Le porte-couleurs de l’équipe Pivot Cycles-OTE, l’Almatois Léandre Bouchard, s’entraîne pour être fin prêt lorsque le processus de qualification olympique pourra être repris. 
Le porte-couleurs de l’équipe Pivot Cycles-OTE, l’Almatois Léandre Bouchard, s’entraîne pour être fin prêt lorsque le processus de qualification olympique pourra être repris. 

Léandre Bouchard trompe l’ennui avec des défis

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Confiné à la maison depuis son retour d’une compétition de vélo de montagne cross-country aux États-Unis, l’Almatois Léandre Bouchard fait contre mauvaise fortune bon cœur en s’entraînant sur un vélo stationnaire et en pimentant ses séances de quelques défis. Jeudi, il s’était lancé un défi personnel de pédaler virtuellement un parcours de 173 km, le plus long parcours du programme d’entraînement virtuel Zwift. Mission réussie en cinq heures six secondes, soit près d’une demi-heure de moins que le temps projeté (5h30) et un kilomètre de plus au compteur.

Dans une publication sa page Facebook, il a confirmé qu’il s’agissait de sa plus longue sortie intérieure sur Zwift. «La semaine dernière, j’avais aussi fait un quatre heures de vélo intérieur. Mon précédent record de temps de vélo stationnaire était de 4h20, il me semble. Du coup, ça repousse ma limite psychologique et ça m’a bien motivé aujourd’hui. Maintenant, les 3h-3h30 me sembleront accessibles», explique-t-il lors d’un échange via Messenger sur le sujet.

Étant en confinement pour encore quelques jours, l’Almatois Léandre Bouchard passe le temps en relevant des défis personnels tout en s’entraînant sur son vélo stationnaire. Jeudi, il a fait son plus long parcours sur le programme Zwift, avec un impressionnant cinq heures de vélo pour compléter les 173 km du parcours.

Pour les non-initiés dont je suis, Zwift est définit comme un programme de jeu vidéo et d’entraînement physique en ligne qui permet aux utilisateurs d’interagir, de s’entraîner et de concourir dans un monde virtuel. Le cycliste s’installe sur son vélo stationnaire et il a le choix entre divers parcours et défis, qui vont de courses simulées à un parcours avec intensité variable.

L’utilisateur est représenté par un avatar qui lui montre sa progression sur le parcours qui défile à l’écran, ce qui rend l’entraînement très ludique, souligne Léandre. Comme il s’agit d’une plateforme, ç’a aussi l’avantage de pouvoir ‘‘rouler’’ avec d’autres. Pendant une partie de son parcours, Léandre a ainsi pu pédaler ‘’en ligne’’ en compagnie de deux excellents vététistes de la région, Cédrick Bourgeois de Jonquière et Karl Tessier de Saint-Félicien.

«C’est de plus en plus populaire. Cet après-midi(jeudi), il y a eu plus 21 000 personnes dans le monde entier qui était en ligne (c’était le soir en Europe et l’après-midi en Amérique, de sorte que c’est souvent la période la plus achalandée de la journée). Moi, ça fait trois ans que j’utilise ça et j’adore. C’est motivant et c’est très utile dans mon contexte où je m’entraîne énormément dans mon sous-sol.»

Évidemment, pédaler pendant cinq heures sur un vélo stationnaire, même avec un paysage très réaliste qui défile, reste un beau défi, car ce n’est pas comme rouler à l’extérieur, le nez au vent, sur de vrais parcours. Plusieurs commentaires ont souligné sa force mentale pour une séance aussi longue sur un vélo stationnaire.

«Certains disent qu’il faut avoir un bon mental parce qu’il faut être très motivé pour faire aussi long. Ce n’est pas faux. À l’extérieur, j’en ai fait plusieurs, des sortie de plus de cinq heures. À l’intérieur, c’est ma première», convient l’Olympien.

Ce type de logiciel a aussi l’avantage de fournir de bonnes conditions d’entraînement. «Par exemple, pour les intervalles, c’est difficile de faire ça à l’extérieur l’hiver et même au printemps. Pour un sportif d’élite, c’est toujours pertinent de faire de l’entraînement d’endurance. Chose que je fais davantage en camp d’entraînement», fait-il valoir en estimant que dans le contexte du COVID-19, le programme Zwift constitue le meilleur outil pour s’entraîner.

Au cours des prochains jours, Léandre tentera de relever d’autres défis personnels. «Je souhaite aller chercher des Strava (records de segment GPS) dans mon secteur. Mais ça, c’est plus un défi de vitesse. Je pense aussi faire quelques courses sur la plateforme Zwift pour garder la forme puisqu’il a seulement des courses virtuelles pour le moment», a-t-il conclu.