque station et est sincèrement désolée des inconvénients que cette décision pourra occasionner.