L’an dernier, à défaut de pouvoir tenir le Grand Prix de Saguenay, l’organisation avait accueilli les Championnats canadiens de cyclisme et de paracyclisme sur route au pied levé, à la suite du forfait de la Colombie-Britannique.

Le GP de Saguenay de retour

Après une pause forcée en 2018 en raison de la tenue du G7 dans Charlevoix, le Grand Prix cycliste de Saguenay sera de retour en 2019, mais il sera tenu une semaine plus tard qu’à l’habitude, soit du 13 au 16 juin inclusivement.

En entrevue téléphonique, le nouveau DG de l’événement, Simon Ouellet, explique que ce décalage d’une semaine pour le GP de Saguenay et le Tour de Beauce (19 au 23 juin) permettra la tenue des Championnats canadiens (sur route) la semaine suivante (28 au 29 juin), lesquels seront tenus en Beauce, justement. C’était aussi le vœu de l’Union cycliste internationale (UCI) pour faire en sorte que les Championnats nationaux de chaque pays se tiennent tous durant la dernière semaine de juin.

Simon Ouellet voit d’un bon œil ce décalage d’une semaine. « Je pense que c’est un peu la meilleure des situations puisqu’après, c’est la fin de semaine de la Saint-Jean-Baptiste », fait valoir celui qui succède à Gaétan Larouche, lequel était en poste depuis 2014, soit depuis la première édition du GP de Saguenay.

Cette semaine additionnelle servira aussi à parfaire les parcours et les endroits qui auraient besoin d’une intervention des travaux publics.

Ouellet, qui était adjoint au DG l’an dernier, s’apprête à envoyer les invitations aux différentes équipes. « Je travaille beaucoup avec l’organisation du Tour de Beauce et son DG, Francis Rancourt, pour essayer d’attirer de bonnes équipes. Si on réussit à attirer la grosse équipe, les autres vont suivre », explique-t-il. De fait, pour plusieurs équipes, il devient plus avantageux de faire un crochet au Québec pour deux courses cyclistes d’envergure que pour une seule. Évidemment, il n’y avait donc pas d’équipes confirmées pour l’édition 2019 pour l’instant.

Ce décalage d’une semaine ne devrait pas non plus avoir d’impact sur l’armée de bénévoles qui assure la bonne marche de l’événement.

« On a tellement une forte équipe de bénévoles et des responsables aguerris et à leur affaire que ce n’est pas un aspect stressant pour moi. Ça fait deux ou trois ans que je suis dans l’organisation et j’ai bien connu ces personnes », souligne le DG qui peut effectivement compter sur des équipes de bénévoles fidèles au rendez-vous et bien rodées.

Championnats canadiens

L’an dernier, à défaut de pouvoir tenir le Grand Prix de Saguenay, l’organisation avait accueilli les Championnats canadiens de cyclisme et de paracyclisme sur route au pied levé, à la suite du forfait de la Colombie-Britannique.

Disposant justement de troupes bien rodées, l’organisation saguenéenne a relevé le défi avec brio, ce qui lui a valu les éloges de Cyclisme Canada et de la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC).

« On a été invité à soumettre notre candidature pour les Championnats canadiens de cette année, mais on n’a pas postulé (en raison de la tenue du GP de Saguenay) », a-t-il conclu.

Mentionnons enfin que Sébastien Gagnon et Steve Potvin continuent d’assumer la coprésidence du GP de Saguenay.