Le Norvégien a acquis une surfaceuse Snowdog.

Le Norvégien prêt pour le fatbike

Le centre Le Norvégien de Jonquière inaugurera son nouveau sentier de fatbike le vendredi 1er décembre. Et pour offrir des pistes en excellentes conditions, les dirigeants ont pu compter sur un soutien financier conjoint de Gendron Bicycles et la Voie Maltée pour l’acquisition d’une surfaceuse Snowdog.

Cet appareil de conception russe, qui représente un investissement de 5000 $, est nécessaire pour faire la surface des 7,5 kilomètres de sentiers damés. Président du Norvégien, Réjean Tremblay a rappelé que le centre avait développé une piste de vélo de montagne l’an dernier en faisant la promesse qu’elle serait utilisée pour le fatbike cet hiver. La promesse a été tenue.

« Sans le Snowdog, nous n’aurions pas pu ouvrir notre section pour le fatbike. Mais grâce à un appui financier de Gendron Bicycles et de la Voie Maltée, nous allons être en mesure d’ouvrir le sentier dès le 1er décembre », souligne le président Tremblay.

« Cette nouvelle étape s’inscrit dans le projet de développement d’envergure que nous caressons, soit d’aménager 25 kilomètres de pistes de vélo de montagne, lesquels deviendront éventuellement 25 kilomètres de fatbike », précise le président Tremblay, qui a toujours en tête le projet d’une offre d’activités quatre saisons.

Un bénévole sera responsable de manier le Snowdog, une machine qui pèse tout de même 300 livres. Ce dernier connaît bien le terrain. « Il sait où aller passer la machine pour conserver le contour et l’enlignement de course », fait valoir Réjean Tremblay. Ce dernier ajoute qu’il n’y a pas de cohabitation des différents sports dans les sentiers du centre jonquiérois.

Les adeptes du vélo de montagne et/ou de la randonnée pédestre ne peuvent circuler dans les sentiers de ski de fond, et vice-versa.

Le président du CA du centre Le Norvégien de Jonquière, Réjean Tremblay (au centre), a tenu à remercier les représentants de Gendron Bicycles, David Gendron, et de la Voie Maltée, Carl Fleury, pour leur appui financier qui a permis d’acquérir le Snowdog, une machine qui permet d’offrir de beaux sentiers pour la pratique du fatbike. La piste de 7,5 kilomètres sera accessible le 1er décembre.

En croissance

Le porte-parole du Norvégien souligne que la clientèle du fatbike est en demande croissante. « Nous avons reçu énormément de demandes pour qu’on ouvre une piste de fatbike, mais sans la collaboration de nos deux partenaires, nous n’aurions pas été capables d’ouvrir la piste », insiste Réjean Tremblay.

« Ce sport est en croissance et cette croissance va passer par l’accessibilité au terrain de jeu, ajoute David Gendron de Gendron Bicycles. Pour le pratiquer, ça prend de la neige, mais surtout un sentier avec un surface un peu durcie. »

Pour Carl Fleury, l’implication de la Voie Maltée allait de soi. « Pour nous, c’était naturel d’être associé au Norvégien compte tenu des origines de la Voie Maltée, dont la première a vu le jour en 2002 à Jonquière. C’est un beau terrain de jeu. C’est un positionnement qu’on fait avec le plein air, autant les courses en sentiers que le vélo l’été (et l’hiver). C’était vraiment naturel de donner un accès à notre clientèle, car nous sommes privilégiés », explique-t-il, en ajoutant en riant qu’il espère que les gens s’arrêteront en chemin à la Voie Maltée avant de rentrer se reposer chez eux.