Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les sentiers du Mont Lac-Vert d’Hébertville sont très prisés par l’organisation de Marin Wildside Enduro, qui y a tenu quelques étapes du circuit canadien. Cette année, le site accueillera l’une des trois qualifications canadiennes en vue des championnats du monde 2022.
Les sentiers du Mont Lac-Vert d’Hébertville sont très prisés par l’organisation de Marin Wildside Enduro, qui y a tenu quelques étapes du circuit canadien. Cette année, le site accueillera l’une des trois qualifications canadiennes en vue des championnats du monde 2022.

Le Mont Lac-Vert hôte d'une qualification pour les Mondiaux Enduro 2022

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Très prisés par l’organisation du Marin Wildside Enduro, les sentiers du Mont Lac-Vert accueilleront l’élite de la discipline, le 19 septembre, alors que le centre hébertvillois sera l’hôte de la dernière qualification de l’Enduro World Series (EWS) au Canada.

Les points Gold accumulés serviront pour la qualification aux Mondiaux 2022. Le premier hôte de ces qualifications sera Nakusp, en Colombie-Britannique, le 23 mai. Le deuxième rendez-vous est programmé au Ski Bromont, le 25 juillet, et le Mont Lac-Vert fermera le bal le 19 septembre. La Boutique VO2 de Chicoutimi est partenaire de l’événement et dépositaire de la marque Marin. Dominic Piché a expliqué que le circuit Marin Wildside Enduro propose huit courses, deux en Colombie-Britannique et six au Québec.

« Habituellement, le Wildside, c’est un championnat canadien. Quand la course est présentée dans l’est, ce sont surtout des coureurs du Québec et de l’est de l’Ontario qui viennent (au Mont Lac-Vert). Mais comme ce sera une qualification pour les mondiaux 2022, il y aura certainement plus de calibre et de gens de l’Ouest qui vont venir », estime-t-il.

Depuis au moins deux ans, le Mont Lac-Vert est l’hôte d’une étape du circuit Wildside Enduro. En plus de servir de qualifications pour les mondiaux 2022, il recevra la course finale de la série, laquelle sera suivie des championnats québécois qui se tiendront au Mont-Sainte-Anne, le 3 octobre.

« Cette année, on est encore plus privilégiés parce que c’est vraiment une de leurs grosses courses sur les Enduro World Series. C’est dans les plus grosses compétitions que l’on peut avoir. On fait partie des trois belles montagnes identifiées », souligne Claudia Carrière, responsable des communications et événements au Mont Lac-Vert, qui y voit aussi une belle reconnaissance.

Le promoteur André Lecompte est d’ailleurs élogieux quant aux aménagements du Mont Lac-Vert. « Malgré sa petite taille, un vaste réseau de sentiers traverse son territoire. En 2018, un grand projet d’enduro a été mis en place par l’équipe de trail builder de la montagne. Des sentiers rapides, techniques et bien construits vous raviront dans une ambiance festive. Cette montagne, ancienne hôte des courses de DH de la Coupe Québec, vous livrera une expérience que vous n’êtes pas prêt d’oublier », peut-on lire dans le descriptif de l’événement sur le site www.wildsideenduro.com.

« Le promoteur capote quand il vient dans notre montagne. On a vraiment des sentiers très naturels et le dénivelé de notre montagne est quand même assez spectaculaire aussi. J’ai beaucoup de gens de l’extérieur qui nous disent combien les sentiers ici sont assez exceptionnels », ajoute Mme Carrière.

« Nos sentiers sont toujours entretenus l’été, mais lors de telles compétitions, on redouble d’efforts et on prépare les pistes comme il faut pour eux. C’est vraiment une belle montagne pour eux. »

Responsable des communications et événements, Claudia Carrière explique que le Centre Mont Lac-Vert espère trouver les sommes pour réaliser deux projets de vélo de montagne.

Une campagne de sociofinancement pour deux projets

À compter de lundi, le Mont-Lac-Vert lancera une campagne de sociofinancement via la plateforme La Ruche, avec comme objectif d’amasser 25 000 $ d’ici le 1er juillet pour financer deux projets qui commandent un investissement total de 52 000 $. Le centre quatre saisons d’Hébertville souhaite ainsi doter le télésiège d’un système de crochets pour le transport des vélos de montagne et réaliser l’aménagement de modules d’habileté dans le parc à vélos.

Actuellement, les utilisateurs des sentiers doivent gravir la montagne par eux-mêmes sur leur vélo. La direction du centre souhaite offrir l’alternative de la remontée des vélos à l’aide d’un système de fixation qui sera ajouté aux installations actuelles.

« Le sociofinancement sera en grosse partie pour permettre l’installation de crochets sur nos télésièges afin que les gens en profitent encore plus. Tout le monde tripe sur nos sentiers, mais le plus dur, c’est de monter sur leur pouvoir. Si tout va bien, d’ici septembre, on devrait avoir nos télésièges avec le système d’accrochage », explique Claudia Carrière, responsable des communications et événements. « Ce projet vise aussi à avoir un vélo parc qui sera aménagé dans le bas de nos sentiers avec des modules d’habiletés », ajoute-t-elle.

En atteignant le montant de 25 000 $ de sociofinancement, le Mont-Lac-Vert pourra bénéficier d’environ 26 000 $ provenant du Fonds Mille et UN pour la jeunesse, ce qui permettrait de réaliser les deux projets dans leur ensemble.

La porte-parole du centre hébertvillois a confiance que les partenaires et les utilisateurs de la montagne seront généreux comme à l’habitude durant ce blitz de deux mois. 

« Je pense que les gens vont nous encourager, tout comme les partenaires et les adeptes de vélos qui nous suivent. Je crois que ce sera très gagnant », estime-t-elle, ajoutant que les deux projets font suite à un sondage effectué auprès de la clientèle pour identifier les besoins et les éléments à améliorer.

« Le petit parc est déjà en construction. Ce sont des modules de jeu amovibles. D’une façon ou d’une autre, il sera fait. Il sera peut-être moins gros si on n’atteint pas l’objectif de financement, mais il sera quand même fait. Et si on a les fonds, on va mettre encore plus de modules pour les jeunes. »