Jonathan Noël est l’un des cinq Canadiens sélectionnés pour le Grand raid de la Diagonale des Fous, sur l’île de la Réunion, du 18 au 21 octobre.

Le défi de Jonathan Noël

Adepte des courses d’endurance en sentiers, Jonathan Noël aura un tout nouveau défi à relever en octobre. Le Chicoutimien fait en effet partie des cinq Canadiens qui prendront officiellement le départ du Grand raid de la Diagonale des Fous, sur l’île de la Réunion, du 18 au 21 octobre. Une épreuve de 165 kilomètres qui comporte un dénivelé positif de 9576 mètres!

Membre de l’équipe Vo2 Trail, le jeune homme a en effet appris vendredi qu’il faisait partie des 550 coureurs retenus sur les 948 postulants provenant des quatre coins du globe. L’idée de participer à cette épreuve d’envergure lui est venue quand il a vu que plusieurs grands noms y prenaient part. Ça lui a donné le goût de l’essayer. «En plus, le parcours est incroyable. Il y a beaucoup de grosses côtes, des dénivelés, et c’est considéré comme l’une des courses les plus difficiles au monde! Pour moi, c’est l’une des grosses courses internationales qui est comparable à l’UTMB (UltraTrail du mont Blanc)», explique celui qui est d’ailleurs qualifié pour participer au mythique UTMB de Chamonix, en France.

De fait, Jonathan Noël n’en est pas à ses premiers exploits en matière de défis hors normes. L’an dernier, il avait réussi à prendre le 7e rang de la Grande Traversée de l’Ultra-Trail du mont Albert, un défi de 165 kilomètres (100 miles) de parcours montagneux et techniques en plus de conclure au 4e rang des 160 kilomètres du Bromont Ultra et d’améliorer son chrono à l’Ultra-Trail Harricana de Charlevoix (125 km/14e place au total). À cela s’ajoutent des 50 km en sentiers et des courses sur route du circuit régional. Après cette saison au-delà de ses attentes, pas étonnant que le défi de l’île de la Réunion l’ait interpellé!

Préparation

Jonathan Noël ne se présentera pas en touriste à l’île de la Réunion. Cet hiver, il a fait environ 40 km par semaine de course en raquettes et il revient tout juste de deux semaines d’entraînement à Flagstaff, en Arizona, à une altitude de 2100 mètres. «On a fait environ 380 km en 14 jours. On pouvait travailler différemment  avec moins d’oxygène», mentionne-t-il.

Le Saguenéen pourra évaluer si l’entraînement d’hiver et celui en altitude ont été payants dans deux semaines, alors qu’il prendra part à une épreuve de 80 kilomètres à Bear Montain (New York). «C’est un peu ce qui va lancer ma saison. J’ai hâte de voir parce que l’entraînement est bon (jusqu’à maintenant).» À partir de ce résultat, il sera en mesure de réajuster le tir.

Pour le Grand raid de la Diagonale des Fous, les participants disposent d’une soixantaine d’heures pour réaliser le parcours. «C’est quand même assez long. Il faut anticiper que nous serons longtemps sur les sentiers. Je compte le faire en 30 heures environ, peut-être un peu moins. Je serais content de faire un top-100», estime Jonathan Noël. 

Ce dernier prévoit d’ailleurs effectuer de grosses semaines de volumes, soit environ 200 km par semaine, avec des trajets qui présentent beaucoup de côtes. Il prendra aussi part à quelques courses de 50 km en sentiers, en plus de continuer à participer aux courses sur route du circuit régional. «Je fais le circuit régional de course sur route pour maintenir une bonne vitesse. C’est souvent une des erreurs des coureurs de trail de ne faire que du sentier. On devient quand même assez lent parce qu’il y a beaucoup de côtes, de racines et parce que c’est plus technique. Quand on fait de la route, ça nous permet d’augmenter notre vitesse.

Commandites recherchées

D’ici octobre, il devra aussi dénicher de nouveaux commanditaires. Juste le billet d’avion coûte 3000 $. «Il y a un bon décalage horaire et il faut que j’arrive au moins trois ou quatre jours à l’avance. De plus, j’ai l’intention d’amener quelqu’un pour m’aider sur place. Donc en partant, c’est 6000 $ seulement en billet d’avion!»