L'Association régionale de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau-Chapais a fait le point sur les dossiers en cours et les prévisions à l'aube de la nouvelle saison. Ci-haut, les membres de l'équipe de l'ARS: Pierre-Luc Gilbert (DG), Audrey Crispo (coordonnatrice), Olivier Chartier (directeur technique régional) et Dany Drolet (président).

Le soccerdôme et la Ligue Nord-est préoccupent

La construction sans cesse reportée d'un soccerdôme et le litige avec la Fédération de soccer du Québec concernant la Ligue Nord-Est font partie des dossiers prioritaires que le président de l'Association régionale de soccer (ARS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau-Chapais, Dany Drolet, souhaiterait voir réglés au cours des prochains mois.
Car si le soccer se porte bien en terme de membership, il en va autrement dans ces trois secteurs qui ont un impact sur le développement du sport dans la région. En conférence de presse, le président Drolet a fait le point sur ces dossiers épineux. Concernant le soccerdôme, M. Drolet explique que les nombreux reports dans les dates de livraison du complexe multisport IntenCité suscitent l'inquiétude, tant dans les clubs du Saguenay qu'à l'ARS et qu'il serait même temps de penser à un plan B.
«Nous avons des inquiétudes au niveau de la livraison du projet, a indiqué le président Drolet. Présentement, tous les clubs sont inquiets. Tout le secteur de développement de notre sport passe par là. L'absence d'un soccerdôme est présentement une embûche pour le développement d'un sport-études.» Pour le président de l'ARS, peu de projets privés ont été des réussites et il vaudrait peut-être mieux se tourner vers un projet public avec financement des trois paliers de gouvernement.
«Ce sont des infrastructures qui coûtent cher et qui doivent être construites par le public. La voie que Saguenay a prise fait en sorte que le projet ne se concrétise pas et crée de l'incertitude. On a 2500 joueurs à Saguenay sur les 5000 dans la région. Saguenay se doit d'être un leader régional pour doter la région de cette infrastructure», plaide Dany Drolet. «Il faut commencer à aller poser des questions à la municipalité parce que le projet est retardé depuis plusieurs années et notre sport en souffre.»
En janvier? 
Rappelons qu'en avril 2016, le projet «Intencité» semblait avoir franchi une étape importante avec l'annonce d'une entente de 15 ans entre la municipalité et le promoteur privé Pascal Bouchard. Cette entente garantissait un nombre d'heures de location des terrains et assurait une base de revenus stables satisfaisante pour permettre au promoteur d'aller de l'avant.
Lors d'une première annonce en 2015, le complexe devait ouvrir ses portes en septembre 2016, puis, lors de l'entente avec la municipalité en avril 2016, la date prévue était septembre 2017, mais une hausse des coûts de réalisation (passant de 15 à 19 millions $) a incité le promoteur à reporter encore une fois l'ouverture. En février dernier, le promoteur avait annoncé que les travaux sur le chantier débuteraient le 1er mars afin que les activités débutent en octobre 2017. Or, jeudi, dans une entrevue à Radio-Canada, M. Bouchard -qui n'a pas retourné notre appel-, annonce que la «construction débutera d'ici quelques semaines pour une ouverture en janvier»...  
Litige en cour
L'Association régionale espère connaître un dénouement positif dans le litige qui l'oppose à la Fédération de soccer du Québec (FSQ). Les dirigeants de l'association régionale ont déposé une injonction interlocutoire au printemps 2016 afin d'obtenir le droit d'évoluer dans la Ligue Québec-Métro, ce qui obligerait les équipes de Trois-Rivières et de la Mauricie à changer de zone. L'injonction qui a été rejetée parce que le juge a estimé qu'il n'y avait pas d'urgence à régler et la douzaine d'équipes de la région touchées a dû jouer dans la Ligue Nord-Est.
Les tractations se poursuivent. «On trouve ça triste d'être obligé de se rendre là, mais on le fait parce qu'il est clair pour nous que nos jeunes sont traités de façon inéquitable par la fédération qui ne leur offre pas un niveau de compétition adéquat de calibre AA. L'an passé, nos équipes ont quand même joué dans la Ligue Nord-Est, mais il y avait des catégories qui n'existaient pas. On avait des jeunes en concentration sports-études qui étaient orphelins parce qu'on ne pouvait pas les placer non plus dans nos ligues régionales, car ils étaient trop forts. Ils ont fait des tournois et ont pratiqué, mais il y a eu du désintéressement», fait valoir le président Dany Drolet. 
Cela dit, si les deux parties ne parviennent pas à s'entendre d'ici septembre, elles se retrouveront en audition d'injonction permanente où un juge devra trancher sur le fond du litige.
La saison 2017 s'amorcera avec 5320 joueurs
Le soccer est stable dans la région avec un nombre de membres anticipé qui devrait tourner autour de 5320 joueurs comme c'était le cas l'an dernier. Toutefois, la rétention des joueurs est un aspect que souhaite améliorer l'ARS Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau-Chapais.
Pour 2017, 125 équipes évolueront dans les catégories U9 à senior. À cela s'ajoutent des centaines de jeunes dans les calibres U4 à U8. Le nouveau DG de l'ARS, Pierre-Luc Gilbert, a souligné que le club de Saint-Félicien faisait maintenant partie des clubs majeurs de la région, avec Chicoutimi, Jonquière et Alma. « Au cours des dernières années, il y a eu une progression fulgurante et de belles augmentations du nombre d'inscriptions à Saint-Félicien et dans les autres clubs du (Haut du Lac), surtout dans les catégories U9 et U10 A. D'ailleurs, le Lac-Saint-Jean se joint à la ligue régionale dans ces deux catégories, ce qui est une belle progression », souligne le DG. 
Au fil des ans, la région s'est dotée d'infrastructures qui ont permis de rehausser le calibre de jeu. Le sport-études implanté au PWD d'Alma est aussi en expansion. Le nombre de jeunes inscrits au programme passera de 45 cette année à 66 l'an prochain. « Notre objectif pour le futur est de démarrer un programme sport-études au Saguenay. Mais pour cela, ça va prendre une infrastructure comme un soccerdôme », insistent les dirigeants de l'ARS.
Seule ombre au tableau, la décision de l'UQAC de mettre fin aux équipes universitaires masculine et féminine pour des raisons financières. Il semble toutefois qu'il est déjà dans les plans de ramener le soccer dans les sports d'excellence de l'UQAC dans quelques années. « C'est important d'avoir la boucle complète de développement, argue le président de l'ARS, Dany Drolet. On a des équipes dans le réseau collégial (à Alma, Jonquière et Chicoutimi), mais il doit y en avoir également à l'université. Il va y avoir des rencontres pour évaluer la situation. »
En bref
L'ARS travaille aussi à l'amélioration de l'arbitrage. Outre un rafraîchissement des connaissances au cours des prochaines semaines, l'association a embauché des superviseurs qui évalueront le travail des arbitres afin de s'assurer que l'arbitrage se fait correctement. De même, les joueurs, entraîneurs ou parents qui tenteront d'intimider un arbitre ayant deux ans ou moins d'expérience verront leur sanction doublée. Les jeunes officiels seront faciles à identifier puisqu'ils porteront un brassard.
Enfin, la nouvelle saison s'amorce le 22 mai pour se terminer le 18 août.