François Beaumont

Le décès d'un guerrier

L’excellent triathlète François Beaumont n’est plus. Le courageux Jonquiérois a franchi «la ligne d’arrivée» de son combat contre le cancer, même s’il avait toujours espoir de repousser cette dernière un peu plus loin, comme en témoigne son dernier message du 4 novembre sur son blogue francoisbeaumont.ca.

«Pour la toute première fois, je réalise que la ligne d’arrivée approche peut-être de plus en plus et qu’elle n’est pas celle que j’envisageais au début. Je continue à vivre d’espoir, mais je demeure réaliste en même temps», avait écrit le conférencier qui a toujours fait preuve d’une persévérance et d’un positivisme exemplaire, sans jamais tomber dans le déni cependant. Toutefois, pour lui, chaque journée de plus était une victoire. D’ailleurs, l’athlète de 36 ans a toujours préféré parler de franchir une ligne d’arrivée après avoir livré plusieurs combats, une image beaucoup plus positive que de celle de perdre un combat contre un adversaire aussi insidieux que le cancer. 

Athlète de haut niveau, François Beaumont a vu sa vie basculer le 31 mars 2015, lorsqu’il a reçu un verdict de cancer du côlon avec métastases au foie, dans sa forme la plus avancée (grade 4). Un énorme choc puisqu’il ne faisait pas partie des candidats à risque pour ce type de cancer qui affecte plus souvent des gens dans la soixantaine. Âgé de 34 ans, il avait de saines habitudes de vie, ne fumait pas, ne buvait pas et n’avait pas d’antécédents familiaux. Il y avait bien eu du sang dans ses selles. Une colonoscopie a malheureusement confirmé la présence du cancer et c’est alors que sa course contre la maladie s’est enclenchée. Une première opération a permis de retirer la tumeur. Le hic, c’est que des métastases s’étaient réparties dans les deux lobes du foie, de sorte qu’il aurait été trop risqué de l’opérer au foie malgré sa jeunesse et son excellente condition physique.

Le Jonquiérois s’est ensuite tourné vers l’Allemagne afin de recevoir les soins du Dr Thomas Vogl, un spécialiste des traitements de chimio-embolisation. Les mois qui ont suivi cette démarche ont été remplis d’espoir. Si bien que le 24 mai 2016, on lui annonçait qu’il était officiellement en rémission. Malgré cette bonne nouvelle, le jeune homme a toujours été conscient de l’épée de Damoclès qui lui pendait au-dessus de la tête et il préférait garder les pieds sur terre. Malheureusement, la rémission aura été de courte durée et au début juillet, il devait reprendre son combat. Il s’est soumis à de nouvelles séances de chimiothérapie, puis dans un deuxième temps, à de l’immunothérapie jusqu’à tout récemment. Comme ça n’a pas fonctionné, il a dû cesser le traitement. Son état s’est dégradé assez rapidement par la suite et il est décédé dimanche matin après un valeureux combat qui aura duré près de trois ans.

En mars 2015, François Beaumont a entamé sa course contre le cancer. Conférencier depuis quelques mois, il aura inspiré bien des gens par son courage et sa détermination. Dimanche, le triathlète jonquiérois a terminé son épreuve après une bataille de près de trois ans.

Inspirer les autres et redonner au suivant

Fiscaliste chez Deloitte à Alma, François Beaumont a été champion de la Coupe du Québec 30-34 ans en triathlon sprint en 2014. Malgré la maladie, il n’a jamais cessé de pratiquer le sport et il voulait sensibiliser les gens à l’importance de continuer à vivre leurs passions et à demeurer positifs malgré les obstacles et l’adversité et «à profiter du moment présent, car après tout, chaque jour est une victoire». 

Au cours des derniers mois, il prononçait des conférences en souhaitant humblement que son courage et sa détermination puissent inspirer les gens qui vivent des situations difficiles. Il souhaitait également redonner au suivant en remettant les fonds amassés lors de ses conférences à d’autres organismes.

Nombreux témoignages

Grand amateur de football et fan des Chiefs de Kansas City dans la NFL, François Beaumont a eu droit à une belle surprise de la part de ses amis il y a deux ans, presque jour pour jour. Ces derniers lui avaient organisé une rencontre, en novembre 2015, avec le garde des Chiefs et autre Québécois inspirant, Laurent Duvernay-Tardif. Le groupe était allé assister à un match de leur équipe favorite, mais grâce aux contacts de François Émond, de Meubles Gilles Émond, une rencontre mémorable avec Duvernay-Tardif est venue doubler leur plaisir.

François Émond a d’ailleurs publié un touchant témoignage à l’égard de son regretté ami sur Facebook. «Je peux vous dire que François a utilisé chaque moment de sa vie pour combattre la maladie et surtout aider les autres à continuer le combat ! Il a été une inspiration quotidienne au cœur de ma vie. (...) François est l’exemple parfait d’un gars qui a transformé une maladie en une victoire totale. Il s’est battu et surtout elle ne l’a jamais arrêté. Il a soutenu et aidé de nombreux organismes et causes. Il a été cette lumière qui a donné espoir à de nombreux malades après sa conférence qu’il a donnée généreusement pour le Souper des Champions et le relais pour la vie d’Alma. Ma fille avait été bouleversée par son courage et sa résilience!»

Sur la page Facebook du regretté guerrier, on peut d’ailleurs lire de nombreux témoignages d’amitié et de reconnaissance.

À sa famille et ses proches ainsi qu’à ses nombreux amis, la section des sports du Quotidien et du Progrès offre ses plus sincères condoléances.