Éric Simard du DekHockey Lac-Saint-Jean mettra les bouchées doubles au cours des prochains jours pour être en mesure d’offrir une saison de dek aux adeptes du Haut-du-Lac et du secteur Lac-Saint-Jean Est. Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens Photo 4: Fabien Bouchard, DG de HockeyDek Saguenay, lancera la saison avec la formule ZoneDek pour les jeunes de 4 à 15 ans à compter du 21 juin. Pour les adultes, les organisateurs préfèrent attendre au début juillet afin de savoir où en sera rendu le déconfinement et si les règles sanitaires se seront assouplies.
Éric Simard du DekHockey Lac-Saint-Jean mettra les bouchées doubles au cours des prochains jours pour être en mesure d’offrir une saison de dek aux adeptes du Haut-du-Lac et du secteur Lac-Saint-Jean Est. Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens Photo 4: Fabien Bouchard, DG de HockeyDek Saguenay, lancera la saison avec la formule ZoneDek pour les jeunes de 4 à 15 ans à compter du 21 juin. Pour les adultes, les organisateurs préfèrent attendre au début juillet afin de savoir où en sera rendu le déconfinement et si les règles sanitaires se seront assouplies.

Le dek hockey prépare le retour au jeu

Alors que les organisateurs de dek hockey du Saguenay et du Lac-Saint-Jean avaient quasi renoncé à la saison estivale, voilà que l’annonce faite jeudi par la ministre déléguée aux Sports et aux Loisirs, Isabelle Charest, de la relance des sports collectifs extérieurs les a incités à se retrousser les manches pour rapidement être en mesure d’offrir une saison aux milliers d’adeptes de ce sport dans la région.

Si Saguenay lancera bientôt sa saison avec les juniors, au Lac-Saint-Jean, on préfère attendre un peu puisque le déconfinement semble s’accélérer.

Au Saguenay

«J’avais fait un peu mon deuil (du dek cette année), mais j’ai été surpris que ça se fasse aussi rapidement et que le gouvernement laisse même entendre la possibilité de matchs vers la fin juin», avoue Fabien Bouchard, DG de HockeyDek Saguenay.

L’organisation regroupe quelque 2000 adultes et 800 jeunes. Actuellement, l’alternative proposée est la formule de ZoneDek, à 3 contre 3 en plus d’un gardien de but, où chaque joueur peut évoluer à l’intérieur d’une zone déterminée sur la surface de 50 X 100 pieds. Comparable à du hockey sur table, cette formule est celle proposée dans le plan établi par HockeyQc qui représente la majorité des ligues de Dek au Québec auprès du gouvernement.

Bien sûr, cette formule de jeu n’emballe pas tout le monde et c’est pourquoi HockeyDek Saguenay offrira d’abord ce format aux jeunes (4 à 15 ans) du 21 juin au 9 août. Pour les adultes, les organisateurs préfèrent attendre au début juillet pour lancer la saison, puisqu’il y a une possibilité que le déconfinement continue de s’assouplir.

Fabien Bouchard, DG de HockeyDek Saguenay

«Chez les jeunes, on leur dit de se préparer peut-être à une saison complète sous la formule Zone Dek, mais il y a une possibilité que les zones disparaissent en juillet. C’est pourquoi on a décidé de commencer la saison adulte en juillet. Afin de laisser le temps au gouvernement de prendre les décisions. S’ils enlèvent les zones (distanciation de deux mètres), je vais pouvoir prendre plusieurs inscriptions d’équipes qui sont intéressées à jouer du vrai dek», explique M. Bouchard.

Les calendriers des juniors seraient faits en coordonnant les horaires avec ceux du baseball et du soccer, dans le respect des directives de la Santé publique. «Dans les circonstances actuelles, si j’ai entre 800 et 1000 adultes et environ 400 jeunes. Pour moi, ce sera un immense succès», assure le DG. Avec son équipe, il va relancer les inscriptions et va communiquer avec les équipes inscrites pour savoir si elles sont intéressées ou non. Certaines sont intéressées à embarquer tout de suite et d’autres préfèrent attendre à la fin juin, constate-t-il.

