Gilbert Dionne, président fondateur et directeur général du Vortex.

Le Vortex toujours bien en vie

Gilbert Dionne le clame haut et fort, le Vortex Saguenay-Lac-Saint-Jean occupe encore une place sur l'échiquier du hockey de printemps dans la région. Il assure que l'arrivée de l'Xtrme Sag-Lac au sein de l'Académie TBT de Trois-Rivières n'empêchera pas son organisation d'entreprendre sa septième saison dans quelques semaines avec 10 équipes dans ses rangs.
Président fondateur et directeur général du Vortex, un organisme sans but lucratif, Gilbert Dionne ajoute qu'il est toujours associé à la Ligue élite de hockey du Québec et qu'il a surtout toujours sa raison d'être.
«Je sais bien que je ne serai pas à la tête du Vortex pendant une éternité, mais je sais aussi que je quitterai la tête haute quand le moment sera venu de me retirer, souligne Gilbert Dionne. À sa première année, le Vortex avait deux équipes. À sa deuxième, nous en avions sept. Pour la troisième année, nous avons eu 17 équipes. Je suis très fier du programme qui a été lancé il y a sept ans. C'est une idée qui a fait boule de neige. C'est une belle organisation à laquelle je consacre encore 500 heures de bénévolat.»
Si la saison du Vortex débutera officiellement après la Coupe Dodge, certaines de ses équipes sont déjà au travail. Un camp d'entraînement a eu lieu en fin de semaine dernière et un autre suivra le week-end prochain. Lorsque les choses sérieuses débuteront, chacune des équipes de l'organisation régionale disputera au moins un tournoi, au choix des entraîneurs.
Parlant d'entraîneur, Gilbert Dionne se réjouit de pouvoir compter sur Dany Fortin à la tête de l'équipe des joueurs nés en 1999 et 2000.
Si son association avec le Vortex a maintenant de l'âge, Gilbert Dionne en parle toujours avec beaucoup de passion. La même flamme l'anime lorsqu'il parle du hockey mineur en général ou du hockey de printemps.
À ce dernier niveau, il regrette que de bons joueurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean aient été appelés à porter les couleurs d'équipes AAA de l'extérieur de la région au cours des dernières saisons printanières.
Il estime que son organisation a fait ses preuves au fil des années et qu'elle peut parfaitement répondre aux besoins des hockeyeurs régionaux.
«J'ai été le premier à lancer le hockey de printemps dans la région, mais je n'ai jamais vendu de rêves aux joueurs et aux parents, précise-t-il. Nous avons une organisation sérieuse qui fait du hockey pour les jeunes et pour les aider à poursuivre leur développement. Alors, pourquoi envoyer certains de nos meilleurs joueurs avec des équipes AAA de Montréal. Ça ne contribue pas au développement du hockey régional.»