Samuel Harvey a remporté pour une deuxième année de suite le trophée Jacques-Plante pour la meilleure moyenne lors du gala des Rondelles d’Or mercredi soir.

Le gardien Samuel Harvey prêt pour les Tigres

Après une petite frousse en ronde initiale face aux Cataractes de Shawinigan, Samuel Harvey est convaincu que les Huskies de Rouyn-Noranda ont retenu la leçon en vue de leur affrontement de deuxième tour face aux Tigres de Victoriaville.

« On a appris des choses », a confié le gardien almatois, rencontré lors du gala des Rondelles d’Or, mercredi, au Capitole de Québec, où il a mis la main pour une deuxième année de suite sur le trophée Jacques-Plante pour la meilleure moyenne (2.08), en plus de trouver une place au sein de la première équipe d’étoiles.

« Les joueurs de Shawinigan sont arrivés avec une tonne d’énergie et d’intensité. C’était un jeune groupe qui travaillait super fort. Je pense qu’on est chanceux d’avoir vécu cette adversité tôt en séries parce que ça nous fait grandir. On va en perdre d’autres des matchs durant ce parcours éliminatoire. Ça nous a préparés pour plus tard. »

Largement favoris face aux Cataractes, qui s’étaient qualifiés au dernier match de la saison régulière, les Huskies, champions de la saison régulière, ont dû trimer beaucoup plus dur que prévu au départ, sauvant la mise en six rencontres, après avoir dû composer avec une dangereuse égalité de 2-2 après quatre duels. « On a eu une bonne réunion d’équipe après le quatrième match et on a réalisé des choses tous ensemble. Je pense qu’on a vu les vrais Huskies par la suite », d’estimer Samuel Harvey.

« Dans les gros moments, on a réussi à faire de gros jeux contre les Cataractes grâce à notre expérience. On a un groupe aguerri en séries éliminatoires et ça nous aide », de reprendre le vétéran gardien, conscient de la pression et des attentes sur l’équipe à la recherche d’une deuxième coupe du Président en quatre ans.

« C’est ça dans la tête de tout le monde. Il n’y a pas de secret à Rouyn-Noranda, on veut gagner. On y va un match à la fois. On joue vendredi contre Victo et on se concentre là-dessus. C’est le seul moyen qu’on gagne nos matchs. On essaie de ne pas voir trop loin, mais on a tous le même objectif de gagner », convient Samuel Harvey qui en est à ses derniers moments dans la LHJMQ. Il préférerait toutefois en avoir pour encore deux mois au lieu de deux semaines.

« Je ne regarde vraiment pas en arrière de moi, mais vraiment devant. Quand ce sera fini, je vais le faire et profiter des moments que j’ai vécus à Rouyn-Noranda. En ce moment, c’est le prochain match, la prochaine rondelle que je dois arrêter et je crois que c’est la bonne manière de faire les choses », de convenir Samuel Harvey, soulignant le travail effectué durant les deux dernières saisons par l’entraîneur des gardiens, Dany Sabourin, et son adjoint Zachary Émond.