Le point sur une situation précaire

Les clubs de golf du Québec ne roulent pas sur l’or présentement et celui de Chicoutimi ne fait pas exception. Ses membres ont été conviés à une assemblée générale spéciale, lundi soir, afin de faire le bilan de la saison qui s’achève et, surtout, d’en apprendre un peu plus sur la situation financière précaire du club et sur des mesures qu’entend mettre en place le conseil d’administration.

Au cours de la rencontre qui a attiré 127 membres, cinq thèmes généraux ont été discutés. Il a été question du parcours, de la situation générale du golf, des employés, des finances et du futur.

Si ces sujets sont tous interreliés, la situation financière a principalement retenu l’attention. Le portrait exact sera dévoilé lors de l’assemblée annuelle du 10 décembre, mais les dirigeants anticipent un déficit de 60 000 $ pour la saison 2017. Il s’ajoutera à une dette à long terme trop importante qui représente le principal boulet du club. De plus, son institution financière a déjà signifié son intention de ne plus lui avancer de fonds.

« Il faut trouver le moyen de nous équilibrer financièrement. C’est notre défi », résume le président du conseil d’administration, Marc Tremblay.

De 2013 à 2017, le nombre de membres est passé de 481 à 376. Pendant la même période, le nombre de parties jouées par saison a diminué de 17 pour cent. Les tournois suivent la même tangente et les visiteurs ont été moins nombreux en 2017, principalement en raison de l’état du terrain en début de saison. Le parcours a connu une amélioration remarquable pendant l’été, mais les semaines perdues n’ont jamais été retrouvées.

Mieux vendre le golf

Le club doit donc trouver le moyen de mieux « vendre » le golf. Améliorer l’accueil réservé aux visiteurs, montrer une ouverture à l’endroit des 20 à 40 ans, réviser encore une fois l’organisation et les postes budgétaires, vérifier le potentiel immobilier du club et mieux utiliser le programme GGGolf font partie des solutions identifiées. Dans le dernier cas, les administrateurs ont remarqué que le système de réservation n’a pas que des avantages.

L’utilisation de noms fictifs et des réservations « bidon » ont pour effet de faire perdre au club des opportunités de vente parce que des visiteurs potentiels n’arrivent pas à trouver une heure de départ. Les dirigeants souhaitent donc que les membres montrent une plus grande discipline dans l’utilisation de GGGolf pour maximiser l’offre aux visiteurs.

Hausse de la cotisation

Parlant des membres, ils doivent anticiper une hausse du coût de leur cotisation de deux à trois pour cent en 2018. De plus, ils seront fortement invités à utiliser un mode de paiements préautorisés afin d’assurer au club une plus grande liquidité douze mois par année. Les dirigeants entendent éliminer toute la gymnastique associée aux comptes à recevoir, ce qui signifie que les membres devront dorénavant payer chaque dépense sans attendre.

« Le conseil d’administration est parfaitement conscient que la cotisation des membres a atteint un niveau à ne pas dépasser. Nous avons atteint la limite de ce qui peut être demandé aux membres et il faut trouver de nouvelles avenues », précise Marc Tremblay.

Ce dernier se montre très satisfait de la participation des membres et des échanges qui ont meublé la soirée de lundi. Il assure que la rencontre aura des suites dès l’assemblée générale du 10 décembre.