La pilote saguenéenne Évelyne Gagnon et sa coéquipière Annie Bouchard, de Baie-Saint-Paul, lorgnent toujours un ambitieux top-10 en Coupe du monde de paracyclisme. Vendredi, en Belgique, le tandem a pris le 15e rang au contre-la-montre.

Le tandem Bouchard-Gagnon au 15e rang

Annie Bouchard, de Baie-Saint-Paul, et sa pilote de Saguenay, Évelyne Gagnon, ont donné un effort maximum sur le parcours du contre-la-montre féminin en tandem de la Coupe du monde de paracyclisme d’Ostende, vendredi en Belgique, pour enregistrer le 15e meilleur temps.

Le duo québécois a parcouru les 27 kilomètres en un temps de 43 minutes 41 secondes dans cette journée marquée par les médailles d’argent canadiennes obtenues par Tristen Chernove (C2) et Ross Wilson (C1).

Bouchard et Gagnon ont terminé à 4min29 des gagnantes, les Irlandaises Katie-George Dunlevy et Eve McCrystal, qui ont maintenu une vitesse moyenne de 41,3 km/heure. Les Néo-Zélandaises Emma Foy et Hannah Van Kampen (+19 secondes) ont fini deuxièmes et les Britanniques Lora Fachie et Corrine Hall (+23 secondes), troisièmes.

« Le défi en Belgique, c’est le vent, mais ça reste la même chose pour tout le monde. Nous sommes quand même contentes, car l’effort était là. J’ai voulu en donner plus à la fin, mais j’étais accotée, alors c’est un signe que j’ai tout donné sur le parcours », a expliqué Annie Bouchard à Sportcom, après la course.

« Idéalement, nous aurions aimé faire un top-10, mais c’est dur à évaluer, car il y avait plusieurs nouveaux athlètes que nous ne connaissions pas. Vendredi, nous étions 22, a précisé Évelyne Gagnon. Par contre, les huit meilleures sont ici. »

La pilote a ajouté que le virage en U du parcours était assez serré et plusieurs personnes ont eu de la difficulté à le négocier. Pour le reste, le parcours n’était pas très technique, selon elle. Les deux athlètes aimeraient finir dans les 10 premières à la course en ligne de dimanche, où le peloton doublera de taille en comparaison avec celui de la Coupe du monde de Corridonia (Italie) disputée la fin de semaine dernière.

« De la 11e à la 16e place du chrono de vendredi, nous sommes toutes dans un écart de 40 secondes. Dans une course sur route, ça reste imprévisible et c’est ambitieux de viser un top-10, mais nous sommes capables d’être intelligentes et de ne pas brûler des cartouches pour rien », a conclu pilote saguenéenne.