L'entraîneur des Jeannois, Pascal Hudon.

Les Jeannois confiants dans le rôle de négligés

Vingt points séparaient les Jeannois du Collège d'Alma et le Boomerang du Cégep André-Laurendeau à l'issue de la saison régulière du hockey collégial AAA. Pourtant, les troupiers de Pascal Hudon n'ont montré aucun complexe face à ceux d'Alexandre Dandenault lors des deux premiers rendez-vous et ils auront la chance de compléter la surprise aujourd'hui dès 14h.
À l'aube du match ultime, les deux formations sont nez à nez au niveau des buts, mais les Jeannois dominent 58-42 au chapitre des lancers au filet. Une donnée qui n'a pourtant pas permis aux Jeannois de se sauver avec le match deux malgré une domination nette à ce chapitre, mais qui démontre que la troupe jeannoise a disputé une bonne rencontre malgré la défaite. «Nous avons offert deux très bonnes prestations. C'est du hockey serré et on va là-bas pour jouer un bon match. Il faudra bien faire les petits détails, la ligne est très mince entre la victoire et la défaite. On peut jouer un très bon match, mais tout de même perdre», explique Pascal Hudon.
Si un match sur la route est généralement synonyme de défis. Les Jeannois se plaisent présentement sur la route. «Avec les Jeux du Québec, nous sommes sur la route pour une huitième fin de semaine de suite. En plus, nous avons une certaine pression lorsque nous jouons à la maison. Jouer devant famille et amis, ça peut mettre des papillons dans le ventre et rendre nerveux, précise l'entraîneur. Quand on évolue à l'étranger, on n'a que le hockey à penser. En plus, on a un bon bassin de joueurs de l'extérieur. Au dernier match face à André-Laurendeau, nous avions environ autant de partisans qu'eux.»
Peu de gens donnaient de chances aux Jeannois au début des séries éliminatoires, mais ceux-ci ont surpris d'emblée les Nordiques du Cégep de Lionel-Groulx en deux matchs remportés par un compte identique de 4 à 3. Les Jeannois ont ensuite surpris tout le monde en enlevant le premier match face à la puissance de la ligue au Cégep André-Laurendeau.
Ce rôle de négligé ne déplait pourtant pas à Pascal Hudon. «On aime bien être les négligés. Ça nous permet de ne pas jouer sur les talons et de jouer sans pression. Qu'on le veuille ou non, peu importe le parcours qu'on fera d'ici la fin, nous serons négligés. On en profite pour jouer avec plaisir et ne pas se casser la tête avec ça. Si on gagne, c'est fantastique, si on perd, ce n'est pas la fin du monde, on ne devait pas gagner à la base. Plus le match sera serré, plus la pression montera pour l'autre équipe», évalue le pilote des Jeannois.
Une victoire des Jeannois leur assurerait une première place en demi-finale depuis la création de la ligue en 2009. Un exploit qui serait très gratifiant pour l'organisation selon l'entraîneur-chef. «Nous sommes passés près à quelques reprises. Ce serait vraiment plaisant pour les joueurs et l'organisation. L'an dernier, nous étions en reconstruction et nous avons raté les séries pour la première fois avec environ le même groupe de joueurs. C'est déjà très plaisant de voir la progression du club», conclut-il.