Léandre Bouchard a parcouru les 32 kilomètres qui séparent Roberval et Péribonka en 1 h 24 min.

Léandre Bouchard, le roi du lac

L'Almatois Léandre Bouchard et la Saguenéenne Laurence Lévesque ont décroché les grands honneurs samedi à l’occasion de la 5e Traversée du lac Saint-Jean à vélo.

Ils sont le premier homme et la première femme à avoir franchi la ligne d’arrivée à Péribonka sous le regard de nombreux spectateurs dont le premier ministre, Philippe Couillard.

«On avait un effet d’aspiration. On allait souvent au-dessus de 25 kilomètres à l’heure donc c’est une bonne vitesse. Ça roulait bien et en groupe. J’ai terminé au sprint», a exprimé Léandre Bouchard, qui en était à sa première expérience sur les glaces du lac Saint-Jean. L'Olympien de 25 ans a parcouru les 32 kilomètres en 1 h 24 min 50 sec.

Geoffroy Dussault de Québec et Marc-Antoine Tremblay de Saguenay ont fermé la marche sur le podium.

L'an dernier, Elliott Doyle et Rébecca Beaumont avaient été couronnés roi et reine du lac, mais les conditions météorologiques leur avaient rendu la vie difficile. 

Les trois médaillés ont reçu un sac de pommes de terre de Péribonka en cadeau.

De la montagne au lac

Pour sa part, Laurence Lévesque n’avait jamais roulé sur une aussi longue distance. Cycliste en montagne, elle a l’habitude avec le terrain accidenté. Elle a complété l'épreuve en 1 h 32 min 54 sec.

«Il faut tout le temps que tu pousses. En montagne, t’as des descentes où tu ne pédales pas et tu relaxes. Sur le plat, tu n’as jamais de repos. J’ai été en avant souvent aussi», a-t-elle indiqué quelques minutes après la course.

Catherine Fleury de Saint-Gédéon a terminé quelques minutes après elle. 

Philippe Couillard remet un sac de pommes de terre à la grande gagnante, Laurence Lévesque.

Les conditions étaient idéales pour les cyclistes samedi. Le fond de la piste était dur sur la plupart du sentier et le soleil était de la partie.

Samedi était la journée la plus occupée. Plus de 170 athlètes ont pris le départ en deux vagues à partir de Roberval. 

Clientèle internationale au rendez-vous

L'événement, qui attire maintenant des athlètes de la France et des États-Unis, se tenait sur trois jours cette année. Au total, 300 cyclistes étaient attendus. 

Pour la Française Élodie Alinat, c'était une semaine de premières fois, elle qui montait sur un vélo à pneus surdimentionnés (fatbike) et qui visitait le Québec pour la première fois. Malgré tout, elle a réussi à décrocher la médaille de bronze. 

«J'avais très peur parce que je crains beaucoup le froid et finalement, ça s'est bien passé. On est bien habillés. C'était un peu froid sur la ligne de départ, mais en pédalant, ça se réchauffe», a-t-elle lancé avec le sourire sur la ligne d'arrivée.

La Française Élodie Alinat est montée sur la troisième marche du podium chez les femmes.

Pépin de dernière minute

Vendredi, l'organisation de la Traversée a eu à gérer un problème de dernière minute peu avant le départ. Une crevasse de plus de deux mètres de large s'était formée au trois quart du parcours. 

«On a pris la décision de réparer la crevasse. On a retardé le départ d'une demi-heure. On a commandé du bois et convaincu nos bénévoles de faire un pont», explique le responsable des communications de la Traversée du lac à vélo, Louis Potvin. 

Un sentier de qualité

La formule sur trois jours devrait revenir l'an prochain puisqu'elle permet à un plus grand nombre de personnes de prendre part à cette compétition. 

Par ailleurs, Louis Potvin tend la perche à d'autres organismes qui souhaiteraient utiliser la piste après la course à vélo. 

«Il pourrait par exemple y avoir un marathon ou une course de ski de fond. Tout est possible. Nous, on s'occupe de la compétition de fatbike, mais on a un équipement qui permet d'entretenir le sentier pour un événement les jours suivants», avance-t-il.