Les finissants des programmes de sports universitaires de l’UQAC ont été honorés lors de la 11e édition du Gala des Inuk, tenu récemment. Ils posent en compagnie du responsable Philippe Gagnon.

Les organisateurs font d’une pierre deux coups au Gala des Inuk

La 11e édition du Gala des Inuk a permis de faire d’une pierre deux coups pour les dirigeants du sport d’excellence à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). En plus de terminer la saison en beauté pour la cinquantaine d’étudiants-athlètes, les entraîneurs, les bénévoles et les dirigeants, la soirée maintenant bien ancrée dans la tradition a permis d’honorer les étudiants-athlètes qui se sont illustrés au cours des derniers mois.

Le clou de l’événement a sans contredit été l’honneur fait aux sept finissants, Manuel Landaverde, Pierric Desranleau, Diego Pando-Corbeil, Bastien Gadoury, Marianne Tremblay, Sarah-Pier Babin et Cloé Côté-Gasse, qui voyaient leur passage avec les Inuk se conclure. « Je suis vraiment fier de tous nos gagnants, mais en particulier de nos finissants. La raison d’être du sport universitaire est de former ces individus au-delà de la formation générale. Ils ont maintenant un bagage supplémentaire et ils sont prêts à briller sur le marché du travail. C’est vraiment touchant de voir ça », raconte le responsable du sport universitaire à l’UQAC, Philippe Gagnon.

L’un des membres de cette cohorte de finissants, Bastien Gadoury, étudiant en kinésiologie, a été nommé athlète de l’année en athlétisme. Le vétéran de cinq saisons a notamment réalisé des performances remarquables aux épreuves de 300 mètres et au relais, surpassant les résultats qu’il avait obtenus au début de sa carrière universitaire.

Le titre de recrue de l’année est allé à Raphäel Aubut, étudiant en informatique. Dans le communiqué pour dévoiler tous les détails sur les gagnants, il est noté sa progression et son travail constant autant dans les épreuves de sprint que dans les relais et les haies.

Trois fois plutôt qu’une,

Laurence Normandin a pour sa part été honorée trois fois durant la soirée. En plus de recevoir l’honneur de recrue de l’année en athlétisme, l’étudiante en kinésiologie a réussi un doublé en cross-country comme recrue de l’année et athlète de l’année. « L’étudiante-athlète en kinésiologie s’est démarquée non seulement par ses performances sportives, mais aussi par son attitude de leader. Elle s’est d’ailleurs mérité le titre de capitaine à sa première année avec les Inuk », souligne-t-on.

Véritable pilier de l’équipe de cross-country, Charles-Olivier Huapaya-Proulx a quant à lui remporté pour une deuxième année de suite le titre d’athlète par excellence de la discipline, grâce à son côté rassembleur et ses performances.

En volleyball féminin, à sa première année en kinésiologie, Joannie Beaulieu a été couronnée recrue de l’année, en raison de son attitude irréprochable jumelée à un désir de donner le meilleur d’elle-même. Elle avait remporté le même honneur récemment au Réseau du sport étudiant du Québec. Sa coéquipière Sandrine Mailloux a eu un gros impact sur le terrain, et ce, dans toutes les facettes de son sport, ce qui a permis à l’athlète en sciences comptables de mettre la main sur le prix d’athlète par excellence.