Les premières balles ont été frappées, jeudi soir, au Stade Richard-Desmeules.
Les premières balles ont été frappées, jeudi soir, au Stade Richard-Desmeules.

Les jeunes prennent d’assaut le Stade Richard-Desmeules

Le terrain du Stade Richard-Desmeules a été pris d’assaut pour une première fois, jeudi soir, par les jeunes joueurs du baseball mineur de Jonquière.

Les camps d’évaluation, qui sont permis dans la phase 2 du protocole de retour au jeu de Baseball Québec, se déroulent cette fin de semaine pour les cinq associations locales de la région (Jonquière, Chicoutimi, Saint-Honoré, Laterrière et Alma). Celle de Saint-Honoré a lancé le bal mercredi. Les joueurs de classe moustique 2e année ont eu le privilège d’être les premiers à sauter sur le terrain du Stade Richard-Desmeules en 2020, suivis de ceux du midget.

Pendant l’entraînement du calibre moustique, les jeunes joueurs étaient divisés en quatre groupes afin de respecter plus facilement les consignes de distanciation.

« C’est un sport que j’aime beaucoup. J’espérais vraiment qu’il y en ait cet été », a laissé savoir à sa sortie la seule fille du groupe moustique, Érika Fillion, qui en est à sa troisième année de baseball.

Plus tôt cette semaine, le président régional Éric Bégin, qui était présent jeudi soir comme membre du comité technique, évoquait une excellente réponse dans les inscriptions, ce que la première soirée jonquiéroise a permis de valider. En ce moment, 310 jeunes ont confirmé leur présence comparativement à 345 la saison dernière.

Le premier entraînement de la saison s’est déroulé dans la bonne humeur.

« On se demandait si certains allaient avoir peur. Je pense que la crainte est pas mal tombée, comme un peu partout. Les jeunes ont le goût de jouer au baseball et les parents ont envie que leurs jeunes fassent du sport », fait valoir le président Frédéric Truchon, expliquant que dans le moustique, la catégorie la plus populaire avec 82 joueurs, le groupe a dû être scindé en deux afin de respecter les exigences de la Santé publique.

« Sur un terrain comme le Stade Richard-Desmeules, on peut être 40 joueurs. On a fait quatre groupes de dix. C’est un grand terrain, donc on est capable de respecter la distanciation. C’est plus facile », convient-il.

Érika Fillion était bien heureuse d’avoir pu renouer avec le baseball organisé jeudi soir.

Quelques mesures ont également été mises en place. Toutes les personnes qui entraient dans le stade, parents comme joueurs, devaient se désinfecter les mains. Les joueurs doivent avoir leur propre bouteille de gel désinfectant ainsi que leur casque. La sortie pour tout le monde s’effectuait également par le champ extérieur afin d’éviter les croisements.

« C’est sûr qu’on a des mesures à respecter comme le Purell à l’entrée. Avec la gang qu’on était, ça faisait la file, mais ç’a quand même roulé rondement. Ç’a bien été », d’assurer Frédéric Truchon à l’issue de cette soirée initiale qui s’est déroulée dans la bonne humeur générale.

« Il y a des jeunes qui évoluent dans des sports d’hiver ensemble, que ce soit au hockey ou au basket, et qui ne s’étaient pas revus depuis. Tout le monde était content de se voir et de se retrouver sur le terrain. Les jeunes s’adaptent rapidement et le lavage de mains ou la règle du deux mètres n’ont pas été difficiles à faire respecter. C’est super », d’exprimer le président, soulignant le travail des bénévoles qui ont dû se tourner de bord rapidement après l’annonce de la ministre du Sport amateur Isabelle Charest donnant le feu vert aux sports collectifs comme le baseball, la semaine dernière.