Parti de Beauport samedi, Léandre Bouchard s’est donné comme défi de marcher les 207 kilomètres du Parc des Laurentides jusqu’à Laterrière en sept jours, seul, en autonomie complète.
Parti de Beauport samedi, Léandre Bouchard s’est donné comme défi de marcher les 207 kilomètres du Parc des Laurentides jusqu’à Laterrière en sept jours, seul, en autonomie complète.

Léandre Bouchard: traverser les 207 km du «Parc» à pied en sept jours

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
L’olympien Léandre Bouchard ne manque pas d’idées pour maintenir sa forme physique. Bien remis de son retour d’Europe et de sa quarantaine, l’Almatois vient de se lancer dans un nouveau défi d’envergure comme il les aime: sept jours pour traverser les 207 kilomètres du Parc des Laurentides à la marche, en solitaire et en autonomie complète.

Parti samedi de Beauport, le spécialiste du vélo de montagne (cross-country olympique) se donne comme objectif de marcher autour de 30 kilomètres par jour, ce qui lui permettrait d’atteindre Laterrière vendredi. Ça tombe bien, car il pourra profiter du temps plus doux qui prévaut.

On peut d’ailleurs suivre sa progression via l’application Spot. Dimanche, on pouvait constater qu’il était environ à mi-chemin entre Québec et l’Étape.

Selon son entraîneur Jude Dufour, Léandre projetait emprunter le parcours de l’ancien Raid Pierre Harvey. Un défi costaud, car son protégé doit transporter sa nourriture et son matériel pour camper la nuit.

«Il m’a parlé d’une semaine, mais je ne sais pas si ça va se conclure en sept jours. Il estime parcourir 30 kilomètres par jour pour arriver à Laterrière», a indiqué son entraîneur par téléphone.

Goût du défi

Ce n’est pas le premier projet d’envergure que Léandre réalise en autonomie complète. Il l’a déjà fait lors de périples à vélo aux États-Unis, notamment en décembre 2014 où il avait parcouru quelque 700 kilomètres en cinq jours entre Las Vegas et Los Angeles en passant par la Vallée de la mort.

Et ce printemps, lorsque les premières coupe du monde de vélo de montagne risquaient d’être annulées, il avait même songé à effectuer la traversée du Canada à vélo, en solitaire, comme son ami de longue date Joé Dufour l’avait fait en 2012. «Il me fait penser (au cycliste canadien) Svein Tuft qui faisait ce genre de périple quand la saison cycliste était terminée», mentionne Jude Dufour.

Si Léandre est à l’aise avec les projets d’envergure, ce défi à pied sur une aussi grande distance le sortira certainement de sa zone de confort, croit son entraîneur. Car ce sera une adaptation pour ses pieds, ses genoux et son dos puisque ses muscles seront sollicités différemment. Autre bon côté de ce type de projet, ça aide à forger le caractère, ce qui est bien utile en compétition de haut niveau.

Comme il n’a pas été possible de joindre Léandre, impossible de savoir ce qui lui a donné l’idée d’effectuer ce parcours.

Pour sa part, Joé Dufour croit que l’idée a peut-être germée en juin, lorsque son coéquipier de l’équipe Pivot Cycles, Mathieu Bélanger-Barrette, a réussi en un peu moins de 10 heures 30 minutes le mythique Raid Pierre Harvey entre Chicoutimi et Lac-Beauport.

«Depuis qu’il est revenu d’Europe, il s’est recrinqué pas mal avec l’aspect camping en passant une partie de sa quarantaine dans le bois. Et ça lui tentait de faire un défi», explique Joé.

Sans pouvoir chiffrer le poids du bagage de Léandre, Joé Dufour souligne que le longiligne athlète doit voyager «très léger parce qu’il est en autonomie complète. Il faut donc vraiment avoir le moins de matériel possible pour faire sept jours en autonomie».