Jean-François Cauchon, de Québec. est un féru de course en sentiers. Il sera du départ du 50 km de l’Ultra Trail de Lac-Kénogami, samedi matin.

Le plaisir de courir et de découvrir la région

Les organisateurs de l’Ultra Trail de Lac Kénogami (UTLK) accueilleront une grosse pointure des courses en sentiers longue distance avec la présence de Jean-François Cauchon, samedi, pour la course du 50 km. Le natif de Québec n’a pas d’objectif de performances. Celui qui a fini troisième le week-end dernier au 110 km du Québec Méga Trail vient surtout découvrir un nouveau parcours et avoir du plaisir.

Même s’il assure qu’il récupère de plus en plus rapidement, l’athlète de 26 ans ne se met pas de pression. « On verra comment les jambes seront après le 110 km Québec Méga Trail que j’ai couru samedi passé. Je récupère de plus en plus vite. C’est serré, mais je pense que ce sera correct », indique-t-il, en entrevue téléphonique. S’il sera du départ, rien n’est certain du côté de sa soeur et coéquipière, Élisabeth, qui n’est pas certaine de faire un détour dans la région. Ensemble, la Team Cauchon participe à plusieurs courses en sentiers au Québec, au Canada, mais aussi ailleurs dans le monde.

Une affaire de famille

Chez les Cauchon, la randonnée pédestre et la course font partie des valeurs familiales. « On a commencé à faire du trail en 2014, mais depuis qu’on est tout petits, avec nos parents, nos oncles, nos tantes, cousins et cousines, on fait de la randonnée pédestre. Plus on grandissait, plus nos marches étaient longues. En 2014, on a commencé à faire du trail. C’était un peu la suite logique dans ces aventures. »

Les organisateurs de l’UTLK ont d’ailleurs invité le duo parce qu’ils estiment qu’il « représente très bien nos valeurs de famille et de plaisir à l’état pur que nous désirons communiquer à nos participants ». Ils en ont fait leurs ambassadeurs de la 4e édition. Pour Jean-François Cauchon, ce sera un premier séjour dans les sentiers de courses de la région.

À force de se côtoyer dans les défis, les coureurs tissent aussi des liens. « Je connais bien l’organisateur Sylvain Lavoie qui nous a invités à la course, ma soeur et moi. Je me suis dit pourquoi pas. C’est une super occasion de découvrir une nouvelle région. Alors, on a accepté », raconte celui qui avait terminé au 31e rang du classement général du mythique Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) en 2017. Il avait été le premier Québécois et Canadien à franchir l’arrivée.

Jean-François Cauchon ne chôme pas et il a un agenda encore bien rempli en matière de courses en sentiers d’ici la fin de l’année. « Le 13 juillet, j’ai une course dans Portneuf, puis le Trans-Vallée, dans la Vallée Bras-du-Nord du 16 au 18 août, puis l’Ultra Trail Harricana à La Malbaie du 6 au 8 septembre, puis à l’île de la Réunion, à la mi-octobre, pour la Diagonale des Fous. »

L’an dernier, il a participé au Sinister 7 en Alberta et à la Transmartinique en décembre. Il a aussi fait le Transgrancanaria en février, une course qui fait partie de l’Ultra Trail World Tour.