Infographie Le Soleil
Infographie Le Soleil

Les sports express

Bien que le Gala des Rondelles d’or ne soit pas tenu, la Ligue de hockey junior du Québec (LHJMQ) dévoile les finalistes, dont ceux du Trophée Kevin-Lowe décerné annuellement au meilleur défenseur défensif. Les nommés sont Jarrett Baker et Adam McCormick, tous deux des Eagles du Cap-Breton, ainsi que Jordan Spence des Wildcats de Moncton.

Jarrett Baker vient de conclure sa quatrième saison dans la LHJMQ et sa première campagne dans l’uniforme des Eagles. Originaire de Black Rock en Nouvelle-Écosse, il a marqué six buts et ajouté 33 mentions d’aides en 59 parties, tout en maintenant un étincelant différentiel de +27.

Son coéquipier Adam McCormick a fait preuve de constance lors des 231 parties auxquelles il a participé dans sa carrière de quatre années avec les Eagles du Cap-Breton. Le joueur de 19 ans de Woodstock, au Nouveau-Brunswick, a inscrit trois buts et récolté 30 passes en 50 parties de saison régulière. Il a également conservé un impressionnant différentiel de +45, un sommet chez les Eagles.

Quant à Jordan Spence, il est une véritable étoile montante depuis son arrivée en 2018. Né à Cornwall, à l’Île-du-Prince-Édouard, mais élevé au Japon, l’espoir des Kings de Los Angeles a raflé le prix de Recrue de l’année en 2018-19 grâce à une saison ahurissante où il a amassé 49 points. Il n’a indéniablement pas ralenti la machine depuis, marquant neuf buts cette saison et ajoutant 43 mentions d’aide tout en préservant un différentiel remarquable de +49, soit le meilleur rendement parmi les défenseurs de la ligue.

+

GRANDS PRIX CYCLISTES

Interrogé par Sportcom, le grand patron des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal des 11 et 13 septembre, Serge Arsenault, a indiqué que l’organisation travaille sur trois scénarios et que l’annulation ne figure pas sur la table à dessin.

Premier scénario : si les règles de la santé publique le permettent, les onzièmes Grands Prix de Québec et de Montréal auront lieu aux dates prévues. L’organisation se donne jusqu’au mois d’août pour travailler en ce sens.

« Plusieurs organisateurs tentent de reporter leur course, alors ça va se bousculer. Les épreuves protégées sont celles du World Tour dont la date n’a pas été modifiée. Donc, si tous les astres sont alignés, les 11 et 13 septembre, nous serions protégés, précise M. Arsenault. Cependant, tous les événements reportés n’auront pas le même privilège. Ensuite, l’avantage sera donné aux grands tours qui, peut-être, devront être amputés d’une semaine.» La reconfiguration du calendrier ne touche pas seulement celui des épreuves cyclistes. Elle concerne aussi celui des grands événements culturels présentés au Québec. Il faut donc éviter de diviser les revenus en tenant par exemple quatre événements en même temps.

La disponibilité du matériel nécessaire à la production télévisuelle et des ressources en sécurité publique est aussi à considérer. Par contre, pas question de présenter les GP à huis clos. Le report de l’événement est le deuxième scénario, car les dates des épreuves québécoises doivent être reportées d’une ou deux semaines, soit par l’UCI ou par les autorités de santé publique.

Troisième scénario: des épreuves internationales modifiées, advenant que la libre circulation des personnes soit revenue au Canada, mais pas en Europe. Les Grands Prix québécois jonglent avec l’idée de présenter des courses internationales avec les athlètes qui pourraient être présents ici. « C’est quand il y a tempête sur la mer que l’on réalise que l’on est en contrôle. C’est ça le monde de l’événementiel. Si tu n’es pas entouré de gens qui sont optimistes et réalistes en même temps, tu n’y arriveras pas. Comme on dit en bon québécois : amène-moi en, on va le prendre ! », a indiqué Serge Arseneault qui maintient le cap.