Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après avoir réalisé son tour du lac Saint-Jean en vélo à main l’an dernier, l’Almatois Nicolas Claveau garde le cap sur son double défi de 2021, soit un deuxième tour du lac, du 4 au 7 juin, suivi d’une traversée du Canada, du 1er juillet au 10 août.
Après avoir réalisé son tour du lac Saint-Jean en vélo à main l’an dernier, l’Almatois Nicolas Claveau garde le cap sur son double défi de 2021, soit un deuxième tour du lac, du 4 au 7 juin, suivi d’une traversée du Canada, du 1er juillet au 10 août.

Le double défi de Nicolas Claveau pour la recherche sur l’ataxie de Charlevoix-Saguenay

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Quand Nicolas Claveau a une idée en tête, bien malin qui saura l’en dissuader ! L’an dernier, l’Almatois atteint de l’ataxie de Charlevoix-Saguenay a franchi les 210 kilomètres du tour du lac Saint-Jean en vélo à bras (handbike). L’événement était au profit de la recherche pour cette maladie dégénérative et mettait la table pour sa traversée du Canada en 2021. Pandémie ou pas, le Jeannois a gardé le cap et a entamé les préparatifs pour son double défi de l’été, soit un tour du lac Saint-Jean, du 4 au 7 juin, suivi de la traversée du Canada, du 1er juillet au 10 août.

L’homme de 39 ans carbure aux défis et il n’est nullement nerveux à l’idée d’enchaîner le tour du lac (plus de 210 km en quatre jours) à sa traversée du Canada (4800 km en 40 jours) en chaise roulante de compétition. Dans ce dernier cas, il devra rouler en moyenne 120 km/jour. Nicolas Claveau se sent parfaitement en mesure de parcourir les deux distances. « Je l’ai fait pour mon tour du lac et je monte des côtes de 20 à 25 % d’inclinaison », a rappelé en entrevue téléphonique celui qui s’entraîne quotidiennement, beau temps, mauvais temps.

Entre son tour du lac et sa traversée pancanadienne, il doit d’ailleurs aller prononcer une conférence à Québec auprès d’athlètes paralympiques pour leur partager sa philosophie de vie et des astuces quant à la façon dont il procède pour réaliser ses projets et ses défis.

« J’ai appris qu’à cause de la COVID, ils ne peuvent s’entraîner. Mais moi, je m’entraîne tous les jours dehors et rien ne m’arrête. Eux me disent qu’ils ne peuvent pas. Si tu te laisses freiner par une petite maladie, une pluie ou de la neige, c’est vrai qu’il ne te faut pas grand-chose pour t’arrêter dans la vie ! », lance l’Almatois qui semble résolu à mener à terme tous ses projets, aussi ambitieux puissent-ils paraître.

Côté financement, il souhaite amasser 40 000 $, un montant qui lui permettrait de remettre une somme pour la recherche sur l’ataxie, mais aussi de couvrir les frais associés à son périple pancanadien. « C’est aussi pourquoi je vends des kilomètres de mon tour du lac et de ma traversée du Canada à 20 $ du kilomètre », souligne celui qui a déjà amassé 9400 $ en date du 26 mars.

Il souhaite aussi organiser des activités de financement en mai, soit un méchoui et une exposition de voitures anciennes pour amasser des fonds pour l’ataxie en mai, ainsi qu’une conférence où il racontera comment s’est déroulé son tour du lac et où il expliquera comment il entrevoit son défi à travers le Canada.

Chauffeur recherché

Bien connu dans le milieu almatois, Nicolas Claveau sollicite un appui populaire. Comment se décrirait-il aux gens qui ne le connaissent pas ? « Je suis un gars persévérant et courageux qui vit de ses rêves et aime se surpasser », résume celui qui a démontré son sérieux l’été dernier.

L’Almatois est aussi à la recherche d’un chauffeur pour l’accompagner durant sa traversée du Canada. Il a déjà trouvé deux chauffeurs pour l’accompagner durant son tour du lac, mais la traversée du pays demande plus de disponibilités. Pour la traversée, il aura une fourgonnette dotée d’un lit, d’une table et chaises, d’un poêle et d’un frigo ou glacière. Une personne qui connaît son handbike de A à Z l’accompagnera aussi pour réparer un bris.

Nicolas Claveau a aussi prévu une petite voile tractée pour profiter des vents favorables le cas échéant. « Si je gagne un trois ou quatre kilomètres de plus, je vais le prendre. S’il vente du bon côté bien sûr, sinon, ce sera plus un frein qu’autre chose », ajoute-t-il avec humour.

Il prévoit aussi munir son handbike d’un ‘‘packsac’’ qui lui assurerait une autonomie de cinq heures de ravitaillement en eau et en nourriture au cas où il serait distancé de la fourgonnette. Il a aussi planifié une saine alimentation qui lui permettra d’avoir de l’énergie pour accomplir son défi. Défi dont il compte d’ailleurs faire des comptes-rendus quotidiens sur sa page Facebook durant son périple.

Nicolas Claveau a confiance de trouver un chauffeur pour sa traversée du Canada. « Il y a des snowbirds qui descendent trois mois en Floride. Je ne vois pas pourquoi il n’y en aurait pas un qui pourrait m’accompagner pour ma traversée du Canada ? », lance-t-il.

Enfin, les cyclistes qui souhaitent l’accompagner sur une partie de ses parcours peuvent s’inscrire sur sa page Facebook ‘‘Nicolas Claveau Personnalité publique’’.

L’an dernier, lors de son tour du lac, il avait effectué son trajet en grande partie en solitaire, mais cette fois-ci, comme il l’a réussi une première fois, peut-être que les gens seront plus au rendez-vous. Sur sa page, les liens pour faire des dons par virements ou via son GoFundme sont aussi affichés.