Les grands-parents paternels d’Hendrix Lapierre, Lisette Plourde et Georges Lapierre, pourront voir régulièrement leur petit-fils, tant sur la patinoire qu’à l’extérieur.

Les grands-parents d'Hendrix Lapierre sont comblés

Les Saguenéens ont gagné deux nouveaux fidèles partisans en juin quand ils ont fait d’Hendrix Lapierre le premier choix au total de la séance de sélection de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Résidants d’Arvida depuis leur naissance, ses grands-parents paternels, Lisette Plourde et Georges Lapierre, sont deux spectateurs attentifs depuis le début du camp d’entraînement. Rencontrés après le match intra-équipe vendredi sur l’heure du dîner, ils étaient ravis de pouvoir voir leur petit-fils plus régulièrement, tant sur la glace qu’à l’extérieur. «Je suis particulièrement contente, d’exprimer Lisette Plourde. Hendrix est né à Gatineau et on ne l’a pas vu tant que ça. Maintenant, on va avoir l’occasion de le voir évoluer. C’est très agréable de savoir qu’il va être parmi nous.»

Ils pourront également voir leur fils plus souvent. Leur fille est également née au Saguenay et y demeure toujours. «C’est dans ses projets de venir plus régulièrement. C’est quand même une bonne distance de Gatineau, mais ça ne fait rien, noblesse oblige», de raconter la très sympathique grand-mère d’Hendrix Lapierre, nouvelle détentrice d’un abonnement de saison. «On va venir à de nombreux matchs. Tous les matchs, on ne peut pas vraiment le savoir. Évidemment, on va aimer le voir à l’oeuvre», assure-t-elle.

Les grands-parents maternels d’Hendrix Lapierre sont également originaires de la région, plus précisément du Lac-Saint-Jean, mais sa mère est née à Montréal.

+

CHARLES TREMBLAY QUITTE

Après une longue réflexion, le Félicinois Charles Tremblay a décidé de ne pas se présenter au camp des Saguenéens. Il a confirmé sa décision à l’entraîneur-chef Yanick Jean vendredi matin. 

«De la manière qu’il m’a parlé, il veut avoir plus de temps pour lui et aussi aller à l’école à temps plein», précise Yanick Jean qui avait eu une première discussion avec l’attaquant de 18 ans en début de semaine où il lui avait fait part de ses intentions. «Je voulais qu’il prenne le temps d’y penser comme il faut», explique-t-il. 

Choix de septième ronde des Sags en 2017, Charles Tremblay avait amorcé la dernière saison avec les Élites de Jonquière dans le midget AAA. Après avoir amassé 23 points en 24 matchs avant les Fêtes, il avait été rappelé par la formation chicoutimienne pour la deuxième moitié. Le hockeyeur de Saint-Félicien avait vu peu d’action par la suite, disputant 24 parties et obtenant trois passes. Il était toutefois un candidat sérieux pour un poste au camp. «On voulait des batailles au camp et on se disait qu’il allait venir batailler pour un poste. On ne peut pas obliger personne. C’est long une saison de hockey junior. Il faut avoir la passion pour passer à travers et s’amuser là-dedans», de mettre en contexte Yanick Jean.

«Ça reste sa décision à lui. Je ne suis pas moins ou plus déçu parce que c’est un joueur régional. On est déçu parce que c’est un gars qui a joué ici l’an dernier», de reprendre l’entraîneur-chef, avouant avoir été surpris par cette décision. Tremblay devrait normalement évoluer dans le junior AA régional, avec les Éperviers de Normandin. 

Deux autres vétérans n’ont pas fait leur arrivée vendredi, mais le feront prochainement. Vincent Lapalme est retenu à Montréal jusqu’à dimanche tandis que l’attaquant russe Vladislav Kotvov s’entraîne au Colorado en prévision de sa participation au camp des Sharks au début du mois de septembre.