En raison des événements de samedi, les organisateurs du Grand Prix Desjardins de Roberval ont connu un dimanche très occupé.

Le spectacle doit continuer

Parce que le spectacle doit continuer, la vitesse et les sensations fortes ont repris leur place au Grand Prix Desjardins de Roberval, dimanche, au lendemain du grave accident dont a été victime le pilote Marcel Savard. Toutes les épreuves à l'agenda ont été disputées, et même un peu plus, puisque des courses de la veille, qui avaient été annulées après la sortie de piste de l'Almatois, ont été insérées au début du programme dominical.
Après avoir été pilote automobile, Benoit Landry fait ses débuts sur une motoneige, cette année. Il a d'ailleurs utilisé une motoneige de Marcel Savard lors de sa première compétition.
Après avoir été secoués par l'accident de samedi, les pilotes ont repris les commandes de leurs engins, toujours poussés par le même désir de repousser leurs limites. Unanimes à déplorer ce qui est arrivé à un membre de leur grande famille, tous les pilotes rencontrés ont rappelé que les accidents font malheureusement partie des risques du métier et qu'ils sont prêts à les assumer.
«Il ne faut pas y penser, a signalé Benoit Landry, un pilote qui fait ses débuts cette année au sein du Circuit de course motorisé CVM Sport DRC du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Quelqu'un est venu me dire d'être prudent et je lui ai répondu de s'en aller. Je ferais de la raquette si je voulais qu'il ne m'arrive rien. Nous sommes là pour performer et pour aller au maximum de la machine. La ligne est mince entre ça passe et ça casse. Malheureusement, ce sont des choses qui peuvent arriver.»
Si tous les habitués du CVM se connaissent bien, Benoit Landry a un lien particulièrement étroit avec celui qui a subi de sérieuses blessures. Pilote automobile pendant quelques années, il s'initie au monde de la course automobile en 2017 et Marcel Savard a joué un rôle important dans ses premiers pas.
«Présentement, je vis ma troisième journée de compétition et ma deuxième avec cette machine, a précisé celui qui a préféré ne pas regarder les événements qui ont suivi l'accident de samedi. Pour ma première compétition, Marcel (Savard) m'a prêté sa machine puisque Luc (Maltais, le propriétaire de son équipe) vient de finir un combat contre le cancer et qu'il a manqué de temps un peu.
«Marcel est une personne respectueuse envers tout le monde. Ce n'est pas une personne égocentrique ou égoïste comme bien des pilotes le sont. Il m'a donné plusieurs conseils et je l'apprécie vraiment. J'ai écrit à sa femme samedi parce que ce qui est arrivé m'a touché. J'ai plié les genoux samedi. Mais je ne dois pas y penser. Et encore moins quand j'embarque sur la piste.»
Rassuré
De son côté, Russell Dion, président du Festival d'hiver de Roberval, s'est principalement réjoui des nouvelles encourageantes reçues pendant la journée sur l'état de santé de Marcel Savard. Pour le reste, les responsables du Grand Prix ont pris les bouchées doubles pour s'assurer de présenter un programme complet.
«Samedi, en raison de la pluie, les pratiques n'ont commencé que vers 11 h 15, a rappelé le président du festival. Nous avons suivi avec les qualifications en après-midi. L'accident s'est produit dans les dernières qualifications et nous avons arrêté les courses après. Nous avons repris dimanche matin avec le reste des qualifications et nous avons été en mesure de présenter les autres courses prévues. Dans le fond, c'est comme si nous avions tenu un programme de deux jours en une journée et demie.
«Samedi, tous les coureurs étaient émotifs après l'accident. C'est une grande famille. Aujourd'hui (dimanche), tout le monde est soulagé parce que les nouvelles sont encourageantes. Nous n'avons jamais pensé tout annuler. C'est un sport extrême. Des accidents se produisent dans tous les genres de courses. Ce sont des choses qui arrivent.»
Maintenant que le Grand Prix Desjardins est chose du passé, les dirigeants du festival robervalois se préparent à recevoir une étape de la série SCMX de snocross, en fin de semaine prochaine.
Le coureur Marcel Savard a été blessé, samedi, au Festival d'hiver de Roberval.
On ne craint plus pour sa vie
On ne craint plus pour la vie du motoneigiste blessé samedi lors d'une compétition au Festival d'hiver de Roberval. Marcel Savard est maintenant dans un état stable, et les médecins ont cessé de lui administrer les médicaments qui le maintenaient dans un coma artificiel. Ses proches espèrent maintenant qu'il se réveille dans les prochains jours.
L'équipe de course du motoneigiste a publié des mises à jour tout au long de la journée de dimanche sur sa page Facebook, afin de tenir la population au courant.
Vers 14 h 15, on annonçait que l'état de l'Almatois s'était stabilisé. Rien n'avait changé, et sa santé ne se détériorait pas. Un peu plus tôt dans la journée, l'homme a subi une opération au bras gauche, qui s'est bien déroulée. Il a été transporté à l'hôpital de Chicoutimi en soirée samedi et plongé dans un coma artificiel par les médecins. 
Selon les informations rendues disponibles, Marcel Savard souffrirait également d'une commotion cérébrale. Aucune autre opération n'est prévue pour le moment. «Les prochains jours seront très importants, mais selon le neurochirurgien, il y a du positif et on s'accroche tous à cela», peut-on lire dans l'une des publications de l'équipe de course #29.
Plusieurs personnes ont également montré leur soutien à la famille et au motoneigiste, en publiant de nombreux messages lui souhaitant un prompt rétablissement.