Voici la délégation de l’équipe RUGBY UQAC qui a pris part à un tournoi international présenté dans les environs de New York samedi. À l’arrière: de gauche à droite : Baptiste Pénillard, Yan Poirier, Sami Guehis, Laurent Goulet, Rémi Keller et Manon Bordeleau (entraîneuse); au centre: Henry Gagnon, Robin Duboc, Victor Boyer, Hugo Renault, Lucas Barthélémy, Antoine Mesn et à l’avant, Mathis Bienvenu.

L’équipe de rugby de l’UQAC a brillé à New York

Les membres de l’équipe de rugby de l’Université du Québec à Chicoutimi, RUGBY UQAC, reviennent ravis de leur participation au New York Sevens, l’un des plus importants tournois de rugby à sept aux États-Unis. La seule formation du rugby de la région a même obtenu des résultats au-delà de ses espérances sur les terrains de la Randall’s Island.

Composée de 12 joueurs, la délégation saguenéenne a en effet signé une fiche de deux victoires, un match nul et une défaite en finale dans la catégorie « sociale » de rugby à sept.

« On avait des attentes qui n’étaient pas nécessairement élevées pour ce tournoi. Déjà, d’y participer, c’était quelque chose d’exceptionnel. On a gagné nos deux premiers matchs (26-14 contre Worchester et Mob U24 26-7) et on a fait match nul à notre troisième contre Sherbrooke (10-10), avant de recroiser Sherbrooke en finale (0-40). La finale fut une d’ailleurs belle leçon de rugby », mentionne en riant Manon Bordeleau, coordonnatrice de la jeune équipe de l’UQAC.

L’équipe RUGBY UQAC a obtenu des résultats au-delà de ses attentes lors du tournoi New York Sevens et les joueurs reviennent gonflés à bloc pour entreprendre la saison intérieure.

Sherbrooke, où le rugby est pratiqué depuis plusieurs années, a en effet blanchi RUGBY UQAC en finale.

« Nous sommes partis avec 12 joueurs seulement, ce qui n’est pas un gros effectif. De plus, l’un de nos bons joueurs s’est blessé durant le deuxième match. Alors, rendus en finale, on a eu un peu plus de difficultés et ça paraissait que Sherbrooke avait de l’expérience et de l’entraînement », raconte Manon Bordeleau. Ses protégés, à défaut d’avoir gagné, ont pris un bon bagage d’expérience et ont tissé des liens.

« En faisant match nul contre eux, je pense que ça les a surpris un peu. Mais ils ont été sympathiques et ils sont venus nous voir à la fin du match pour nous dire qu’ils avaient eu du plaisir à jouer contre nous et que nous leur avions offert un beau challenge. Ils avaient une belle équipe. De faire 10-10, on avait réussi de belles percées », mentionne-t-elle, fière de la délégation qui a tout de même battu des équipes plus expérimentées.

L’équipe est donc rentrée au bercail pleine d’enthousiasme pour poursuivre l’aventure de plus belle.

+

PLACE À LA SAISON INTÉRIEURE

La saison de rugby à l’extérieur s’étant terminée avec le tournoi tenu au New York Sevens, l’équipe de RUGBY UQAC se prépare pour la saison intérieure. Deux tournois à sept joueurs, l’un à Québec et l’autre à Montréal, figurent à l’horaire après les Fêtes. La discipline connaît donc un bel essor au Saguenay.

« C’est fou ! Juste de dire que nous avons fait une première puisqu’aucune équipe (avant la leur) n’est allée représenter l’UQAC au-delà des frontières du Canada. Nous avons beaucoup d’étudiants internationaux et pour eux, d’aller à New York, c’est quand même assez exceptionnel, en plus qu’ils y allaient pour jouer au rugby ! Les joueurs sont revenus avec plein de beaux souvenirs et ont dit merci pour cette expérience incroyable », souligne la coordonnatrice du club, Manon Bordeleau.

« Pour nous, c’est une belle porte d’entrée pour les années à venir. Et en y étant allée, j’ai pris des photos et des notes de ce que ça prend pour offrir une meilleure structure, quels sont les besoins, adapter la préparation pour un tel tournoi, etc. »

Car il est clair que le rugby va continuer à se développer à l’UQAC. Déjà, quelques-uns sont tombés sous le charme de la discipline lors du tout premier match disputé à l’UQAC contre les sympathiques Ulérions de Québec, en septembre dernier. 

« Plusieurs nous en parlent encore », confie celle qui laisse la porte ouverte à la présentation d’un ou deux matchs locaux. Bien sûr, le rugby intérieur franchira une grosse étape lorsque le centre multisport sera construit, mais la formation est aussi consciente que les entraînements ne seront pas gratuits. C’est pourquoi, d’ici là, le club tente d’amasser le plus d’argent possible en organisant diverses activités de financement.

Pour plus d’information sur le sport, visitez la page Facebook « RUGBY UQAC ».