Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Phil Desgagné
Le Quotidien
Phil Desgagné
À l’automne 2019, Étienne Jacques avait été embauché par la Ville de Saguenay comme consultant dans le dossier de l’amphithéâtre. Le temps passe, mais le projet semble être tombé dans le néant.
À l’automne 2019, Étienne Jacques avait été embauché par la Ville de Saguenay comme consultant dans le dossier de l’amphithéâtre. Le temps passe, mais le projet semble être tombé dans le néant.

Le projet d’amphithéâtre à Saguenay relégué aux oubliettes ?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Vendredi dernier, les gouvernements ont annoncé des investissements dans plusieurs installations sportives à travers le Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont 2,3 millions $ pour le Club de curling Riverbend d’Alma et 1 million $ pour celui du club Kénogami. Dans les deux cas, c’était attendu depuis plusieurs années et ce n’est pas un luxe pour ces organisations.

Il y a quelques semaines, ici, à la Ville de Saguenay, on a confirmé le stade de soccer, un investissement de 25 millions $. On a aussi confirmé plusieurs millions de dollars — 12,7 millions $ exactement — pour l’autogare qui est en fin de vie, semble-t-il. On a mis également 24 millions $ à l’aéroport de Bagotville. Mais encore une fois, le projet d’amphithéâtre n’est pas revenu à la surface. Personne n’en parle actuellement. Pourtant, à l’automne 2019, on avait engagé Étienne Jacques pour ficeler ce projet. Plusieurs personnes avaient travaillé sur le dossier. Une fois le processus et le rapport remis, eh bien, la seule grosse nouvelle, c’est que le projet ne passe pas au PAFIRS, le programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives.

Ç’a été refusé parce que le principal utilisateur, selon le PAFIRS, ce sont les Saguenéens de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Ces derniers sont considérés comme une organisation professionnelle. Cette semaine, les membres du conseil de ville de Drummondville, qui veulent également rénover l’amphithéâtre des Voltigeurs, soit le Centre Marcel-Dionne, se sont butés à la même réponse du gouvernement fédéral.

Mais le conseil municipal est allé un peu plus loin dans le cas de Drummondville. Il a demandé au gouvernement fédéral de changer les critères, car pour eux, les Voltigeurs sont une organisation sans but lucratif, un peu comme le sont les Saguenéens, même si les Sags sont la propriété de la Ville de Saguenay. Personne ne génère de profit et ne se met de l’argent dans ses poches. Ce sont des bénévoles qui gèrent l’équipe.

Par ailleurs, en ayant un nouvel amphithéâtre, d’autres organismes pourraient également amener ici d’autres événements d’importance. Mais avec les élections dans les prochains mois, tant au fédéral que sur la scène municipale, j’ai bien l’impression que le rapport d’Étienne Jacques restera sur les tablettes, et ce, pour encore plusieurs années ! D’autant plus que ça prendrait un minimum de 12 à 14 mois pour effectuer tous les plans et devis pour présenter un tel projet et ses coûts.

En plus, ici, à Saguenay, on a un aussi autre problème : on ne s’entend pas sur l’endroit où devrait être située cette fameuse infrastructure. Donc, si j’étais les Saguenéens, je serais convaincu d’être au Centre Georges-Vézina pour encore plusieurs années !

Séries LHJMQ

Les séries de la LHJMQ continuent d’avancer à grands pas. Les Saguenéens l’ont emporté 3-0 contre le Phoenix de Sherbrooke. Même s’ils n’ont pas nécessairement joué leur meilleur hockey, ils étaient largement favoris pour remporter cette série.

Pour Val-d’Or, ç’a été assez facile contre Baie-Comeau. Même chose également pour Victoriaville contre Rouyn-Noranda. Les Remparts, eux, ont un peu surpris en battant Drummondville en trois parties.

Le projet d’amphithéâtre sur la zone ferroviaire semble avoir été relégué aux oubliettes.

Mais la surprise du premier tour, c’est l’élimination des Cataractes de Shawinigan en cinq parties par l’Océanic de Rimouski. C’est difficile à accepter pour les partisans des Cataractes et j’ai bien l’impression qu’il y aura des discussions animées au bureau des actionnaires.

Le DG Martin Mondou va être sur la sellette, j’en suis convaincu ! Il occupe deux chaises, lui qui est à la fois DG et actionnaire. Depuis que Martin Moudou est le DG, il faut le dire, les Cataractes n’ont pas beaucoup connu de succès en séries de fin de saison, si on fait exception de l’année où ils ont participé à la Coupe Memorial comme équipe hôte en 2012 (en plus de leur présence en finale en 2016, NDLR). Je ne suis pas sûr que Martin Mondou va sauver son poste de directeur-gérant de la formation des Cataractes.

Concernant la série entre l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Olympiques de Gatineau (l’Armada mène 2-1), on ne connaît pas encore le résultat du match de lundi soir au moment d’écrire ces lignes, mais si l’Armada gagne la série, les Saguenéens affronteront les Remparts pour la ronde quart de finale. Et si ce sont les Olympiques qui l’emportent, ce seront eux les prochains adversaires des Saguenéens.

D’ailleurs, cette prochaine série sera un 3 de 5 et, à mon avis, ça devrait être ce format jusqu’à la fin des séries éliminatoires. Sinon, avec des 4 de 7, ça risque de se prolonger et les joueurs qui accèderaient à la grande finale pourraient passer de quatre à cinq semaines confinés dans un hôtel.

La Ligue ne devrait pas oublier que ce sont des jeunes adolescents de 16 à 20 ans pour qui, plus le confinement se prolonge, plus c’est difficile. Surtout avec l’année et la saison qu’ils viennent de vivre. Ce n’est certainement pas facile pour ces jeunes joueurs !