Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La présidente de Tokyo-2020, Seiko Hashimoto, affirme que les organisateurs feraient tout pour s’assurer que les Jeux ne soient pas annulés.
La présidente de Tokyo-2020, Seiko Hashimoto, affirme que les organisateurs feraient tout pour s’assurer que les Jeux ne soient pas annulés.

Les organisateurs de Tokyo 2020 ouvrent la porte à des Jeux à huis clos

Andrew Mckirdy
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 pourraient avoir lieu à huis clos, a déc1aré vendredi à l’AFP la présidente du comité d’organisation à moins de trois mois de l’événement reporté à cet été, faisant le vœu de JO «sûrs».

Seiko Hashimoto, qui a pris la tête du comité organisateur de Tokyo 2020 en février après la démission forcée de son prédécesseur à cause d’un scandale de sexisme, a affirmé que les organisateurs feraient tout pour s’assurer que les Jeux ne seraient pas annulés.

Il pourrait y avoir une «situation dans laquelle nous ne pourrions pas autoriser de spectateurs» du tout, a cependant reconnu

Mme Hashimoto, ajoutant que les Jeux ne seraient un succès que si les organisateurs protégeaient «complètement» les sportifs et la population japonaise.

Face à l’incertitude liée aux développements de la pandémie de COVID-19, les organisateurs ont repoussé à juin la décision sur la présence ou non de spectateurs locaux.

Déjà, en mars, ils avaient tranché par la manière forte, en décidant d’interdire la présence des spectateurs venant de l’étranger, une première dans l’histoire.

Au Japon, Tokyo et trois autres départements sont depuis dimanche placés sous un troisième état d’urgence face à l’augmentation des cas de COVID-19, qui impose que les manifestations sportives se déroulent à huis clos.

Vœu d’un public «content»

Alors que le système hospitalier japonais est déjà sous une pression intense, Tokyo 2020 a été critiqué pour avoir demandé la collaboration de personnel médical japonais pour l’événement, et Mme Hashimoto a souligné que l’absence de spectateurs pourrait soulager la pression.

«Si l’événement [olympique] en lui-même devait changer, ce serait en ce qui concerne les spectateurs», a-t-elle jugé, notant que «c’est un domaine où l’on pourrait être en mesure de réduire les inquiétudes de la population au sujet du système hospitalier».

Pour tenter d’apaiser le scepticisme de la population japonaise, largement en faveur d’un nouveau report ou d’une annulation, Tokyo 2020 a publié des «manuels» énumérant de strictes mesures antivirus, dont une nouvelle version a été présentée mercredi.

La quarantaine pour les sportifs ne sera cependant pas exigée, et les vaccins ne seront pas obligatoires.

Seiko Hashimoto a noté que les règles continueraient à être affinées, mais s’est dite convaincue que les Jeux pourraient avoir lieu de manière «sûre».

«C’est une importante responsabilité. Je veux le montrer clairement alors que nous travaillons en vue des Jeux».

Tout en disant entendre les inquiétudes de la population, Mme Hashimoto a dit espérer que le public serait en fin de compte «content» que l’événement ait lieu.

«Mon grand objectif est de préparer les Jeux de manière à ce que les gens voient les choses ainsi», a-t-elle déclaré.

«Montrer que nous sommes unis»

Quand l’événement a été reporté l’an dernier à 2021, les organisateurs ont affirmé qu’il serait la preuve que l’humanité aurait triomphé du virus, mais ce vœu semble de moins en moins réaliste alors que la situation sanitaire est toujours grave.

Les JO «montreront que le monde peut se rassembler, aussi grave que soit la situation», a dit Mme Hashimoto. «Je pense que c’est un moment où nous pouvons montrer que nous sommes unis».

Le Japon, relativement moins touché par le coronavirus que beaucoup d’autres pays, a franchi cette semaine la barre des 10 000 décès officiellement recensés depuis janvier 2020.

Mais la poussée des infections perturbe déjà les épreuves tests et de qualification et le relais de la flamme olympique, forcé de se dérouler à huis clos dans plusieurs départements.

Les organisateurs ont accepté le fait que la situation allait continuer à évoluer, et travaillent sur des simulations pour s’adapter, a précisé la présidente de l’organisation.

Seiko Hashimoto était avant de prendre la tête de Tokyo 2020 l’une des deux seules femmes ministres du gouvernement japonais, chargée des Jeux olympiques et de l’égalité hommes-femmes.

Elle a déjà une longue carrière derrière elle, tant politique — elle siège à la Chambre haute de la Diète japonaise depuis 1995 — que sportive.

Dans les années 1980-1990, elle a participé à quatre JO d’hiver comme patineuse de vitesse, décrochant une médaille de bronze aux Jeux d’Albertville (France) en 1992, et elle a aussi concouru à trois JO d’été en tant que cycliste sur piste.