Tous les détails du Championnat provincial d’athlétisme extérieur scolaire ont été dévoilés mercredi au Parc Saint-Jacques, site des compétitions qui se dérouleront en fin de semaine. Le directeur général du RSEQ régional, Keven Larivière, l’agent de développement de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Gino Robertge et le président d’honneur Alain Provencher sont entourés par des athlètes qui participeront à la compétition, Théo Provencher, Félix Provencher, Laurie Fournier et Juliette Bélanger.

Le rendez-vous des meilleurs

Pour une huitième fois en dix ans et une deuxième année de suite, le Championnat provincial d’athlétisme extérieur scolaire se tiendra au parc Saint-Jacques, organisé par la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, sous la supervision du Réseau du sport étudiant Saguenay–Lac-Saint-Jean. Avec en tête l’avocat Alain Provencher comme président d’honneur, les organisateurs entendent profiter pleinement de la visibilité de l’événement.

Plus de 1000 athlètes et accompagnateurs de partout au Québec participeront aux festivités, samedi et dimanche. Du groupe, 66 proviennent de la région. Bien connu dans plusieurs sports, Alain Provencher, du bureau Simard, Boivin et Lemieux, partenaire officiel de l’événement, a découvert l’athlétisme il y a quelques années. Ses trois fils se retrouvent en sport-études en athlétisme. Deux, Félix et Théo Provencher, ont d’ailleurs participé à la conférence de presse pour donner les détails de la fin de semaine, aux côtés de deux participantes jonquiéroises, Laurie Fournier et Juliette Bélanger.

Visibilité

« Pendant la fin de semaine, ce qu’on veut, c’est donner une visibilité à l’athlétisme. L’année dernière, on avait le même championnat et tous les gens qui sont venus faire un tour sont repartis impressionnés. Ils ne pensaient pas que les gens couraient aussi vite et sautaient aussi haut. Plusieurs n’avaient jamais vu en direct le lancer du poids. Pour monsieur ou madame Tout-le-Monde, ce sont des choses qu’on voit à la télé, aux Jeux olympiques, tous les quatre ans », fait valoir Alain Provencher, soulignant du même souffle la participation nécessaire de différents partenaires du monde des affaires.

Si, pour plusieurs étudiants-athlètes, cette compétition vient mettre un terme à leur saison, ce rendez-vous de la crème provinciale sera également la dernière occasion pour les participants d’obtenir les standards en prévision des Championnats canadiens.

« Quand je dis parmi les meilleurs de la province, le premier championnat provincial auquel j’ai assisté, j’ai vraiment été impressionné par les performances des jeunes. Quand on parle à des gens qui font de l’athlétisme et qu’on leur explique les temps que les jeunes font ou les hauteurs, c’est impressionnant. Encore la semaine prochaine, j’étais à Montréal pour une compétition, et c’est incroyable ce que ces jeunes peuvent réaliser », de raconter le président d’honneur.

« L’athlétisme, c’est à la base de tout. On court, on saute, on lance. Ce qui est intéressant, c’est qu’on dit que c’est un sport individuel, mais il y a également un esprit de camaraderie qui se développe. Il y a des athlètes qui se voient plusieurs années consécutives, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, qui vont courir un contre l’autre, mais après se taper dans la main et reconnaître que l’autre a eu une bonne performance. »

125 bénévoles

La logistique pour tenir une telle compétition provinciale est importante. Pas moins de 125 bénévoles seront nécessaires au bon déroulement de la fin de semaine. « C’est une organisation quand même assez complexe. On parle de 1000 athlètes et entraîneurs qu’on doit nourrir, loger et transporter de l’Odyssée Lafontaine et de l’école Dominique-Racine jusqu’au site de compétition. C’est un marathon qui commence », annonce l’agent de développement de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Gino Roberge.

« Sans eux, c’est bien beau avoir les athlètes et un comité d’organisation, si on n’a pas de bénévoles et d’officiels sur le terrain, on ne peut pas tenir d’épreuves », rappelle pour sa part le directeur général du RSEQ régional, Keven Larivière.