Philippe Robert, directeur général du centre de plein air Le Norvégien.
Philippe Robert, directeur général du centre de plein air Le Norvégien.

Le Norvégien sera plus sécuritaire que jamais

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Le centre de plein air Le Norvégien de Jonquière a obtenu une aide financière qui pourrait atteindre 48 720 $ de la part du gouvernement du Québec, afin d’améliorer l’efficacité et le temps de réponse des équipes lors d’interventions d’urgence.

La première phase du projet de l’organisme à but non lucratif consiste à aménager des sorties d’urgence sur l’ensemble du réseau de vélo de montagne et à améliorer les chemins d’accès pour s’y rendre à l’aide de véhicules tout-terrain. Pour la seconde phase du projet, les pentes du départ des pistes familiales et intermédiaires du réseau de ski de fond seront réaménagées, de façon à adoucir leur dénivelé. Cela permettra, entre autres, de faciliter l’accès et d’améliorer la sécurité à ces endroits.

« Cette aide va nous permettre d’améliorer notre sécurité et nos pentes de ski de fond. On est heureux de pouvoir offrir à nos membres et usagers un cadre sécuritaire pour leurs activités de ski de fond et de vélo de montagne. On a toujours voulu avoir un volet sécurité un peu plus poussé, mais ça demandait de gros investissements. C’était donc dans nos projets, mais avec l’aide financière, ça nous permet d’aller de l’avant », a commenté le directeur général du Norvégien, Philippe Robert.

Selon lui, le projet vient d’un besoin et d’un désir d’amélioration. « On n’a pas plus d’accidents qu’ailleurs, on n’a pas des pistes dangereuses, mais je crois que c’est un projet innovant. Le fait de développer des secteurs et des routes d’accès, en plus d’avoir un plan de sécurité associé à tout ça, c’est quelque chose d’assez unique au Québec. »

Le coût pour l’ensemble du projet est évalué à 60 000 $ et le gouvernement déboursera 80 % du montant final, jusqu’à concurrence de 48 720 $. L’aide financière a été attribuée par le ministère de l’Éducation, dans le cadre du Programme de soutien à la mise à niveau et à l’amélioration des sentiers et des sites de pratique d’activités de plein air (PSSPA).

« Notre gouvernement agit pour développer les régions et accroître l’accessibilité aux infrastructures pour l’ensemble de la population. Nous avons la chance, au Québec, de bénéficier de nombreux sentiers et de sites d’activités de plein air qui donnent à tous l’occasion de pratiquer des activités physiques en pleine nature. Les projets qui découlent du PSSPA permettent non seulement aux amateurs de plein air de profiter de la nature en toute sécurité, mais également de mettre en valeur le territoire québécois, tout en contribuant à la vitalité des régions », a souligné la ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest.

M. Robert croit que ces améliorations vont de pair avec la mission du centre de favoriser le développement de saines habitudes de vie et l’accessibilité à la pratique d’activités sportives comme le ski de fond, la raquette, le vélo de montagne et le vélo d’hiver.