Le projet de construction d’un nouveau chalet d’accueil au Panoramique avait été annoncé en octobre 2017 par Jean-Robert Wells, qui était alors accompagné d’André Martel et de Marie-Christine Dion.

Le projet Accro du Pano en attente

Un peu plus d’un an et demi après le lancement de la campagne de sociofinancement Accro du Pano, servant à la construction d’un pavillon d’accueil au centre de vélo de montagne Le Panoramique de Chicoutimi, le projet est maintenant en attente des prochains développements, même si environ 40 000 $ ont été récoltés au cours des 18 derniers mois.

Le président du conseil d’administration Vélo Chicoutimi, Jean-Robert Wells, a expliqué que plusieurs éléments font en sorte que le dossier est sur pause. Lors du lancement de la campagne Accro du Pano, les administrateurs de l’organisme avaient fait savoir que la construction du bâtiment, estimé à 1,7 M$, devrait avoir lieu en 2019.

M. Wells a confirmé qu’aucune pelletée de terre n’aurait lieu d’ici la fin de l’année. «En étant le plus optimiste, on pourrait parler de fin 2020 pour le début des travaux, a-t-il soutenu. Si on est le plus pessimiste, ça va aller à la fin de l’année 2023.»

Vélo Chicoutimi s’occupe de la gestion des sentiers du Panoramique, mais la corporation n’a pas le plein contrôle des opérations. Les sentiers se retrouvent sur des terrains appartenant à Rio Tinto, tandis que l’endroit projeté pour construire le pavillon d’accueil, situé sur le chemin de la Réserve, à l’angle du boulevard Barrette, est la propriété de la Ville de Saguenay.

En ce moment, Vélo Chicoutimi est dépendant de la deuxième phase du projet Vaudreuil au-delà de 2022 de Rio Tinto, qui projette le développement d’un nouveau site de dépôt de résidus de bauxite puisque l’endroit actuel sera à pleine capacité d’ici trois ans. La phase 1 du projet est déjà en cours et consiste à construire une nouvelle usine de filtration industrielle et à optimiser le site actuel.

«Rio Tinto a maintenu son intérêt à participer au financement du projet de pavillon d’accueil, mais ce projet est lié à la phase 2 de l’Usine Vaudreuil, a expliqué Jean-Robert Wells. Les gens de Rio Tinto nous ont dit que le processus suit son cours normal et ils s’attendent à obtenir les autorisations de faisabilité d’ici la fin de l’année 2019 ou au début de 2020. Actuellement, on est en attente et dépendants des prochaines étapes de Rio Tinto.»

Les sentiers de vélo de montagne du Panoramique se retrouvent dans la zone tampon de l’Usine Vaudreuil. La phase 2 prévoit l’amputation d’une dizaine de kilomètres de sentiers, mais Rio Tinto a déjà assuré qu’elle allait compenser cette perte à 100 pour cent. Cependant, la multinationale a quelque peu modifié son entente, mais Vélo Chicoutimi est prêt à accepter ce nouvel élément.

«L’aménagement des nouveaux sentiers perdus et le projet de construction d’un nouveau pavillon d’accueil sont devenus un seul dossier, c’est-à-dire que l’argent qu’on va avoir pour le pavillon d’accueil, on ne l’aura pas pour l’aménagement des sentiers», a mentionné Jean-Robert Wells.

Malgré un retard dans la livraison du projet, la campagne de sociofinancement Accro du Pano, lancée sur la plateforme Web Ulule, a connu un bel engouement. Plus de 12 000 $ ont été amassés, alors que l’objectif était fixé à 10 000 $. De plus, la mobilisation d’une trentaine de PME a permis d’ajouter quelque 25 000 $. Des vignettes de contributeurs ont également été vendues dans différentes boutiques de vélo, ce qui a permis de fixer le montant à total à près de 40 000 $. En attendant les prochains développements, la somme récoltée a été placée dans un compte-épargne.

La première étape de la campagne était destinée à réaliser les plans et devis du pavillon. L’objectif global était de récolter 100 000 $.

Jean-Robert Wells demeure convaincu que la construction d’un pavillon d’accueil est essentielle au bon fonctionnement du centre de vélo de montagne. D’année en année, Le Panoramique voit son nombre et son type d’utilisateurs augmenter. Bien que la priorité soit donnée aux cyclistes en vélo de montagne, les marcheurs et les coureurs ont leur place l’été. L’hiver, l’utilisation du fatbike est priorisée, mais la pratique de la raquette est permise.

+

LES SENTIERS TOUJOURS FERMÉS

La fonte des neiges se poursuit dans les sentiers du Panoramique, si bien que l’accès est formellement interdit jusqu’à nouvel ordre. Les utilisateurs sont invités à patienter et à suivre les publications de la page Facebook de Vélo Chicoutimi pour tout savoir sur les développements.

La présence précoce des cyclistes et des marcheurs pourrait avoir d’importants impacts sur l’état du sol et sur le début de la prochaine saison, a prévenu Jean-Robert Wells.

«On va peut-être pouvoir lancer la saison estivale avant le 1er juin, mais pour le moment, les conditions ne permettent pas du tout l’utilisation des sentiers», a averti le président du C.A. de Vélo Chicoutimi.

Une exception a causé certains remous sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours. Des cyclistes du programme sport-études en vélo de montagne à la Polyvalente d’Arvida ont eu accès aux secteurs sous les pylônes de transmission, en compagnie de leurs entraîneurs, et la situation a été décriée sur la page Facebook Le Panoramique Vélo de montagne, qui est gérée par des adeptes.

«Les jeunes ont accès à un endroit qui est grandement exposé au soleil, donc où la neige a passablement fondu, et le sol est dur puisque c’est du roc», a soulevé Jean-Robert Wells, qui invite les internautes à une certaine retenue avant de publier ou de dénoncer une situation. Ils suggèrent également aux utilisateurs de poser leurs questions s’ils s’inquiètent d’une situation en particulier, au lieu de sauter aux conclusions rapides.