Saguenay a annoncé un investissement de 460 000 $ au centre Le Norvégien de Jonquière. Ci-haut, la mairesse de Saguenay Josée Néron et le président du CA du Norvégien, Réjean Tremblay, entourés des élus de l’arrondissement Jonquière, Michel Thiffault, Julie Dufour et Jonathan Tremblay.

Le Norvégien devient un centre quatre saisons

Grâce à un investissement majeur de 460 000 $ de Saguenay, le centre Le Norvégien de Jonquière deviendra un centre quatre saisons accessible à longueur d’année où les adeptes de plein air pourront pratiquer, en plus du ski de fond et de la raquette, le vélo de montagne ainsi que le fatbike durant l’hiver.

La bonne nouvelle a été dévoilée lundi, en conférence de presse, en présence notamment de la mairesse Josée Néron, du conseiller du secteur, Jonathan Tremblay, de la présidente de l’arrondissement, Julie Dufour, et du président du conseil d’administration du club Le Norvégien, Réjean Tremblay. Pour ce dernier, c’était la réalisation d’un grand rêve, lui qui n’a pas hésité, depuis deux ans, à mettre bénévolement l’épaule à la roue pour l’aménagement et le développement de sentiers de vélo de montagne. À titre d’exemple, l’an dernier, l’équivalent de 700 heures de bénévolat ont été consacrées à l’aménagement des pistes de vélo de quelque cinq kilomètres de pistes de vélo. Les 69 kilomètres de boucles de ski de fond seront également améliorés.

« L’aide financière de Saguenay sera répartie en deux versements égaux de 200 000 $, l’un pour 2018 et l’autre pour 2019. De plus, un montant récurrent de 60 000 $ a été accordé pour l’année en cours et les années à venir afin de soutenir les coûts d’opération et d’entretien du centre qui sera désormais accessible à l’année, que ce soit pour le vélo de montagne, la randonnée pédestre et le canicross (courses en sentiers avec un chien) ou encore, durant l’hiver, pour le ski de fond, la raquette et depuis l’an dernier le Fatbike. »

En octobre

En 2016, M. Tremblay et son équipe avaient réussi à aménager un premier tronçon d’un peu plus de quatre kilomètres. L’an dernier, cinq autres kilomètres se sont ajoutés pour un total de 10 km. D’ailleurs, l’an dernier, le Norvégien avait accueilli pour une première fois une étape du circuit régional de vélo de montagne. « Les gens ont découvert la piste qu’on avait faite et ils étaient contents », relatent Réjean Tremblay et Frédéric Chouinard, responsable du développement des pistes de vélo de montagne au Norvégien. 

L’organisation aimerait être en mesure d’offrir un 10 kilomètres additionnel en poussières de pierre d’ici l’automne et cinq autres kilomètres en 2019 pour un total de 25 kilomètres de sentiers accessibles gratuitement.

« Dans le meilleur des mondes, on voudrait qu’en octobre, on ait au moins une nouvelle boucle de 10 km qui va rejoindre les pistes de vélo de montagne déjà existantes », avance Réjean Tremblay, fier de cet important coup de pouce pour développer ce « terrain de jeu incroyable ». 

M. Tremblay précise que Le Norvégien ne veut surtout pas rivaliser avec les autres centres de plein air de la région. « On veut être complémentaire aux autres centres qui existent déjà. Le style de pistes qu’on a et qu’on va développer sur 15 autres kilomètres, c’est une piste “roulante”. Il n’y a pas de racines ni de roches. Ça s’adresse à la clientèle familiale. (...) On veut ouvrir rapidement, car plus vite on va ouvrir, plus vite on sera rentable. »

Concernant le fatbike, un tronçon de 5,5 km a été réalisé. « L’an prochain, dans notre plan de développement pour le vélo de montagne, on veut consacrer une partie pour le Fatbike et ajouter un 10-15 kilomètres pour cette nouvelle clientèle. »

Réjean Tremblay a tenu à remercier les élus de l’arrondissement Jonquière, Jonathan Tremblay, conseiller du secteur, Carl Dufour, Michel Thiffault et Julie Dufour pour leur soutien. « Si on n’avait pas eu d’appuis de ces gens-là, ça ferait longtemps que ce serait fini et que les clés seraient sur le bureau. »

Pour sa part, la mairesse Josée Néron a indiqué que cet investissement vient compléter l’offre de services à Saguenay, particulièrement en pistes de fatbike et de vélo de montagne. 

« Ce projet s’inscrit totalement dans la volonté du conseil de mettre à jour nos infrastructures et de bonifier les services. Pour nous, ça veut dire qu’on fait notre job en rendant accessibles aux amateurs de plein air des installations qui sont prêtes, intéressantes, qui répondent à la demande du milieu. Même si ce sont des modes qui commencent, on est au rendez-vous et on veut développer les choses ensemble », a-t-elle déclaré en substance.