Le roundnet est un sport inspiré du volleyball qui se joue avec une balle et un filet circulaire ressemblant à un trampoline. Le sport se joue en équipe de deux. D’autres variantes en équipes de quatre ou de six joueurs existent également.
Le roundnet est un sport inspiré du volleyball qui se joue avec une balle et un filet circulaire ressemblant à un trampoline. Le sport se joue en équipe de deux. D’autres variantes en équipes de quatre ou de six joueurs existent également.

Le roundnet, un sport en pleine expansion

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Le roundnet, souvent appelé Spikeball en raison de la compagnie qui a popularisé le sport, sera à l’honneur le 22 août à Saint-Bruno, au Lac-Saint-Jean, alors que sera présenté le premier grand tournoi de ce sport grandissant. Ce sont 82 équipes de deux joueurs qui s’affronteront dans quatre catégories pour remporter la première édition de la Classique Spikeball.

Au printemps, Kaven Cyr et Michael Harvey ont eu l’idée d’organiser un tournoi de ce sport, avant que leur plan ne soit contrecarré par la pandémie de COVID-19. L’idée est vite tombée à l’eau, mais à la reprise des sports, les deux jeunes hommes ont finalement décidé de se lancer dans le projet.

« On a vu qu’il y avait des tournois un peu partout dans le monde et un beau jour, tout bonnement, on s’est dit que ce serait le fun d’en faire un ici, au Lac-Saint-Jean. Avec la pandémie, on a mis le projet sur la glace. Un moment donné, on s’est dit : ‘‘Il faudrait le faire pareil.’’ Si on le met le plus tard possible en août, ce serait le fun. On aurait le temps de s’ajuster et si ça ne marche pas, ça ne marche pas », a raconté le coorganisateur Kaven Cyr.

De fil en aiguille, le projet a vu le jour. Si les deux jeunes hommes voulaient présenter l’événement à Alma initialement, ils ont dû se tourner vers Saint-Bruno, après avoir essuyé un refus d’Alma. « [À Saint-Bruno], ils ont tout de suite embarqué. Il y a eu un moment d’hésitation avec les rassemblements et le port du masque obligatoire, mais la municipalité a confirmé que ce n’était pas annulé. Ils nous ont seulement demandé de respecter les mesures sanitaires », a raconté M. Cyr.

Des bourses allant jusqu’à 500$ seront remises aux équipes gagnants des catégories. Les organisateurs ont également décidé de faire des chandails arborant le logo du tournoi.

Bien sûr, il est primordial pour eux que les consignes sanitaires soient respectées. « L’équipement sera nettoyé entre chaque partie et les joueurs devront se laver les mains. De plus, on a pensé installer des affiches pour l’entrée et la sortie, afin que les gens n’aient pas à se croiser. On ne sait pas ce qu’on va faire avec les visiteurs, mais on ne veut pas avoir de problème avec ça. On veut que ce soit accessible, mais ça reste à voir. On va se pencher là-dessus dans les prochains jours », a expliqué Kaven Cyr.

Ils ont ensuite créé l’événement sur Facebook et rapidement, les inscriptions sont arrivées. « La réponse a été rapide. En quelques semaines, on avait 82 équipes. On a décidé de plafonner là pour être certains de respecter les règles pour les rassemblements. C’est déjà beaucoup pour une première édition. On visait plus de 50 équipes, mais je pense qui si on avait voulu, on aura atteint la centaine facilement. De plus, sur la page de l’événement, il y a plus de 500 personnes qui ont démontré de l’intérêt », a souligné M. Cyr.

Un sport accessible

Le roundnet connaît une importante hausse de popularité un peu partout sur la planète. Selon Kaven Cyr, c’est l’accessibilité du sport qui amène sa croissance. « Il y a deux ou trois ans, personne ne connaissait ça, mais de plus en plus, on voit des gens jouer un peu partout dans les parcs, sur les plages. Il y a deux ans, je me suis dit qu’il faudrait que j’essaie ça, et rapidement, j’ai adoré. C’est un sport rassembleur et qui n’est vraiment pas compliqué. Presque tout le monde peut jouer. C’est aussi facile à transporter. »

Le premier d’une lignée

Si tout se passe bien, Kaven Cyr espère que son tournoi deviendra un événement annuel. « On aimerait ça. Je pense qu’on est bien entourés. On a de bons commanditaires, un bon appui de la municipalité de Saint-Bruno. C’est sûr que si tout va bien, on va recommencer l’an prochain. »

Théoriquement, le tournoi est prévu sur deux jours afin de laisser une certaine latitude aux organisateurs, mais ces derniers n’excluent pas de compléter le tout en une seule journée, si cela est possible. « Si la météo le permet, ce serait bien de le faire en une seule journée », a indiqué Kaven Cyr.