Le fréon sera chose du passé

Le Palais des sports fera l’objet d’autres travaux de réfection de l’ordre de 3,5 millions $ une fois la présente saison de hockey terminée, lesquels consisteront notamment au changement complet du système de réfrigération tel que prévu au plan triennal d’investissement.

Mercredi, le conseil municipal a en effet entériné le règlement d’emprunt de 350 000 $ pour couvrir les honoraires professionnels liés principalement à la préparation des plans et devis du projet jusqu’à sa mise en service. L’amphithéâtre jonquiérois sera le dernier du territoire de Saguenay à changer le système de réfrigération au fréon jugé polluant pour celui à l’ammoniac.

Président de la Commission des sports et du plein air à Saguenay, Michel Thiffault a indiqué que le gouvernement provincial contribue au projet à hauteur de 700 000 $, tel que prévu dans le cadre du Programme de soutien pour le remplacement/modification des systèmes de réfrigération des arénas et club de curling fonctionnant aux gaz fréon « visant la réduction et l’élimination des substances appauvrissant la couche d’ozone d’ici 2020 ». Depuis bientôt dix ans, cette mesure devrait avoir permis à tous les arénas et clubs de curling du Québec d’avoir abandonné le système de réfrigération au fréon. L’octroi de ce montant pour le Palais des sports avait d’ailleurs été fait en mars dernier, en même temps que l’annonce de réfection du centre sportif Benoit-Levesque de Roberval au coût de 10,9 millions $.

« Il change le système de réfrigération au complet, mais ils ne toucheront pas au béton, précise le conseiller municipal. C’était le dernier de tous les arénas du territoire qui restait à être changé. Il fallait le mettre aux normes. »

La mise aux normes et à niveau touchera également la mécanique du bâtiment, l’électricité, l’architecture et l’efficacité du Palais des sports.

À Jonquière, l’aréna de Kénogami ainsi que le Foyer des loisirs ont tous vu leur système changé dans le cadre de ce même programme. À Saguenay, seuls le Centre Georges-Vézina et l’aréna de l’UQAC possédaient déjà le système à l’ammoniac.