Le rapide #4 des Gaillards du Cégep de Jonquière (en blanc), Glodi Musa Halafu, a encore donné du fil à retordre à ses adversaires qui semblent incapables de stopper sa course. Vendredi, il a inscrit quatre touchés dans une victoire de 53-23 des Gaillards aux dépens des Couguars du Cégep de Chicoutimi.

Les Gaillards conservent une fiche parfaite

À l’issue d’un deuxième duel régional en autant de matchs, les Gaillards du Cégep de Jonquière ont maintenu leur fiche parfaite en signant une victoire de 53-23 aux dépens des Couguars du Cégep de Chicoutimi, devant une belle foule réunie au terrain synthétique de l’UQAC.

Vainqueur des Jeannois du Collège d’Alma la semaine dernière, les Gaillards n’ont pas mis de temps à s’imposer dans ce match de division 3, section Nord-Est de la Ligue de football collégial du Québec. À la pause de la mi-temps, les troupes de l’entraîneur François Laberge s’étaient forgé une confortable avance de 37-7, notamment grâce à trois touchés de l’insaisissable Glodi Musa Halafu (#4). Jordan Fortin (#35) et Pier-Olivier Thériault (#2) ont également contribué au pointage avec un majeur chacun.

Au début du troisième quart, les Gaillards ont fait preuve d’indiscipline, si bien que les Couguars ont pu avancer jusqu’à la porte des buts. Jimmy Larose-Joubert (#27) a aisément franchi la zone payante et l’écart a été réduit à 37-14. La réplique jonquiéroise n’a pas tardé et encore une fois, Glodi Musa Halafu a semé tous ses poursuivants pour inscrire le touché.

Acculés dans leur zone , les Couguars ont consenti un touché de sûreté, permettant aux visiteurs de conforter l’avance à 46-14. William Langlais (#11) a ensuite capté la passe du quart Frédéric Clements pour réussir un majeur (53-14).

Avec un peu plus de six minutes à écouler au troisième quart, le reste de la rencontre s’est déroulé en temps continu. Les Couguars ont terminé sur une meilleure note. Après un touché de sûreté, Alexis Boulangé (#6) a réussi un dernier touché en toute fin de rencontre, laquelle s’est soldée par la marque de 53-23 en faveur des Gaillards.

Cent fois sur le métier
Entraîneur-chef des Couguars, Nicolas Menachi n’a pas cherché d’excuses. Avec maintenant une fiche d’un gain et un revers, la défaite de vendredi a ramené ses jeunes troupes sur terre. « Je retiens de ce match qu’il faudra travailler très fort lundi matin. On n’a pas joué à hauteur de notre talent et comme nous en sommes capables. Par contre, je dois lever mon chapeau aux Gaillards qui ont joué un très bon match avec très peu d’erreurs. Ils ont joué pendant 60 minutes.

« Cela dit, pour notre part, ça nous donne des indicatifs sur ce qu’on devra travailler lundi. Il faut tourner la page et se concentrer sur notre prochain match contre Alma (vendredi). On sait que tout n’est pas parfait. Oui, on a une jeune équipe, mais on ne veut pas se cacher derrière ça. C’est décevant et on aurait dû mieux performer. Et même si le pointage final représente l’allure de la rencontre, on aurait aimé un match plus serré », de conclure le pilote des Couguars.

Pour l’entraîneur-chef des Gaillards, il y a toujours place à amélioration. « Cette fois-ci, en terme de football, c’était beaucoup mieux (que la semaine dernière), souligne François Laberge. L’exécution a été meilleure ; en défensive, on a mieux fait et offensivement, on a continué sur notre lancée, on a bien contrôlé le ballon. On a été bons au sol et sur la passe. En général, on a bien joué. »

Par contre, l’indiscipline des Jonquiérois a été coûteuse en début de deuxième demie. « On a écopé de plusieurs pénalités et notre indiscipline leur a permis d’aller chercher leur deuxième touché du match. Il va falloir que les gars comprennent que je veux qu’ils gagnent d’une meilleure façon encore. Le but n’était pas de battre Chicoutimi, mais de continuer à s’améliorer, nuance le pilote des Gaillards. On veut qu’ils soient excellents du début à la fin d’un match. Ce sont des choses qu’on va corriger. Je suis quand même super satisfait de mes joueurs, mais on recherche l’excellence. La semaine prochaine, il faudra relever notre jeu d’un cran et éliminer les pénalités », a-t-il conclu.