Les soeurs Morin confiantes

Les soeurs Julie et Catherine Morin veulent s'amuser à la première édition du Trophée Roses des Andes, en Argentine. En même temps elles vont aussi tenter de se classer parmi les 10 premières au classement.
À compter du 5 avril, les membres de l'équipe BCBG (Bleuets chics et blondes dans garnotte) se retrouveront en Argentine pour un périple de 4000 kilomètres, qui se déroulera du 8 au 14 avril. 
Une épreuve en camion 4 X 4 dans le sable, la roche et les montagnes. La compétition ne s'annonce pas de tout repos, mais les deux soeurs, l'aînée et la cadette de la famille Morin, entendent en profiter le plus possible.
La compétition totalement féminine regroupe 140 participantes à bord de 70 équipes, où l'on retrouve une pilote et une copilote. L'objectif est de rallier chaque étape en roulant le moins de kilomètres possible, mais en récoltant les points des contrôles d'étapes.
Julie et Catherine n'avaient jamais cru qu'elles pourraient faire équipe un jour pour une aventure semblable. Non pas parce qu'elles ne voulaient pas passer du temps ensemble, mais rien ne laissait présager qu'un raid dans le désert pouvait les intéresser.
« Nous écoutions chacune de notre côté des émissions sur les Roses des Sables (pendant européen de la compétition), mais nous ne le savions pas. À la fin de l'émission, j'ai appelé Julie et je lui ai demandé si une participation à cette aventure pouvait l'intéresser », se souvient Catherine.
« Et ma réponse a été oui tout de suite. Pour une rare fois dans ma vie, je pensais à moi. Je me disais que ce serait le fun de le faire », ajoute Julie.
La discussion a été de courte durée. Elles n'ont même pas jasé de qui serait pilote et copilote.
« Ça tombait sous le sens que Catherine serait au volant et que je la guiderais », raconte Julie.
Catherine, 24 ans, aime la conduite. Elle a déjà participé à l'Enfer de l'autodrome de Saint-Félicien. Elle avait complété 48 tours avant de voir son bolide être sorti de cette course de démolition.
Si Julie veut profiter de l'aventure, prendre du temps pour regarder le paysage, Catherine vise les mêmes objectifs, mais elle cherchera aussi à performer.
« Je vise une place parmi les 10 premières équipes. Je veux réussir. Mais si nous n'y parvenons pas, ça ne sera pas la fin du monde. Mais tant qu'à être là, mieux vaut essayer de bien faire », de dire Catherine.
L'aventure en Argentine coûtera aux deux soeurs la somme de 22 000 $. Environ 17 000 $ vont à l'organisation Désertours et comprend l'aller-retour en avion, le camion et toute la logistique entourant l'événement. La balance sert à une partie de l'équipement des deux filles, une partie de la nourriture, la tente et les sacs de couchage notamment.
Et de l'équipement, elles en auront besoin. Les deux soeurs croient qu'elles seront victimes d'au moins une crevaison, si ce n'est pas deux et qu'elles pourraient être prises dans le sable.
« Il y a une chose à laquelle je veux faire attention en tant que pilote, c'est d'éviter un capotage. Pour le reste ça va aller », lance Catherine.
Julie et Catherine Morin ont obtenu un bon coup de main des Épices d'Origina, de Vasco Jonquière, de Voltam, de STAS et de Soleno.