Pierre Lavoie avait toute sa famille à ses côtés pour l’arrivée à Montréal. En plus de son fils Bruno-Pierre et de sa conjointe Lynne, sa fille Joly-Ann s’est jointe au peloton pour la première fois en dix ans.

Le Grand défi n’a pas fini de grandir

La dixième édition du 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie a été mémorable à bien des points de vue. Mais n’allez pas croire que son cofondateur va surfer sur ce succès en vue des prochaines années, parce que c’est exactement le contraire qu’il vise.

Les 1075 cyclistes sont arrivés au Stade olympique de Montréal en milieu d’après-midi, dimanche, 1182 kilomètres plus tard. Les émotions étaient bien sûr nombreuses, alors que les participants ont retrouvé leur famille. Tout en se disant « le gars le plus heureux », Pierre Lavoie regardait, encore et toujours, droit devant.

« J’ai déjà des idées vraiment intéressantes pour l’an prochain, a-t-il partagé. Des choses qu’on voulait peut-être annoncer cette année, mais on n’était pas prêt. La dixième édition a préparé la onzième. Les gens pourraient se dire qu’ils ont vécu la dixième édition et que c’est assez, mais avec la qualité d’événement qu’on a fait, il n’y a pas grand monde qui va vouloir quitter. La dixième édition a assis les prochaines années. Ce qu’il nous reste à faire, c’est innover et faire grandir les choses encore plus. »

Pierre Lavoie a taché d’amener sa fille Joly-Ann à bon port, dimanche, entre Mont-Saint-Hilaire et le Stade olympique de Montréal.

Cette dixième édition aura été marquée par un retour aux sources. Une grande partie du Saguenay-Lac-Saint-Jean a été visitée, histoire de rappeler la genèse de l’événement, lancé une première fois en 1999 avec le Défi Pierre Lavoie. Cette opération était nécessaire pour le principal intéressé.

« La dixième édition était très, très, très importante pour moi, a souligné Pierre Lavoie. Oui, les conditions étaient belles, mais l’organisation était sur la coche. Nous avons organisé trois événements majeurs en fin de semaine (le 1000 km, La Boucle et la Grande récompense) et les trois ont été un succès. Je ne peux pas être plus heureux que ça pour le dixième anniversaire. On a encore monté la barre. On est content et on sait pourquoi ça fonctionne, parce qu’on travaille fort. On a du monde, des super bénévoles qui savent où ils s’en vont et qui savent ce qu’ils font. On a une machine de guerre pour organiser des choses. »

Anjeannois d’origine, Pierre Lavoie n’a jamais oublié d’où il vient. D’où l’importance de ramener l’armée de cyclistes dans son coin.

L’émotion était grande pour les cyclistes du 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie, qui ont pu retrouver leur famille après un périple de trois jours à vélo.

« On a mis notre région sur la “map” et c’était important pour moi. J’habite chez nous et c’est important de dire qu’on habite une belle région. Quand tu as la chance de le montrer avec ton événement, ça amène de la fierté. Ça n’a pas de prix. »

« Je remercie du fond du cœur tous les gens de la région pour l’accueil préparé aux cyclistes. J’étais fier d’eux et c’était une chance unique d’amener tous ces gens autour de la région. Ça crée des images et ça peut faire toute la différence. Ils ont pu découvrir le lac Saint-Jean, le fjord du Saguenay et des gens accueillants. Ils ont répondu à l’appel et merci d’avoir aussi bien accueilli la visite. »

L’ampleur du mouvement n’est pas près de calmer les ardeurs de Pierre Lavoie, loin de s’habituer de voir autant de gens mobilisés.

Pierre Lavoie a indiqué que le succès du 10e Grand défi Pierre Lavoie allait permettre d’asseoir les bases des prochaines éditions.

« On a des cyclistes engagés et on a acquis un pouvoir d’influence, a-t-il fait remarquer. On fait plus que pédaler, on crée un mouvement social important qui a une influence sur les décideurs, que ce soit un parent, un chef d’entreprise, un maire ou un gouvernement. Le mouvement est en train d’aller beaucoup plus loin. »

Arrivée en famille
En cette fête des Pères, Pierre Lavoie a vécu une première. En plus d’être accompagné de sa conjointe Lynne et de son fils Bruno-Pierre, il a vu sa petite famille être réunie lorsque Joly-Ann a rejoint son frère et ses parents à vélo pour la dernière étape entre Mont-Saint-Hilaire et Montréal.

« Pour un père, de finir avec toute la famille au Stade olympique dans un événement dans lequel je me suis tellement investi, c’était important. Joly-Ann a subi le Grand défi. Papa n’est pas souvent à la maison, elle a fait des cubes énergie et maintenant, à 14 ans, elle a pu pédaler la dernière étape. Pour moi, c’était de lui dire qu’elle a sa place et qu’elle est importante. Elle était tellement contente de pédaler avec nous. Ce n’était pas une étape facile, il a fallu que je lui pousse un peu dans le dos, mais j’ai géré son environnement pour que tout soit sécuritaire. C’était un rêve pour moi et il s’est réalisé. »

+

DE NOUVELLES RÉGIONS DANS LA MIRE

Certaines régions du Québec n’ont toujours pas été visitées par les cyclistes du 1000 km en dix ans. Pierre Lavoie songe sérieusement à remédier à la situation en vue des prochaines éditions.

Sans vouloir trop s’aventurer sur ses ambitions, il a admis vouloir toucher plus de régions.

« Est-ce qu’on pourrait aller en Gaspésie ou en Abitibi ? On a quelques idées et on va réfléchir à ça. Une chose est sûre, la 11e édition sera mémorable », a prévenu Pierre Lavoie, alors que la 10e a pourtant placé la barre passablement haute.

Si le plan est d’amener les cyclistes encore plus loin, pas question de déplacer l’endroit de départ, ce qui pourrait donner un peu plus de flexibilité à l’organisation. La baie des Ha ! Ha ! fera donc partie du décor du GDPL.

« Tant que le Saguenay-Lac-Saint-Jean sera fier du Grand défi et que l’événement sera positif pour la région, je ne changerai jamais l’endroit de départ, a certifié Pierre Lavoie. J’ai fait le tour de la région et j’ai senti pas mal de monde derrière nous. C’est important pour moi de sentir que la région nous appuie. C’est important de partir du même endroit et la traversée du “Parc des Laurentides” est un point extrêmement positif pour les cyclistes. »