Le dek hockey, un sport en santé

Le dek hockey se porte très bien à travers la région. Les trois ligues de Saguenay, Lac-Saint-Jean et Saint-Prime rouleront à plein régime lors des prochaines semaines.

Le plus vieux circuit régional Hockey dek Saguenay a entamé cette semaine sa 24e saison d’existence. En plus du traditionnel 5 contre 5, où les matchs sont disputés dans trois arénas, le volet 3 contre 3 s’est ajouté l’an dernier et montre déjà une forte croissance, passant cette année de 12 à 18 équipes. Dans le 5 contre 5, le maximum d’équipes est pratiquement atteint depuis plusieurs années avec 75, dont 15 formations dans une ligue entièrement féminine. 

« Chaque année, quand la période d’inscription arrive, on se demande tout le temps si on va devoir refuser des équipes », raconte le directeur général, Fabien Bouchard, ajoutant que les clubs retardataires ont parfois de mauvaises surprises. Avec la disponibilité réduite des arénas, l’horaire de 18 matchs doit être condensé en huit semaines. « Je m’attendais un moment donné qu’on allait atteindre le top, mais le 3 contre 3, on a encore de la place », rappelle Fabien Bouchard. 

Le volet junior montre également une forte progression avec une quarantaine d’équipes. Les responsables ont même ajouté une surface extérieure au Parc Hamel-Fradette afin d’avoir plus de marge de manoeuvre. « Les parents ne sont pas contraints de devoir se déplacer pour des pratiques au beau milieu de l’été. Ça se termine en même temps que la fin des classes. À la Saint-Jean-Baptiste, c’est terminé pour les jeunes. »

Du côté du Lac-Saint-Jean, après avoir pris racine exclusivement à Saint-Nazaire depuis le début de son existence en 2013, la ligue de hockey dek Lac-Saint-Jean s’agrandit et se retrouve maintenant à Hébertville, du côté sud. Ce changement s’est traduit par une hausse de 40 % des inscriptions, tant chez les adultes que les juniors. « C’est une valeur ajoutée à notre offre. On veut être complémentaires aux autres activités d’été », d’insister le copropriétaire Éric Simard, qui est accompagné dans l’aventure par Yohann Gagné. Depuis l’an dernier, avec le Championnat provincial HockeyQC.ca, le plus important regroupement provincial. Tous les gagnants des séries peuvent aller représenter leur catégorie face aux autres champions ailleurs dans la province. Une dizaine d’équipes auront donc la chance de se mesurer à l’élite du sport au Québec à l’automne. 

À Saint-Prime, Simon Tremblay s’amène comme responsable afin d’épauler le propriétaire Alexandre Dufresne pour cette deuxième saison qui débutera un peu plus tard en juin pour s’échelonner jusqu’à la fin juillet. Les deux surfaces extérieures ont été complètement refaites afin notamment de mieux faciliter l’écoulement de l’eau après la pluie. Après une première saison de rodage, les dirigeants veulent maintenant bâtir une clientèle stable.

Pour ce faire, ils ont décidé de se concentrer sur une seule saison au lieu de deux l’an dernier. Le format des séries a également été allongé pour permettre à chaque équipe de disputer plus de rencontres. « Pour l’instant, on est à l’année 2. On ne veut pas aller trop vite », signale Simon Tremblay, un ancien des Saguenéens de la LHJMQ qui s’aligne maintenant avec les Marquis de la LNAH. Environ 25 équipes s’affronteront dans les quatre classes, junior, adulte, 35 ans et plus ainsi que féminin. « On va être capables d’en avoir plus », annonce Simon Tremblay. 

Tournois

Quelques tournois se dérouleront lors des prochains mois. La Classique Lac-Saint-Jean de Saint-Prime a été devancée du 30 juin au 1er juillet et le tournoi Résolu suivra quelques jours plus tard. Deux tournois seront également organisés par Dek hockey Lac-Saint-Jean, un à Saint-Nazaire et un autre à Hébertville. Les dates seront confirmées prochainement. 

Saguenay, le village gaulois

Le Saguenay résiste pour le moment à la tendance provinciale. Alors que la majorité des ligues de hockey dek de la province font le saut dans le trois contre trois, le traditionnel cinq contre cinq demeure très populaire et majoritaire dans le circuit saguenéen. 

« Je ne sais pas trop comment expliquer ça. On est un peu le village des Gaulois », blague Fabien Bouchard. Le directeur général estime que l’esprit d’équipe dans le cinq contre cinq et le fait que le sport soit collé sur la réalité du hockey sur glace peuvent représenter des éléments de réponse. « C’est très solide encore et je suis convaincu que ça va le rester encore plusieurs années », croit Fabien Bouchard, notant la gestion plus simple dans le 3 contre 3, tant pour les responsables d’équipes que ceux de la ligue. L’énergie des responsables sera donc mise dans les prochaines années à augmenter le 3 contre 3, à commencer par les plus jeunes. Un projet sera fait l’an prochain avec les joueurs d’âge midget. « On veut que lorsqu’ils arrivent chez les adultes, ils connaissent le sport », fait-il valoir. 

Depuis trois ans, les responsables de Dek Hockey Lac-Saint-Jean ont décidé de faire le saut exclusivement dans le 3 contre 3 après avoir débuté leurs activités avec le 5 contre 5. « Vu que c’était la tendance au Québec, on a décidé de prendre cette tangente. On voyait vraiment un virement vers le 3 contre 3 et on se faisait conseiller de changer là partout où on appelait », commente Éric Simard, convaincu trois ans plus tard qu’il s’agissait de la bonne décision. 

Avec des surfaces plus petites et moins de joueurs, tous les joueurs touchent plus régulièrement à la boule, ce qui a des répercussions très positives chez les plus jeunes. « T’es quasiment sûr d’avoir une chance de marquer toutes les fois que tu embarques sur la surface. Ça donne du jeu spectaculaire », expose Éric Simard.