Le départ des experts s'est fait à vive allure, lors de la finale régionale de vélo de montagne qui se déroulait au centre Le Norvégien.

Le vélo de montagne fait sa place au Norvégien

Hôte de la finale régionale du circuit régionale de vélo de montagne cross-country samedi, le centre Le Norvégien est appelé à recevoir d'autres compétitions d'envergure dans le futur.
L'épreuve qui était suivie du gala en soirée couronnant les vététistes les plus méritants au terme des 8 tranches, a attiré environ 150 personnes, jeunes et moins jeunes. Ils étaient 123 dans les divisions pee-wee, minimes et seniors. À ce nombre, il faut ajouter une trentaine de jeunes de 9-10 ans de la classe atome qui recevaient tous une médaille pour leur participation. «On tient pas mal la moyenne cette année», signale fièrement le secrétaire et statisticien de la section régionale de la Fédération Québécoise des sports cyslistes, Pierre Bergeron.
Ce dernier fait valoir que les autorités de ville Saguenay ont fait des investissements au centre de ski de fond hivernal qui permettent maintenant de développer de nouvelles disciplines, dont le vélo de montagne. «On était déjà venus ici à nos débuts dans les années 90, se rappelle-t-il, mentionnant que le mont Fortin a ensuite pris la relève. Les vététistes devaient toutefois partager les pistes avec les véhicules tout-terrain, ce qui se traduisait parfois par des bris.
En prévision des courses de samedi, les organisateurs du Club Acidose Lactique avaient préparé trois pistes. Les plus expérimentés complétaient une boucle de 5,1 kilomètres, quatre fois pour les experts, trois fois pour les autres alors que les femmes réalisaient deux tours. Pour les jeunes, un circuit de 2,5 kilomètres les attendaient. Les atomes avaient leur propre piste d'un kilomètre. «La mentalité est maintenant d'avoir des parcours adaptés à l'âge des participants. On veut que les jeunes complètent sur leur vélo. Trop souvent, ils devaient pousser leur vélo. Ils n'étaient pas capables de rester sur leur monture en raison du poids de leur vélo», explique Pierre Bergeron, avouant que le parcours de 2,5 kilomètres a été quelque peu ardu pour les participants.