Vendredi, ce dernier a rencontré les autorités municipales concernées et Saguenay est prête pour la location de surfaces de dek extérieures - on parle de plus de quatre -, mais doit d’abord recevoir le plan de match de l’organisme quant au plan de mesures sanitaires qu’il mettra en place.

Ce qui est sûr, c’est que ce sera une saison très différente (à l’extérieur au lieu de l’intérieur) avec moins de joueurs cette année, d’autant plus que la période envisagée n’est pas celle qui est habituellement jouée. «Nous, notre saison se termine habituellement le 15 juillet, juste avant les vacances de la construction. Cette année, on va jouer durant cette période et en août. Pour les adultes, on parle de 11 à 12 parties. On attend de voir le nombre d’inscrits, mais ça devrait être du début juillet au 20 août environ, en incluant les séries.»

Patience au Lac-Saint-Jean

Au Lac-Saint-Jean, le grand manitou du dek, Éric Simard, s’occupe de plus de 600 joueurs de 4 à 77 ans répartis dans les ligues d’Hébertville, de Dolbeau et de Saint-Nazaire. Dans ce dernier cas, comme il s’agit de dek hockey dans un aréna, il ne sera évidemment pas possible de jouer, mais ce sera partie remise pour la saison d’automne (septembre à octobre) si la situation le permet. Mais pour Hébertville et Dolbeau, M. Simard préfère attendre un peu, puisque la situation semble évoluer rapidement du bon bord.

«À Hébertville, c’est du dek sur surface extérieure. Nous avons eu un entretien avec la municipalité et cette dernière doit évaluer les règles (sanitaires) à suivre. Mais ça va tellement vite. On a été pris par surprise lors de l’annonce de la ministre. Il y a des choses qu’on ne pensait même plus qui allaient ouvrir et tout à coup, bang! Ils nous arrivent avec ça. Et on entend (des rumeurs) que le premier ministre va bientôt permettre le sport avec contact, alors on ne peut être plus positif!», lance-t-il.

Pour sa part, il souhaite prendre un peu plus de temps pour amorcer la saison, parce que s’il se lance dans le ZoneDek et que trois semaines plus tard, le jeu avec contact est permis, il aura déployé des efforts un peu pour rien, puisqu’il aura fallu délimiter les zones sur le terrain et apprendre la façon de jouer, etc. «J’aime mieux attendre et voir ce qu’ils vont annoncer», soutient-il.

Les prochains jours seront occupés puisqu’il travaillera de concert avec les municipalités pour établir un plan de relance, avec l’espoir avoué de revenir rapidement à la formule habituelle. «On va lancer les inscriptions, mais auparavant, on veut parler aux municipalités concernées. On veut bien faire les choses pour que ce soit dans un contexte gagnant-gagnant. Bref, on veut retrouver notre vrai sport.»

Le Jeannois déplore au passage que les régions n’étant que très peu affectées par la COVID-19 ne puissent reprendre leurs activités normalement. «À Dolbeau, il n’y avait pas de cas et on aurait pu jouer, mais ils nous mettent tous dans le même bateau. Montréal est malade, ben nous aussi. C’est la réalité des régions et c’est ce qui est un peu triste.»

En croissance

Cela dit, le dek a le vent dans les voiles au Lac-Saint-Jean. Lors de la première saison à Dolbeau l’an dernier, une vingtaine d’équipes seniors et une quinzaine de juniors ont été en action. À Saint-Nazaire, où il ne s’occupe que du senior, et à Hébertville, il comptait 25 équipes seniors, en plus d’une quinzaine d’équipe seniors à l’automne. «Dans Lac-Saint-Jean Est, on compte de 30 à 35 équipes seniors et juniors. Ça joue de 4 à 77 ans», estime Éric Simard qui évalue superviser environ 90 équipes de sept joueurs.

La clientèle féminine est également en hausse. «De plus en plus de filles jouent. Elles représentent 20 % de notre clientèle. C’est une valeur ajoutée pour les filles qui jouent déjà à la balle et qui veulent se rencontrer. Ce sont de plus petites équipes (six joueurs) et ça prend moins de joueurs. On s’organise pour que ça ne tombe pas en même temps que leurs matchs de balle.»