Le directeur général du Mont-Édouard, Claude Boudreault, s’est sacrifié pour montrer les précipitations tombées au cours des derniers jours.

Le Mont-Édouard ouvert à partir de vendredi

La spectaculaire bordée de neige dans le Bas-Saguenay permettra aux dirigeants de la station de ski du Mont-Édouard d’ouvrir toutes les pistes de la montagne avant la fin du mois de novembre, à compter de vendredi, à partir du sommet.

Cette ouverture complète, qui survient environ un mois plus rapidement qu’à l’habitude, sera assurément la plus hâtive des dix dernières années. De plus, le site spécialisé Zone.ski rapportait mercredi que la station anjeannoise serait la première à ouvrir à 100 % au Québec.

« C’est plus dans la normalité d’ouvrir le haut de la montagne dans le temps des Fêtes », précise la directrice du marketing, Marie-Êve Carrier.

Le directeur général du Mont-Édouard, Claude Boudreault, s’est sacrifié pour montrer les précipitations tombées au cours des derniers jours.

« On l’attendait (la neige). C’était annoncé et on s’était préparés à l’avoir. C’est toujours une surprise. Ils annonçaient entre 25 et 40 kilomètres et on est vraiment au-delà de ça », ajoute-t-elle, mentionnant que les accumulations font maintenant plus d’un mètre avec de la neige lourde et qui demeure en place.

« C’est déjà arrivé des tempêtes, mais aussi grosses à ce stade-ci de l’année, ça dépasse tout », lance-t-elle, indiquant que la machinerie, qui a déjà débuté le travail de préparation, avait de la difficulté à se frayer un chemin dans la montagne en début de la journée tellement la neige était épaisse.

Le sommet ne sera pas damé, à l’exception de la pente familiale. Ce sera donc l’occasion pour les mordus de poudreuse de s’amuser. À partir de la mi-montagne, les conditions seront les mêmes qu’à l’habitude. Les deux remontées seront également disponibles. Le secteur Haute-route demeure toutefois fermé pour le moment.

Les accumulations des derniers jours au Bas-Saguenay permettent l’ouverture complète des pistes du Mont-Édouard à partir du sommet. En mortaise, le directeur général, Claude Boudreault, s’est sacrifié pour montrer l’état des précipitations.

Cette ouverture hâtive risque d’amener des revenus intéressants pour le Mont-Édouard, mais aussi des retombées économiques pour la localité avec des skieurs de l’extérieur de la région. « C’est beaucoup pour satisfaire les gens aussi. Ils le voyaient que la neige tombait. Sur Facebook, ça fait déjà un bon deux semaines qu’ils nous demandaient si on allait ouvrir jusqu’au sommet. De leur annoncer qu’on leur offre, on est très heureux », de laisser savoir Marie-Êve Carrier.

Plus tôt cette année, grâce à l’achat d’une quarantaine de canons à neige, quelques pentes du Mont-Édouard étaient ouvertes dès le 5 novembre, ce qui en faisait la première station au Québec à offrir du ski d’automne.