Les Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour disciplinés

Les joueurs des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour sont très disciplinés, c’est le moins qu’on puisse dire. En fin de semaine dernière, la formation juvénile n’a pas obtenu le point franc-jeu, une première en 131 rencontres pour l’organisation jeannoise de hockey scolaire, séries et tournois compris.

En clair, les trois équipes des Lynx (benjamin, cadet et juvénile) n’avaient pas laissé filer le point franc-jeu depuis plus d’un an. La séquence du club cadet demeure toujours active et est maintenant rendue à plus de 60 rencontres. L’an dernier, dans le cadet, seulement deux équipes ont conservé le point franc-jeu à tous leurs matchs. La nouvelle formation dans le benjamin qui a débuté cette année n’a toujours pas perdu de point franc-jeu. «C’est vraiment une belle source de fierté, laisse savoir l’entraîneur du cadet, Jean-Normand Tremblay. C’est un fait marquant, c’est toute une séquence!»

Le point franc-jeu est accordé après chaque rencontre pour récompenser la discipline. Par exemple, dans le cadet, une équipe perd ce troisième point quand les joueurs passent plus de 18 minutes au banc des pénalités. «Ça n’en prend pas tant que ça», rappelle l’entraîneur, précisant qu’une expulsion d’un joueur ou d’un entraîneur entraîne également la perte du point. «C’est une belle gestion d’émotion de tout le monde, tant des joueurs que des entraîneurs. Notre niveau de discipline à ce niveau est exemplaire, c’est certain. Tout part de notre valeur première du programme. On ne forme pas seulement des joueurs de hockey, mais des futurs travailleurs et des jeunes qui vont devenir des adultes. Le respect est vraiment à la base de notre pyramide», de faire valoir Jean-Normand Tremblay.

«On met énormément l’accent sur le respect, de ses coéquipiers, mais aussi des adversaires et des officiels. Tous les entraîneurs et le personnel, c’est vraiment une chose sur laquelle on met beaucoup d’emphase, reprend-il. Pour nous, c’est non-négociable le principe du respect. À travers tout ça, c’est sûr qu’il y a de la discipline.» Pour Jean-Normand Tremblay, cette discipline est venue naturellement et dans la culture de l’organisation. «Le hockey va toujours rester un sport physique, mais on axe de plus en plus sur les habiletés des jeunes et la vitesse», de signaler l’entraîneur.

«On ne met pas l’accent là-dessus nécessairement. Quand j’arrive dans le vestiaire, je ne parle jamais du point franc-jeu. On sait qu’il est là, on ne travaille pas pour le perdre, mais ça ne fait pas partie du plan de match. C’est devenu une habitude. C’est ancré chez les jeunes qu’on joue avec respect et discipline. Ce n’est pas forcé», d’insister Jean-Normand Tremblay.